Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Environnement. Les hérissons menacés d’extinction

Publié le 31 Mai 2017 par France Révolution

Environnement. Les hérissons menacés d’extinction

Les chiffres précis sont compliqués à rassembler mais les estimations font froid dans le dos. Depuis les années 1950, la population de hérissons en France serait en diminution régulière. Pire, depuis 20 ans, il s’agirait d’une chute libre avec une baisse dramatique de 70 % du nombre de ces mammifères si appréciés des jardiniers.

Une mortalité énorme due à plusieurs facteurs

Entre 700 000 et 1 000 000 de hérissons meurent chaque année en France et l’espérance de vie serait tombée de 10 à 2 ans ! En Bretagne administrative, le seul centre homologué de soins pour les hérissons est celui de Didier Masci à Languidic. Il accueille 250 à 300 hérissons par an.
Jean-Xavier Duhart, de la coordination « Hérissons en danger », nous explique que les écrasements sur les routes ne sont pas les seuls responsables de la mortalité des mammifères. « Les hérissons sont en haut de la chaîne alimentaire. Donc, en plus des polluants qu’ils sont susceptibles d’absorber eux-mêmes, ils souffrent également des pesticides auxquels sont exposés les insectes qu’ils mangent. »

C’est bien ce rôle néfaste des insecticides qui est mis en exergue par les spécialistes de la question. Et Jean-Xavier Duhart de pointer du doigt « le tabou énorme » sur cette question, lié selon lui au « poids de l’industrie agro-alimentaire ».

La multiplication des routes, la modification du paysage naturel avec la fin des forêts, la chasse aux hérissons pratiquée par les communautés de gens du voyage et l’usage de pesticides, voilà les principales causes de la disparition inquiétante des petits animaux.

Une pétition et des propositions

Selon plusieurs estimations, les hérissons pourraient complètement disparaître entre 2025 et 2050 !
Face à cette issue dramatique, des associations ont décidé de se battre.

Jean-Xavier Duhart a ainsi mis en ligne une pétition déjà signée par plus de 92 000 personnes. Cette pétition est adressée au nouveau président de la République et à son ministre Nicolas Hulot. Et elle va droit au but : « Les hérissons sont intoxiqués par les pesticides, broyés par les engins agricoles, chassés des campagnes suite à la destruction de leurs habitats naturels, brûlés vifs dans les feux de jardin, écrasés un peu plus dans d’horribles souffrances à chaque passage de nouvelle voiture : 1,8 millions par an en France selon les premières statistiques ! Une véritable hécatombe.. Là où dans les campagnes il y avait 100 hérissons, il n’y en a plus que 3 à présent ! On estime qu’ils auront quasiment disparu d’ici à 2025, dans à peine 10 ans ! »

Pour permettre de sauver les hérissons, les signataires de la pétition réclament:
– Un statut juridique aux bénévoles pour les soins à un hérisson blessé ou malade.
– Une réduction drastique de la durée de la formation nécessaire pour ouvrir un centre de sauvetage des hérissons.
– La facilitation de création de zones de nidification.
– La mise en place une campagne de sensibilisation du grand public.
– La réalisation d’un comptage des populations et assurer un suivi statistique de l’espèce.

Le temps presse pour les hérissons

Pour Didier Masci, il est impératif de se préoccuper rapidement du sort des hérissons. « C’est une régression énorme du nombre de hérissons qu’on observe. Tous ceux qui en avaient dans leur jardin n’en ont plus. »
Un constat amer que le Breton n’hésite pas à commenter durement : « En ce moment, il y a une épidémie de morts par staphylocoques et par bactéries parmi la population de hérissons. Mais comme les analyses coûtent cher, plus de 40 € par hérisson, on ne peut pas savoir précisément ce qui provoque les décès. Tout le monde s’en fout ! »

Et du côté de Jean-Xavier Duhart, le discours, même plus optimiste, reste concerné : « Nous avons contacté à quatre reprises la Fondation Nicolas Hulot mais la fondation n’a pas jugé la situation alarmante ! Ils n’ont pas voulu partager notre pétition au motif qu’ils ne le faisaient pour aucune pétition et qu’ils avaient effectué diverses expertises rassurantes. Ces expertises ont été réalisées par France Nature Environnement et son truffées d’erreurs ! »

Nicolas Hulot, ministre d’Emmanuel Macron acceptera-t-il de rencontrer les initiateurs de la pétition signée par des dizaines de milliers de Français ? C’est l’espoir de Jean-Xavier Duhart qui verrait bien le sujet épineux de la protection des hérissons être entendu par les décideurs politiques.

