Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

EVE ANGELI, CAROLINE LOEB, ENZO ENZO, ANA KA ANNULENT UN SPECTACLE DANS UNE VILLE FN APRÈS AVOIR DÉCOUVERT QU'IL S'AGISSAIT DE "LA FÊTE DU COCHON"

Publié le 23 Août 2017 par France Révolution

Quand est ce que les artistes arrêteront de prendre position en tournant tout au racisme, les fêtes du cochon ont toujours existé en France, ces artistes là ne les invitons plus ... tout simplement  !!!

Quand est ce que les artistes arrêteront de prendre position en tournant tout au racisme, les fêtes du cochon ont toujours existé en France, ces artistes là ne les invitons plus ... tout simplement !!!

Les chanteuses Eve Angeli, Caroline Loeb, Enzo Enzo et Ana Ka ne participeront  comme prévu à la fête prévue le dimanche 3 septembre à Hayange, en Lorraine.  

Ce spectacle musical retrace en musique les années 80 mais un sérieux différent oppose la production et le maire de la ville. 

Olivier Kaefer, producteur du spectacle affirme en effet avoir découvert que Fabien Engelmann, maire FN de Hayange, organise en réalité une grande fête intitulé "Fête du cochon: Nos traditions d'abord" et que le "caractère polémique et politique de la manifestation " lui avait été caché.

Olivier Kaefer affirme ainsi: "Nous n'acceptons pas que l'image et la notoriété de nos artistes puissent être instrumentalisées ou utilisées pour cautionner ou participer à une manifestation de ce type.

Nous considérons avoir été trompés et tenions à le faire savoir", avant d'ajouter que le dossier est "entre les mains d'un avocat".

De son côté, le Maire de la ville expliquait déjà l'année dernière les raisons pour lesquelles il organisait cette fête:

"Nous invitons tous les amoureux de la France et de notre patrimoine à venir passer un beau moment en famille ou entre amis, autour du cochon. 

Loin de nous l’idée de faire de la provocation, comme aiment à le clamer les médias bobo-gauchos et autres militants socialo-communistes. 

Je considère simplement que nous sommes dans un pays libre. Nous sommes donc libres de nous rassembler, de boire de l’alcool si nous le souhaitons, de manger ce que l’on veut.  

C’est une simple manifestation de notre esprit de liberté, de nos revendications de peuple fier.

Et à cela, la population de Hayange, mais aussi les habitants du pays « réel », répondent très positivement. "

 

commentaires

JT du mercredi 23 août 2017 : Florian Philippot et Robert Ménard s’affrontent sur la ligne du FN

Publié le 23 Août 2017 par France Révolution

JT du mercredi 23 août 2017 : Florian Philippot et Robert Ménard s’affrontent sur la ligne du FN

Florian Philippot et Robert Ménard s’affrontent sur la ligne du parti.

FN : Robert Ménard jette un pavé dans la mare

VO : Robert Ménard redouble d’effort pour l’union des droites. Plus d’un an après ses rendez-vous de Béziers, le maire de l’Hérault, proche du Front National, publie une lettre ouverte à l’intention du parti de Marine Le Pen où il ne mâche pas sa critique. Il répondra à nos question

L’Union européenne détricote vos pelotes

VO :  Vos comptes en banque bientôt gelés ? Le président du Conseil de l’Union européenne réfléchit à mettre en place des mesures permettant aux Etats membres de limiter les retraits pour éviter une éventuelle

Les téléphones bientôt autorisés en prison ?

Les mobiles, nouveaux compagnons de cellule ! Le ministre de la Justice, Nicole Belloubet, envisage d’autoriser les téléphones mobiles aux prisonniers. Une mesure pour éviter de casser les liens avec l’extérieur, et camoufler une impossibilité de faire régner l’ordre.

Trump repart en campagne

VO : Chamboulé par son opposition, le président américain était en meeting à Phoenix, dans l’Arizona. Une visite dans un territoire favorable pour régler ses comptes et entamer sa campagne pour la prochaine présidentielle…

Actualité en bref

Sorti de son silence, l’ancien président de la république a tapé sur les doigts de son ancien ministre en lui demandant de ne pas exiger des français des sacrifices inutiles…

commentaires

Corse : que font Philippe et Macron ?

Publié le 23 Août 2017 par France Révolution

Corse : que font Philippe et Macron ?

Les choses bougent en Corse. Les dernières élections territoriales (décembre 2015) ont donné les clés de l’île à la coalition indépendantiste – régionaliste, ce qui s’est traduit par l’installation de Gilles Siméoni à la tête de l’exécutif de la collectivité territoriale de Corse (mini gouvernement composé de neuf membres) et de Jean-Guy Talamoni à la présidence de l’assemblée de Corse (24 nationalistes sur 51 membres). Confirmation de cette évolution a été donnée lors des élections législatives de juin 2017 où les candidats présentés par « Pé a Corsica » ont raflé trois circonscriptions

 (Sartène, Bastia et Corte – Calvi) sur quatre. Prochain rendez vous électoral en décembre 2017 où les électeurs auront à élire une nouvelle assemblée territoriale qui précédera l’installation en janvier d’une future collectivité unique de Corse (fusion de l’actuelle et des deux départements).

Il paraît que les nationalistes partent favoris des élections territoriales car les idées autonomistes ont largement infusé dans la société corse. A la question : « Que veut dire être nationaliste corse en 2017 ? », Gilles Siméoni répond : « La quasi-totalité des Corses sont nationalistes, même s’ils ne revendiquent pas cette étiquette. Pour eux, la certitude qu’il existe un peuple avec sa langue, ses intérêts, sa capacité à maîtriser son destin est une évidence. Nos idées ont gagné, en partie parce que nous avons réaffirmé que le seul chemin qui vaille pour nous est celui de la démocratie, du respect de toutes les opinions, même quand ce ne sont pas les nôtres. Le tout en réaffirmant que ce sont les Corses et eux seuls qui décident de ce que doivent être leur présent et leur avenir. » (Libération, 03/08/2017).

Le « modéré » Siméoni ne fait que confirmer ce qu’écrivait dans une tribune le «dur» Talamoni au lendemain de la victoire de décembre 2015 : «La Corse n’est pas une simple circonscription administrative française, mais une nation, avec sa langue, sa culture, sa tradition politique propre, sa manière de participer au monde.» (Le Monde, 19/12/2015). Un gars sympa ce Talamoni, sur qui l’Elysée et Matignon peuvent compter, puisqu’un mois plus tard il déclarait : «La France est un pays ami de la Corse» (France-Info, 18/01/2016).

Pourtant, on sent un certain agacement chez Gilles Siméoni : « La situation d’attente dans laquelle nous nous trouvons commence à devenir inquiétante. Plus de deux mois se sont écoulés depuis la présidentielle. Nous comprenons que d’autres questions, françaises, internationales, soient essentielles, mais le silence ne peut tenir lieu de politique dans les rapports entre l’État et la Corse. IL est inenvisageable – cela a portant été dit de façon officieuse – que le dialogue ne débute qu’après les prochaines élections territoriales. Nous ne pouvons pas prendre encore quatre ou six mois de retard, c’est maintenant qu’il faut un geste fort ! » (Libération, 03/08/2017).

Erreur du tandem Siméoni – Talamoni : avoir oublié d’inviter Emmanuel Macron et madame à venir en vacances dans l’île. Sur le plan touristique, la Corse est mieux que Marseille ! Et c’était un moyen efficace pour créer ce fameux « dialogue ».

B. Morvan

commentaires

Nantes. L’extrême gauche essaie d’installer des clandestins soudanais chez des retraités : le squat rapidement évacué

Publié le 23 Août 2017 par France Révolution

Une nouvelle affaire Maryvonne a été évitée de justesse à Nantes ce mardi. En effet, un couple de retraités rentré à l’est de Nantes, avait découvert l’installation d’un squat dans leur ancienne résidence principale – utilisée de façon secondaire depuis 2007 – pendant le mois d’août.

Ce squat est en réalité une initiative de l’extrême gauche locale pour loger dix clandestins soudanais.  Le squat a été évacué très rapidement, dès le soir du 22 août.

Les squatteurs avaient affiché sur la porte leurs noms supposés. Le petit mot comprenait aussi la mention d’un article du code Pénal, et un appel à la « compréhension » des propriétaires privés de leur bien. La porte à l’arrière du bâtiment, qui donne sur une petite rue, avait été forcée, et les serrures changées. En revanche les dépenses d’eau, d’électricité, de gaz continuaient à être payées par les propriétaires légitimes.

Lorsque les propriétaires ont voulu aller porter plainte, la police leur a conseillé d’engager une procédure d’expulsion. Or, passées les premières 48 heures, c’est l’affaire de plusieurs mois, pendant lesquels les squatteurs peuvent utiliser toutes les manœuvres dilatoires à leur disposition. Yannick Bouquard, un anciensquatteur professionnel qui avait commis un roman, Squat, résumait cela ainsi : « Report d’audience, recherche d’avocat, aides juridictionnelles, délais administratifs supplémentaires, vacances judicaires, tolérance hivernale. C’est un imbroglio de paperasses, de rapports, d’expertises ».

Heureusement pour eux, le procureur de la République de Nantes s’est emparé de l’affaire, qui a été soulevée par nos confrères d’Ouest-France. Invoquant l’article 226-4 du code de procédure pénale, il a permis une intervention rapide de la police, qui n’est possible dans ce genre de cas que depuis deux ans.

En 2015 en effet, l’occupation de la maison de Maryvonne Thamin, à Rennes, par l’extrême-gauche locale, avait donné lieu à une intense mobilisation locale puis nationale pour épargner à la retraitée une longue procédure d’expulsion de ceux qui l’avaient privée de logement. Des voix s’étaient élevées au sein du monde politique pour modifier la loi, les squatteurs – notamment d’ultra-gauche – abusant du droit pour pouvoir jouir à leur guise du bien d’autrui, et dépouiller les propriétaires légitimes au nom de leur idéologie. La justice finit par ordonner leur expulsion immédiate, et ils abandonnent la maison après l’avoir saccagée et y avoir laissé quatre mineurs isolés étrangers.