NF

commentaires

Ferrand, Sarnez : les tâches de l’immaculée présidence Macron

Publié le 31 Mai 2017 par France Révolution

Ferrand, Sarnez : les tâches de l’immaculée présidence Macron

VIDEO  :  https://youtu.be/GaXv6EeQQrQ

Cap sur l’Assemblée / Ferrand, Sarnez : Moutons noirs de la présidence Macron

Richard Ferrand, Marielle de Sarnez, voilà le nom des petits cailloux dans la chaussure d’Emmanuel Macron. Le président faisait jusque là un sans-faute… Mais à mesure que les scrutins se rapprochent, l’intégrité de son entourage s’effrite…

“J’ai ma conscience pour moi”. Voilà la défense du ministre de la Cohésion des territoires qui ne lâche pas son siège malgré les soupçons qui pèsent sur lui. Favoritisme, emploi de son fils, enrichissement personnel, conflits d’intérêt, à chaque jour suffit son lot de nouveautés. Voilà désormais une semaine que le Canard Enchaîné a révélé que Richard Ferrand avait, en tant que directeur des Mutuelles de Bretagne, accordé un contrat à la société immobilière de sa compagne. En réalité, quand l’appel d’offre est lancé, la SCI de Sandrine Doucen, la compagne de Ferrand, n’est pas encore enregistrée aux Greffes, et pour cause. La société attend de remporter le contrat pour obtenir un prêt qui lui permettra d’acquérir les locaux qu’elle souhaite louer ensuite, à un prix certes plus bas que les concurrents. Pour autant, les locaux sont en mauvais état et l’accord finalement signé entre les Mutuelles de Bretagne et la SCI de Sandrine Doucen stipule que c’est le locataire qui s’acquittera des travaux… des travaux de 184 000 euros. La rénovation permettra de faire une très importante plus value… Dans tout cela, un des arguments mis en avant par les intéressés est que Richard Ferrand et Sandrine Doucen n’ont pas de lien juridique… Pourtant, selon Mediapart, ils auraient conclu un PACS en 2014… Autre élément amusant, la fille de Richard Ferrand et de Sandrine Doucen, visiblement une précoce femme d’affaire, 13 ans, détient une part de la SCI depuis le début de cette année.

Par ailleurs, une artiste peintre avait été chargée de l’aménagement des locaux des Mutuelles de Bretagne et… c’est l’ancienne épouse de Richard Ferrand qui s’en est chargée… Décidément, dans la famille on a du talent.
C’est d’ailleurs ce talent qui avait été évoqué pour justifier l’embauche de son fils comme assistant parlementaire en 2004. En effet, certains membres du cabinet de l’actuel ministre auraient expliqué que les jeunes sachant lire, écrire et se servir d’un ordinateur étaient rares en Bretagne. Quoi qu’il en soit, la loi n’interdisait pas la pratique à cette époque. Depuis, Richard Ferrand n’a pas réitéré en embauchant sa famille… Au contraire, en 2012, il a salarié Hervé Clabon ! Lui, n’est pas de sa famille. Il est juste le compagnon de Joëlle Salaun… la nouvelle directrice des Mutuelles de Bretagne… la même qui prend la défense de Richard Ferrand ces derniers jours, pour dire combien elle estime son prédécesseur… D’ailleurs, elle l’estime tellement qu’entre 2012 et 2017, soit le mandat de député de Richard Ferrand, celui-ci a conseillé les Mutuelles de Bretagne en tant que chargé de mission, pour un petit viatique de 1 250€ mensuels. Face à cette accumulation, on espère que le ministre de la Cohésion des territoires n’ait pas d’amis tailleur qui aurait pu lui offrir des costumes…

Quoi qu’il en soit, quelques mois après les premières secousses de l’affaire Fillon, on s’étonne de la dormition de la justice pour se saisir du dossier Ferrand. En effet, comme les commentateurs se plaisaient à le rappeler pour le candidat Républicain, qui mieux que la justice pourrait laver l’honneur du proche d’Emmanuel Macron, s’il n’a rien à se reprocher… Comme pour amplifier cette différence de traitement, Fillon était à nouveau chez les juges lundi… Pendant qu’Edouard Philippe, le premier ministre, considérait que Richard Ferrand n’avait en aucun cas à démissionner. Pourtant, à mesure que les éléments s’accumulent, la position du récent ministre devient de plus en plus précaire. Toutefois, l’intéressé peut se réjouir de l’arrivée de Marielle de Sarnez dans la course aux casseroles… En effet, le ministre chargé des affaires européennes fait l’objet d’une enquête pour des soupçons d’emplois fictifs au Parlement européen. Déjà, pendant la campagne présidentielle, plusieurs accusations tournaient autour du parti de François Bayrou. En effet, en 2014, Corinne Lepage dénonçait les procédés employés par le parti dans son livre Les Mains Propres. Des procédés corroborés par les accusations d’un certain Nicolas Grégoire , ancien assistant parlementaire.

https://medium.com/@nicolasgregoire/cher-libé-91432c8b4a07

Ce dernier va d’ailleurs plus loin. Il estime que les media ont refusé de parler de ces affaires pour ne pas gêner la campagne d’Emmanuel Macron, soutenu par François Bayrou. De son côté, le maire de Pau, comme le stipule exhaustivement son compte Twitter s’est fendu d’un tweet reprenant la défense de Marielle de Sarnez… Une attitude inadaptée pour celui qui est actuellement ministre de la Justice… responsable de l’élaboration de la future loi de moralisation de la vie politique… Quand on dit que le cordonnier est toujours le plus mal chaussé ! Au final, avec ces deux affaires, ce n’est peut être pas un ministre qui finira sur le carreau… mais plusieurs !

1) Société / La pénurie de carburant se propage

La pénurie de carburant gagne du terrain. Après 6 jours de grève des transporteurs de matières dangereuses, les files d’attente se multiplient devant les stations essence. Mais le patronat et le gouvernement restent muets.

2) Société / Uber fait le ramadan

Depuis vendredi c’est le ramadan ! Un mois de jeûne diurne pour les musulmans partout dans le monde… Partout dans le monde, notamment en France où cet événement a des répercussions sur certains secteurs d’activités comme le service de chauffeurs privés Uber.

3) Etats-Unis / La guerre des toilettes aura bien lieu

La guerre des toilettes aura bien lieu ou quand les combats communautaires se déroulent en dessous de la ceinture. Aux Etats-Unis, dans la Silicon Valley, de grands groupes partent en croisade contre un projet de loi texan visant à empêcher les individus transgenres de choisir leur toilette.

4) Sport / Le tennis français en pleine tempête

Le tennis français dans la tourmente ! Le tournoi de Roland-Garros a à peine débuté que certains joueurs tricolores ont déjà créé la polémique. Entre gestes déplacés et manque d’esprit sportif, la nouvelle génération du tennis en France est bien mal embarquée.

5) L’actualité en bref

Un mariage pour un enterrement. Le compagnon de Xavier Jugelé s’est marié à titre posthume avec le policier assassiné lors de l’attaque des Champs-Elysées le 20 avril dernier. La cérémonie s’est déroulée mardi à la mairie du 14ème arrondissement de Paris en présence de François Hollande, Anne Hidalgo et Gérard Collomb. Un mariage symbolique qui devrait permettre à Etienne Cardiles d’obtenir la pension du défunt policier.

***

Dégradation gratuite pour les clandestins ! Plusieurs dizaines d’entre eux ont manifesté lundi dans le 20ème arrondissement de Paris. Ils réclament de ne pas payer les dégradations commises dans leurs logements sociaux. Les délégués des résidents ont rencontré le directeur général de l’ADEF, l’association pour le développement des foyers, qui a refusé d’accéder à leur demande. Les clandestins ont donc décidé de poursuivre leur contestation.

***

L’arroseur arrosé ! A Saint-Denis en Île-de-France, l’ouverture des bouches à incendies devient monnaie courante avec l’arrivée des premières chaleurs estivales… Des dégradations de bien publics qui ne sont pas sans danger. Lundi soir, un homme a glissé en scooter sur une chaussée complètement détrempée, des “jeunes” se sont alors jetés sur lui pour le rouer de coup et lui voler son bolide…Le jeune homme tombera ensuite dans le coma. Quelques heures plus tard, un accident impliquera un piéton et un conducteur de scooter, tous les deux blessés. Or le scooter en question était… celui volé après l’accident ! Le voleur/agresseur, âgé de 16 ans, est déjà connu de la police pour trafic de stupéfiants. Il a donc été interpellé mais pas encore interrogé du fait de son état de santé.

***

Des dizaines de morts devant l’ambassade de France à Kaboul. Ce mercredi matin dans la Capitale afghane, l’explosion d’un véhicule piégé a tué au moins 80 personnes et fait plusieurs centaines de blessés. Si aucun groupe n’a revendiqué l’attaque, elle pourrait être le fait des talibans qui avaient annoncé en avril le début de leur offensive de printemps. Depuis le départ de l’OTAN fin 2014, les talibans ont repris le contrôle d’environ 40 % du territoire afghan.