Depuis, la loi a été modifiée et elle permet d’expulser les squatteurs quel que soit le moment où ils ont occupé un logement vide, alors qu’avant, l’expulsion immédiate n’était permise que 48 heures maximum après le début de l’occupation illégale.

Sept clandestins soudanais interpellés : seront-ils expulsés de France ?

Dès le soir du 22 août, vers 19 heures, la police est en effet intervenue rapidement et a délogé du squat sept clandestins d’origine soudanaise, âgés de 20 à 28 ans. Ils ont été immédiatement interpellés par la police après n’avoir opposé aucune résistance.

Dans la mesure où ils sont en situation illégale sur le territoire français – comme ils l’ont d’ailleurs expliqué à la presse locale en tentant de jouer, trop tard, la carte de la victimisation, ils devraient être logiquement expulsés si la loi était appliquée – or elle ne l’est quasiment jamais. D’après la Cour des Comptes, 96% des déboutés du droit d’asile restent en effet sur le territoire français.

L’ultra-gauche menace de s’en prendre à Ouest-France 

Leurs soutiens de l’ultra-gauche locale étaient étrangement absents. Cependant, ils ne se sont pas privésd’attaquer le « déchaînement médiatique » sur leur squat tout neuf, et d’accuser, par haine du bourgeois, les propriétaires, d’avoir voulu défendre leur bon droit plutôt que de se retrouver à la rue.

Dans les commentaires du billet paru sur le média proche de l’extrême-gauche locale Indymedia Nantes, un militant menace ouvertement de s’en prendre aux journalistes d’Ouest-France qui ont dénoncé le scandale constitué par ce squat : « quant à Ouest-France, ils continuent de faire de la grosse merde… Faut pas qu’ils s’étonnent qu’il y ait des actions contre leurs locaux, leurs véhicules ou autres ! ».

Un guide du squatteur 

Dans cette affaire encore, la pratique du squat, bien maîtrisée par l’ultra-gauche notamment dans des villes comme Paris ou Rennes, reparaît. Ce n’est du reste pas la première fois que l’ultra-gauche locale ouvre un squat pour des migrants clandestins, même si jusqu’alors, ce sont plutôt des biens publics ou en attente de démolition qui en ont fait les frais – par exemple une ancienne maison de la sécurité sociale à Chantenay en janvier 2016.

Du reste, en refusant d’appeler les choses par leur nom et de les condamner de façon à ce qu’ils n’aient pas l’envie de recommencer, la justice locale les a passivement encouragés.

Rien d’étonnant donc qu’ils recommencent, en usant des méthodes habituelles. Disponible en ligne, le guide du parfait squatteur, Le squat de A à Z, théorise le squat comme « lieu de résistance et d’expérimentation » pour « prendre une part de l’interdit, c’est se placer un minimum en rupture au niveau socio-économique » en bouleversant « l’ordre social et la propriété privée ».

La précarité éventuelle des squatteurs passe au second plan : squatter, c’est frapper l’ordre bourgeois. « Tout squat est politique », affirme la brochure, largement diffusée et connue.

Le guide conseille de faire des repérages discrets et de « préférer les instances d’héritage (problèmes de succession), les propriétés de la ville et/ou les opérations d’urbanisme en panne (cas les plus en vogue) : les permis de construire et de démolir sont de plus légalement périmés au bout de 5 ans ». Mais pas les bâtiments frappés d’un arrêté de péril – comme il y a danger pour les personnes, les squatteurs peuvent être immédiatement expulsés quelle que soit leur date d’installation.

Comme les voleurs, les squatteurs utilisent des repères : le guide conseille de « placer un bout de papier (ou autre chose) dans l’embrasure de chaque porte et vérifier régulièrement sa présence ». Streetpress, qui a suivi des squatteurs professionnels à Paris, affirme que « des collectifs utilisent des témoins, un petit bout de scotch sur une porte ou même un tas de poussière soigneusement installé sur le palier ».

Ensuite, « Quelques outils peuvent vous être utiles (pied de biche, marteau, tournevis, …) » pour investir le squat. L’ouverture se fait habituellement avec un militant habitué à ce faire, qu’on appelle un « ouvreur ». Streetpress en a retrouvé un à Paris. Celui-ci expliquait alors en juillet 2015 : « Tout est bon pour pouvoir entrer : un pied de biche, des cordes, même une grue. Si un jour je dois utiliser une nacelle, je le ferai. D’ailleurs, on a déjà fait une ouverture en rappel ».

Une fois le squat occupé, il faut en changer les serrures, expliquent les auteurs du Squat de A à Z : « poser immédiatement un verrou et barricader les entrées potentielles du lieu (les cas de visites incongrues sont plus nombreux qu’on le croit). Débarrassez-vous des vieilles serrures, ça pourrait être compromettant… ».

S’envoyer du courrier ou avoir un journaliste dans sa poche pour réussir le parfait squat

Tout est bon aussi pour retarder artificiellement la date de domiciliation des occupants sans titre : « Si vous avez rapidement la visite du proprio ou de la police et qu’il n’y a pas de trace d’effraction, précisez que vous êtes là depuis plus de 48 heures (même si c’est faux) ». Le guide incite à «rester flou et de divulguer le moins d’infos (identités, nombre d’habitant-e-s, piratages éventuels, points faibles du lieu, …) » et à ne pas laisser rentrer les forces de l’ordre ou le propriétaire légal : « Méfiez-vous si keufs, huissiers, proprios veulent « entrer pour discuter », il vaut mieux garder ses distances avec ces gens-là… Ne les laissez pas entrer ! »

Une solution pour bidouiller la date de domiciliation est de s’« envoyer du courrier et surtout à le réceptionner (installez pour cela une boîte aux lettres qui soit visible) ». Le guide explique comment aller au-delà : « En cas de difficulté avec la Poste ou si vous souhaitez des courriers antérieurs à votre arrivée, vous pouvez vous écrire à une autre adresse au crayon de papier et modifier, après réception, l’adresse sur l’enveloppe au stylo ».

L’article de Streetpress donne d’autres pistes : « tout est bon pour prouver sa présence : courriers recommandés, factures de livraison de pizzas à domicile ou relevé EDF… A l’aide de ces documents officiels, ils peuvent se présenter comme les habitants légitimes d’un bâtiment inoccupé, invoquant le droit au logement ». Ou encore… venir avec un journaliste : « Pour les membres du collectif, les journalistes sont devenus une preuve en soi. Ils peuvent fournir un témoignage de plus aux condés sur leur présence ».

Généralement, pendant cette phase, les squatteurs ne sont qu’une poignée, et vivent « en sous-marin », c’est à dire souvent « dans le noir complet, avec interdiction de sortir pour ne pas éveiller les soupçons »,comme l’explique Streetpress. Souvent, pendant cette phase, les squatteurs présents – des militants professionnels de la chose – commencent à arranger un peu les lieux s’ils sont délabrés, se brancher discrètement (et illégalement) aux réseaux d’eau et d’électricité si les fluides sont coupés, voire préparer leurs arrières juridiques.

Se victimiser, installer des migrants ou se faire passer pour des artistes : tout est bon pour faire pleurer les bobos

« Prudents, la plupart des collectifs ont un avocat, prêt à les défendre. Avant même de s’installer, ils choisissent aussi un squatteur qui assumera en son nom les poursuites », précisait ainsi Streetpress. Dans la quasi-totalité des cas, c’est le contribuable qui paie : les squatteurs sont rigoureusement insolvables, ils bénéficient donc de l’aide juridictionnelle totale.

Lire la suite sur ...

https://www.breizh-info.com/2017/08/23/76234/nantes-lextreme-gauche-essaie-dinstaller-clandestins-soudanais-chez-retraites-squat-rapidement-evacue

commentaires

Barcelone : 3 des assassins, marocains, vivaient du RMI offert par le gouvernement catalan

Publié le 23 Août 2017 par France Révolution

Barcelone : 3 des assassins, marocains, vivaient du RMI offert par le gouvernement catalan

Les assassins de Barcelone et Cambrils vivaient de l’assistance sociale du gouvernement catalan

Les trois fugitifs liés aux attaques de jeudi à Barcelone et à Cambrils auraient  bénéficié du Revenu minimum d’insertion (RMI) pour au moins 2016, confirmé par une source de la Generalidad digne de foi. Ce sont Mohamed Hychami, Younes Abouyaaqoub, résidents de Ripoll, et Saïd Aallaa, de Ribes de Freser. Les trois jeunes sont d’origine marocaine et âgés de 24, 22 et 18 respectivement.

Saïd Aallaa est né à Naour (Maroc) en août 1998, de sorte qu’il aura 19 ans cette année et n’aurait pas d’antécédent judiciaires pour des infractions terroristes.

Mohamed Hychami et Younes Abouyaaquoub, âgés de 24 et 22 ans, respectivement, sont nés dans la même ville du Maroc, Mrirt et leurs parents sont domiciliés à Ripoll, au moins depuis 2006. Aucun n’a eu jusqu’à hier une histoire en rapport avec le terrorisme .

Le revenu minimum d’insertion est une aide économique pour les personnes qui ne disposent pas de moyens suffisants pour répondre aux besoins essentiels de la vie, tout en offrant une insertion sociale et professionnelle. La durée de la prestation est de 12 paiements mensuels, extensibles aux années suivantes.

Le montant de la prestation varie de 105,93 euros par mois à un maximum de 645,30 euros par mois, selon le nombre de membres du noyau familial. Il existe également des aides complémentaires au revenu minimum d’insertion dans les cas comme avoir des enfants de moins de 16 ans ou handicapés.