Notre Zoom du jour avec le consultant Xavier Moreau, homme d’affaires français vivant à Moscou, a suivi pour la chaîne de télévision Russia-1, la première rencontre officielle entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine à Versailles. Il revient sur cet événement.

http://www.tvlibertes.com/2017/05/31/17510/macron-poutine-premiers-amours

***

Et ce soir, retrouvez “Perles de culture”. Anne Brassié vous emmènera voir les films “Little boy”, “Une famille heureuse” et “Le Roi Arthur”. Elle recevra ensuite l’auteur de romans policiers Jean-Claude Sacerdot pour la présentation de son dernier ouvrage “Chicago bang bang”. Didier Rochard viendra enfin vous parler de la 35ème édition du pèlerinage de Chartres. Une messe sera célébrée samedi à 7h à Notre-Dame de Paris avant le départ.

tvlibertes

commentaires

SYRIE. Les Etats-Unis livrent des armes aux Kurdes syriens au grand dam de la Turquie

Publié le 31 Mai 2017 par France Révolution

SYRIE. Les Etats-Unis livrent des armes aux Kurdes syriens au grand dam de la Turquie

MANBIJ, Syrie (06h59) – Les États-Unis ont commencé à équiper des groupes kurdes au sein des Forces démocratiques syriennes (FDS) pour augmenter leur force de combat pour la bataille éventuelle de Raqqa contre Daesh, au grand dam de la Turquie.

C’est dans le nord de la Syrie, que le Pentagone a livré ces armes.

« Nous avons commencé à livrer des armes légères et des véhicules aux éléments kurdes » des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui sont une alliance arabo-kurde combattant les jihadistes de l’Etat islamique (Daesh), a déclaré le porte-parole du Pentagone Adrian Rankine-Galloway.

La livraison de ces armes a lieu avant une offensive en préparation sur la ville de Raqqa, la capitale de facto de l’EI en Syrie. Ces livraisons comprennent des armes légères donc, des munitions, des mitrailleuses lourdes et des armes capables de vaincre les menaces spécifiques

commentaires

Aux Etats-Unis aussi, on dit que l’islam a façonné la culture

Publié le 31 Mai 2017 par France Révolution

Stephen Decatur embarquant sur une canonnière tripolitaine lors du bombardement de Tripoli, le 3 août 1804  (Dennis Malone Carter, XIXe siècle)

Stephen Decatur embarquant sur une canonnière tripolitaine lors du bombardement de Tripoli, le 3 août 1804 (Dennis Malone Carter, XIXe siècle)

L’islam comme élément fondateur de la culture européenne : cela fait longtemps qu’on nous prêche cette baliverne. Mais si l’Europe a en effet été partiellement sous la coupe des mahométans – se définissant d’ailleurs plutôt par son opposition à l’islam que par rapport à son influence – il est plus difficile d’en dire autant des Etats-Unis. Eh bien, il s’est tout de même trouvé des médias pour affirmer que l’islam a façonné la culture américaine et fait partie de ses valeurs fondatrices. En l’occurrence, la chaîne CNN a emboîté le pas au politiquement correct.
 
C’est dans le cadre d’une série d’émissions consacrées à la « diversité » que W. Kamau Bells’est penché sur les communautés musulmanes et arabes pour montrer qu’elles font partie intégrante de l’Amérique, histoire de faire admettre une croissante présence islamique aux Etats-Unis. Cet épisode de United Shades of America (« Teintes unies d’Amérique ») correspond parfaitement au ton le plus souvent gauchisant de la série, clairement opposé à l’actuel président des Etats-Unis.
 

Aux Etats-Unis, on essaie de montrer que l’islam est américain

 
Son traitement de l’islam est le plus évidemment idéologique, faisant fi de la réalité et cherchant à faire croire que la religion du croissant a été présente sur le sol américain depuis les premières vagues d’émigration vers le nouveau continent.
 