Selon la même source, au moins deux des terroristes morts ont reçu, en plus de l’aide sociale, 200 autres euros pour payer leur loyer. On ne leur connaît pas d’autre moyen de revenu reconnu, parce qu’ils ont officiellement survécu à l’aide provenant du gouvernement catalan.

[…]

Cette affaire rappelle l’affaire des derniers détenus par les forces de sécurité à Vascongadas en raison de leur relation présumée avec le terrorisme jihadiste, qui recevaient une assistance sociale du gouvernement et des institutions basques. Parmi eux, Saïb Lachhab a été détenu à Vitoria et était bénéficiaire de subventions qu’il continuait de percevoir après sa mort en Syrie en mars 2014 a déclaré El Confidencial.

C’était un Marocain de 41 ans qui est rentré en Espagne de Syrie et une femme de 36 ans de nationalité espagnole qui voulait rejoindre les rangs de l’Etat islamique
Dans son Ordonnace, le magistrat justifie sa décision en raison du risque de réitération délictueuse et du mauvais enracinement de Saib Lachhab à Vascongadas bien que, selon Velasco textuellement, «le détenu vive d’aides publiques». Le juge note son expérience dans les guerres de Tchétchénie, ses connaissances pour falsifier les cartes et qu’il avait 9 000 euros pour aller en Syrie.

Selon les sources de la police, Saib Lachhab percevait 625 euros du revenu minimum garanti (RGI) en vigueur au Pays Basque et 250 euros d’APL. Entre août et décembre, il a reçu 900 euros par mois de Fremap pour un arrêt de travail.[note perso 1]

Les sources susmentionnées ont expliqué à Europa Press qu’au moins cinq cas recensés au cours des dernières années de détenus pour délit en relation avec le jihadisme dans les Vascongadas vivaient en grande partie grâce au soutien du Revenu Minimum Garanti et à d’autres formes d’aide au paiement de leur loyer. Samir Mahdjoub est un Algérien de 44 ans qui a été arrêté par la Guardia Civil à Bilbao le 14 février, accusé d’exalter, d’auto-endoctrinement, de capter et de diffuser de la propagande de Daesh. Les sources susmentionnées ont déclaré qu’il a reçu 650 euros de Revenu Minimum Garanti et 250 des aides au logement entre 2011 et 2013.

Un cas paradoxal, celui du Marocain Redouan Bensbih, âgé de 26 ans. Il est décédé en Syrie en mars 2014 et a reçu une assistance sociale à partir de septembre 2009, notamment 836 euros de Revenu Minimum Garanti mensuel, somme qu’il a continué à recevoir lorsqu’il a fait ses allées venues continues vers cette communauté autonome à partir de 2013.

Redouan Bensbih a continué à percevoir la subvention pour les personnes ayant des ressources limitées même après être décédé en Syrie en profitant du fait que le système du Service de l’emploi basque (Lanbide) n’a reçu aucune notification de son décès.

::. Environ 900 euros par mois en moyenne .::

Un ami de ce dernier est Ahmed Bourguerba, un Algérien âgé de 31 ans basé à Bilbao et détenu par l’Ertzaintza le 22 juillet 2015. Il a récemment été condamné à trois ans et demi de prison pour endoctrinement au terrorisme djihadiste, moment où il a cessé de percevoir le Revenu Minimum Garanti. Bouguerba a reçu jusque là 625 euros plus 250 euros supplémentaires d’APL depuis 2011, quand il était âgé de 26 ans.

Un autre cas notoire celui de Mehdi Kacem, arrêté par la police nationale le 16 janvier. L’aide dans ce cas a été acheminée par l’ONG Kolore Guztiak, une association subventionnée à cette fin par la Diputación de Guipúzcoa, recevant près de 800 euros.

Ce marocain a déclaré en témoignage dans un rapport pour «Noticias de Guipúzcoa» le 12 mars 2015. À l’époque, il avait 24 ans et était passé de SDF à se battre pour le titre de champion de boxe dans cette province. Il a également fait des stages dans une plomberie à Errenteria. « Je suis très occupé et la boxe m’aide à me détendre, c’est une aide formidable », a déclaré ce jeune homme arrêté dans le quartier Polloe de San Sebastian grâce à une opération de police, avec des informations de la CNI et de la Direction générale de la surveillance Territoire (DGST) du Maroc.

http://www.alertadigital.com/2017/08/18/los-cinco-terroristas-islamicos-abatidos-en-cambrils-tarragona-vivian-de-las-ayudas-sociales-del-gobierno-catalan/

Traduction exclusive pour Résistance républicaine par Marcher sur des oeufs

NOTE PERSO :
1.- il a reçu 900 euros par mois de Fremap pour un arrêt de travail.**** Là on rigole ?

commentaires

Collomb ne sait pas que c’est l’islam, la fabrique de déséquilibrés ?

Publié le 23 Août 2017 par France Révolution

Collomb ne sait pas que c’est l’islam, la fabrique de déséquilibrés ?

Bien sûr Mr Collomb ! les terroristes sont des déséquilibrés ! A ce compte là tous les meurtriers en sont car il ne faut pas être normal pour agir ainsi!
Le problème est que ces terroristes sont musulmans, que l’islam forme des déséquilibrés, et que ça ne se soigne pas…Formatés dès l’enfance aux préceptes du Coran….
Il faut envoyer à Collomb le livre de Wafa Sultan… »L’islam fabrique des déséquilibrés » !

Très bien expliqué par des spécialistes il nous montre comment les neurones et leurs liaisons sont modifiés par ce formatage…ainsi que d’autres raisons : leur besoin de conquérir tout territoire leur apportant richesses et nourriture qu’ils n’ont pas été capables de développer chez eux!

http://resistancerepublicaine.eu/2016/11/10/livre-choc-de-wafa-sultan-edite-par-rl-lislam-fabrique-de-desequilibres/

http://resistancerepublicaine.eu/2016/11/11/lislam-fabrique-de-desequilibres-de-wafa-sultan-sur-radio-courtoisie-45/

Il est inconcevable que ces dirigeants issus de grandes écoles ne se documentent pas !! Ou bien ils le savent mais se débrouillent comme ils peuvent pour sauver leur gamelle…sans respect pour la vie de ceux qu’ils sont censés protéger!

commentaires

Les attentats musulmans se multiplient, juste quand Bruxelles commence sa campagne pro-migrants !

Publié le 23 Août 2017 par France Révolution

Les attentats musulmans se multiplient, juste quand Bruxelles commence sa campagne pro-migrants !

On ne peut pas dire que cela tombe très bien… Mais je suis sûre que cela ne les dérange pas. Puisqu’on vous dit que les migrants et l’islam n’ont rien à voir avec les attentats…

 

 

On connaît sur le bout des doigts les prétextes :

  • la démographie qui, sans les nouveaux arrivants, nous interdirait de profiter du même confort de vie… Si, si, ils osent. Malgré le nombre d’immigrés récents qui vivent des aides sociales…
  • les pauvres clandestins qui arrivent sont certes un peu barbares mais c’est normal, non, après tout, moi, quand je suis arrivé en Allemagne, j’étais perdu, je ne parlais que français… Mettre sur le même plan un Européen et un ressortissant de pays musulmans ou africains qui n’ont pas les mêmes valeurs, et c’est peu dire, concernant les femmes, la liberté d’expression et le mode de vie, il fallait oser. Ils osent. Quant à comprendre pourquoi ces immigrés censés éprouver du mal à parler français ne parlent pas français dans la rue, dans le bus, et au boulot… Une réponse Juncker ?

Et une gourdasse de tenir ses discours hypocrites sur l’euro et sur les valeurs de solidarité (un rapport, docteur ? ).

Donc le maître mot, investir sur les politiques d’intégration… Vous avez entendu parler de politique d’intégration, vous, pour les Italiens, Polonais, Portugais, Espagnols qui sont venus en nombre en France au cours du XXème siècle ?

Non, forcément. On avait affaire à des gens qui voulaient s’intégrer.

Actuellement nous avons affaire à des gens qui ne jurent que par leur pays d’origine, leur culture, leurs traditions, leur prétendue religion fasciste et qui refusent l’intégration.

Il faut donc bien traduire que les politiques d’intégration que veut nous imposer Bruxelles, c’est, tout simplement nous obliger à renoncer à notre identité pour devenir semblable aux envahisseurs.

Et ensuite ils essaient de nous attendrir en nous montrant des anciens « migrants » qui ont réussi à avoir un métier. Le choix qui est fait n’est pas anecdotique. Un photographe… Quand on sait ce qu’est devenu le métier en FRance, quand on sait que nos propres jeunes n’ont pratiquement aucune chance de devenir photographe et d’avoir un avenir…

Foutage de gueule ? Même pas, les associations qui ont accueillir le zozo lui ont tout simplement fait photographier, à la gare, les migrants qui arrivaient… Et ils ont utilisé ces photos, les proposant au Metropolitan Museum de New York pour une exposition « j’habite à Termini » (Termini c’est la gare de Rome…) Bref c’est encore le con-tribuable qui a payé.

Et l’imbécile se rengorge d’avoir apporté sa contributionà l’Europe. Sa contribution  ? faire pleurer sur les envahisseurs…

En passant vous en connaissez beaucoup des jeunes de chez nous ayant les moyens d’avoir le matériel de professionnel que possède l’ancien clandestin ?

Autre exemple, un futur champion de cricket…

Une autre gourdasse dit quand même que Bruxelles ne peut pas obliger les Etats européens à faire une politique d’intégration au nom du principe de subsidiarité, mais Bruxelles peut et doit créer une atmosphère d’intégration…

Atmosphère, atmosphère… Vous avez dit manipulation et décervelage, non ?

commentaires

Catalogne, nid de salafisme… plus de 200 mosquées !

Publié le 23 Août 2017 par France Révolution

Catalogne, nid de salafisme… plus de 200 mosquées !

Catalogne, nid de salafisme radical

Plus de 200 mosquées en Catalogne

Plus de quatre-vingts des cent centres de culte liés au djihadisme en Espagne opèrent dans cette communauté. Les hommes d’affaires du Qatar financent l’endoctrinement dans leurs mosquées, qui se développent année après année

Les mosquées salafistes radicales ont fait l’objet de surveillance spéciale de la part des forces de sécurité pendant de nombreuses années, en particulier en Catalogne, où elles ont continué de proliférer. Et la situation et les communications de cette autonomie ne sont pas passées inaperçues pour les djihadistes dans leur tentative d’implanter dans cette région leurs structures criminelles.

La communauté musulmane y compte près d’un demi-million de personnes divisées en deux grands blocs : les Marocains et les naturalisés Espagnols. Derrière ces groupes se trouvent des musulmans du Pakistan, de la Gambie, de l’Algérie et du Sénégal. Et parmi eux ont surgi des foyers et groupes sympathisant avec des organisations islamistes radicales . Rien qu’ en Catalogne, il y a environ 256 mosquées, selon des sources anti-terroristes et beaucoup sont rattachées à des organisations telles que la Justice et la Charité, les Frères Musulmans Tabligh Wal Dawa et Dawa’t Islami, dont les idéaux sont souvent opposés aux valeurs démocratiques et des normes du système espagnol et occidental.

Un mouvement qui se développe peu à peu en Catalogne c’est le salafisme , l’un des courants les plus radicaux de l’islam. Ses partisans prônent la création du califat unique et pour l’implantation stricte de la charia – la loi islamique. C’est un mouvement favorable au djihad, la guerre sainte contre ceux qu’ils considèrent infidèles. Sur quelques plus de 1.260 centres de culte islamique en Espagne, plus d’une centaine sont liées au salafisme. Parmi ceux-ci, 80 sont dans cette communauté (la Catalogne).

L’un des foyers importants est situé dans la Communauté islamique et pastorale du Tarragones {https://fr.wikipedia.org/wiki/Tarragon%C3%A8s }, dont le noyau principal est la mosquée de Reus (Tarragone) . À Lleida, l’Union et la coopération islamique de Lleida et Comarca ont la mosquée Ibn Hazem. Là, leurs dirigeants étaient chargés de distribuer les livres d’idéologie salafiste chez les bouchers. Un troisième foyer suspect est la communauté islamique de Salt, qui comprend l’Association culturelle Al Hilal, qui répand la doctrine dans la province de Gerona. De fait, c’est la commune catalane qui compe le pourcentage le plus élevé d’immigrants de Catalogne .

Le courant rigoriste de l’islam augmente chaque année en Espagne. Beaucoup de jeunes croient en cette interprétation de leur religion pour résoudre les problèmes qui les entourent résultant de la crise économique et du manque d’intégration sociale. Dans d’autres cas, c’est la première étape vers l’accès au djihad, cette «guerre sainte» contre les infidèles, les «croisés» (chrétiens), coupables de tous leurs maux.

Et ce sont les pays du golfe Persique, en particulier le Qatar , à travers des hommes d’affaires riches, qui financent les mosquées salafistes en Catalogne. En fait, un rapport d’experts de la police espagnole a averti l’année dernière que l’une des sources de financement pour l’expansion de Daesh provenait de pays comme l’Arabie saoudite, le Qatar et le Koweït. Ils ont bénéficié des dons de millionnaires du monde musulman, principalement des pays du Golfe, par le biais d’organismes de bienfaisance sunnites et des dons privés.

Mais un autre problème que les forces de sécurité en Catalogne rencontre est l’existence d’autres lieux de culte qui n’ont rien à voir avec les mosquées traditionnelles, sinon des centres qui se cachent dans les maisons ou dans les centres commerciaux , de sorte que leur contrôle est encore plus difficile.

L’une des dernières opérations contre le djihadisme en Catalogne a eu lieu à la fin du mois d’avril dernier. Dans la soi-disant «opération Apollo», trois personnes ont été arrêtées qui pourraient être liées aux bombardements bruxellois de 2016. Les détentions ont été réalisées à Barcelone et il s’agissait de personnes qui y résidaient depuis plus de 20 ans.

Source : La Razón
:: http://www.larazon.es/

http://www.larazon.es/espana/cataluna-nido-del-salafismo-radical-FM1580979219/08/2017

commentaires

A Fribourg, on demande à l’Arabie saoudite de financer une piscine réservée aux femmes en Alsace

Publié le 23 Août 2017 par France Révolution

A Fribourg, on demande à l’Arabie saoudite de financer une piscine réservée aux femmes en Alsace

Les musulmanes venues d’Alsace foutent le bordel à la seule piscine pour femmes, Damenbad, de toute l’Allemagne…

Que faire ?

On s’est longuement gratté la tête à Fribourg pour trouver la solution.

Tant que des Allemandes avec leurs jeunes enfants fréquentaient la piscine, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

Mais voici que des musulmanes ont pris l’habitude de venir par bus entiers  d’Alsace pour profiter des avantages du communautarisme.

Que croyez-vous qu’il arriva ?

Les intruses, improprement appelées « françaises » par les autochtones, en voulurent plus, toujours plus, et se comportèrent en territoire conquis, rendant invivable la piscine pour les non musulmanes.

Chaque lecteur sait ce que cela signifie…

La cerise sur le gâteau ? Une bataille pour exiger que le personnel de la piscine soit uniquement féminin.

L’administration de la piscine jette le gant et a trouvé la solution : le directeur a fait une belle lettre à l’ambassadeur d’Arabie saoudite afin de demander à celle-ci de payer une piscine réservée aux femmes… en Alsace.

Pas bête…

Que la loi française l’interdise, peu leur chaut. D’ailleurs, avec Macron et ses obscurs desseins de détruire la loi de 1905, tout est possible.

La chose la plus intéressante, c’est qu’ils n’ont pas pensé un instant à interdire la piscine aux emmerdeuses.

C’est partout la même chose. Les musulmans jouant du prétendu racisme et de la victimisation empoisonnent la vie de tous, particuliers, entreprises… et ce sont les autres qui doivent fuir ou trouver des solutions.

Cela s’appelle la deuxième phase du djihad. Nous vivons actuellement la phase 2 et la phase 3 concomitantes. D’un côté la pression et la menace pour imposer la charia, de l’autre la terreur et la violence pour prendre le pays et en faire un pays musulman. Et s’adresser à l’Arabie saoudite pour lui demander de venir mettre de l’ordre, l’ordre musulman, l’ordre de la charia, dans une piscine, dans une ville, dans un pays, dans des pays, n’est-ce pas un acte de soumission totale qui dit clairement que l’Europe est en voie de devenir musulmane ? Ils ne sont forts que de nos faiblesses, mais quelles faiblesses…

Elle est pas belle la vie ?

commentaires

La race européenne existe, c’est nouveau, ça vient de sortir ! Merci miss France !

Publié le 23 Août 2017 par France Révolution

La race européenne existe, c’est nouveau, ça vient de sortir ! Merci miss France !

La race européenne existe, c’est nouveau ça vient de ressortir ! Je croyais que le mot race avait été décrété à rayer des dictionnaires internationaux et des esprits.

Ben ! Ça dépend ! Ça dépend de qui en parle, de qui prononce le mot fatal.

Nous avons notre héros sportif cocorico « Patrice Quarteron » (1); nous avons aussi notre Miss France traitée de raciste sur Twitter parce qu’elle veut «protéger les Européens»

L’hommage de Marine Lorphelin aux victimes des attentats de Barcelone a soulevé l’indignation d’internautes, qui l’ont jugé raciste. Face à la polémique, L’ex-Miss a fait son mea culpa mais a en parallèle reçu de nombreux soutiens.

Après Londres, Berlin, Nice ou bien encore Paris, le continent européen a de nouveau été frappé par un attentat meurtrier à Barcelone le 17 août, où 14 personnes ont perdu la vie et une centaine d’autre ont été blessées. Comme toujours en pareilles circonstances, personnalités publiques et anonymes ont exprimé leur solidarité avec les victimes sur les réseaux sociaux.

Mais à l’heure du politiquement correct, la tâche est moins aisée qu’il n’y paraît. Marine Lorphelin, Miss France 2013, en a fait l’amère expérience le 19 août. «Les politiques vont-ils enfin décider de protéger les citoyens européens ? Toutes mes pensées émues aux victimes et à leurs familles #Barcelone», a-t-elle écrit sur le réseau social dans un message depuis supprimé. Ce court texte a déclenché la colère d’une partie des internautes, qui y ont flairé du «racisme». Ces derniers ont en effet considéré qu’il était malvenu de vouloir «protéger les citoyens européens», sans citer les autres.

:https://francais.rt.com/france/42271-ex-miss-france-traitee-raciste-parce-elle-veut-proteger-europeens

Quand je pense qu’il n’y a pas si longtemps on était fiers et heureux d’être libres parce que nous avions la chance de vivre dans des pays démocratiques. Comme le vent a tourné !
______________________________
NOTE :
➡️ (1).- Quand Patrice Quarteron donne une leçon de patriotisme à ceux qui haïssent la France »

«Quand vous portez un drapeau d’un pays où vous ne vivez pas, on vous dit «bravo, j’adore, c’est courageux, c’est un signe d’ouverture. Quand on porte le drapeau du pays dans lequel vous vivez, où vous payez vos impôts, avec lequel vous souffrez, aimez, combattez, on vous dit: «t’es un chien, un putain de facho». Je porte mon drapeau fièrement. Et j’emmerde les fils de putes qui préfèrent se sentir américains, marocains, russes etc tout ça parce qu’ils vont en vacances une semaine dans un autre pays et reviennent en se sentant étrangers à leur propre pays. Soyez patriotes et reconnaissant. Vous devez tout à la France.»

Lire l’ensemble de l’article ici :
http://resistancerepublicaine.eu/2017/07/30/quand-patrice-quarteron-donne-une-lecon-de-patriotisme-a-ceux-qui-haissent-la-france/

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>