« L’islam a toujours fait parti du tissu américain », y proclame un musulman vivant à Détroit – et filmé lors d’une réunion anti-Trump où Bell l’interviewait. « Beaucoup de gens pensent que l’islam vient d’un pays étranger, ou qu’il s’agit d’une religion étrangère. Il n’en est rien : l’islam est très américain », affirme le jeune homme que Bell, séduit, compare à Barack Obama. Il poursuit en dénonçant les discours violents qui ont cours en Amérique aujourd’hui, précisant qu’il ne s’agit pas de celui des islamistes…
 
La référence à Obama est délibérée. Dès 2009, le 44e président des Etats-Unis affirmait sans rire : « L’islam a toujours fait partie de l’histoire de l’Amérique. » Les preuves qu’il avançait étaient bien faibles : « La première nation à reconnaître mon pays a été le Maroc », expliquait-il. Il citait également le traité de Tripoli… par lequel les Etats-Unis acceptaient de payer une rançon aux pirates musulmans ayant kidnappé des Américains.
 

La culture islamique aux Etats-Unis ? Elle n’a laissé aucune trace…

 
CNN va plus loin, appuyant ses dires sur le fait que dès le temps de la traite des Noirs, de nombreux esclaves amenés d’Afrique étaient musulmans. Ainsi le correspondant de CNN Dean Obeidallah a pu dire récemment que « l’islam a été ici depuis le temps de l’esclavage, parce que 10 à 15 % des esclaves africains étaient musulmans. Et donc l’islam était ici avant la création des États-Unis. L’islam faisait en réalité partie de la création des États-Unis d’Amérique. » La série United Shades of America revoit pour sa part le pourcentage, affirmant que 25 à 30 % des esclaves noirs venaient de zones comportant essentiellement des populations musulmanes.
 
Il va de soi qu’il n’est pas question de la manière dont s’est faite la traite des Noirs à laquelle ont largement participé des chefs musulmans africains qui en tiraient des revenus confortables.
 
Mais s’il est vrai qu’une minorité des esclaves amenés d’Afrique sont arrivés musulmans, il n’ont pas du tout conservé leur religion et leurs descendants ignorent en général tout, non seulement de l’ancienne religion de leurs aïeux, mais du fait que ceux-ci aient pu être un jour musulmans.
 

Aux Etats-Unis le mythe de l’islam fondateur s’appuie sur… Mohammed Ali

 
Quant à l’islam en tant que tel, il est introuvable dans les actes et les documents des Pères fondateurs. On n’en trouve pas trace, même sous forme édulcorée ou adaptée, dans la pratique religieuse des Américains de l’époque, qu’ils fussent blancs ou noirs. A moins qu’il ne faille retenir ceci : dès 1786, Jefferson a réagi au fait que des Américains étaient capturés par les « pirates de Tripoli » en renforçant et en déployant les « Marines » des tout débuts pour sauver ces chrétiens dont le légat musulman avait déclaré à Londres qu’ils étaient des « proies légitimes pour les pirates » en tant qu’incroyants pécheurs.
 
Comme le récit révisionniste de CNN reste bien faible, le réalisateur s’échine à expliquer que les Américains ont « toujours eu des héros musulmans ». Et de citer Mohammed Ali, le boxeur, Kareem Abdul-Jabbar, le basketteur, et Malcolm X, le suprémaciste noir converti à l’islam – tous actifs après 1960.
 
Ça va – si on a la mémoire très courte.
 

Anne Dolhein
commentaires

Finance britannique avec l’UE : l’OCDE ne voit pas où est le problème du Brexit

Publié le 31 Mai 2017 par France Révolution

Finance britannique avec l’UE : l’OCDE ne voit pas où est le problème du Brexit

Encore une preuve que les discours alarmistes par lesquels on a cherché à dissuader les Britanniques de voter pour le Brexit étaient faux ! Elle vient cette fois de l’OCDE qui vient de faire savoir dans son rapport annuel de prévisions sur les affaires et la finance que les nations de l’UE ont « un ample espace » où maintenir les affaires dans le domaine des services financiers avec le Royaume-Uni, même dans le cadre des règles internationales actuelles. Il n’est nul besoin de construire des barrières entre le continent et son actuel épicentre financier à Londres, affirme l’OCDE, qui ne croit pas davantage que ces barrières légales existent aujourd’hui.
 
Première raison : l’Union européenne a besoin de la place financière britannique pour accéder aux capitaux qui sont une nécessité vitale pour son économie. Pas question, donc, de démanteler la City en rapatriant l’activité vers les capitales de l’UE.
 

Le Brexit n’empêchera pas l’utilisation des services financiers britanniques par l’UE

 
Les 35 Etats membres de l’OCDE ont en effet signé un Code de libéralisation qui permet, selon le rapport de l’Organisme pour la coopération et le développement économique, de continuer de faire des affaires comme d’habitude aux termes de cet accord mutuel. Il leur suffit de rester dans une bonne entente, rapporte le Telegraph de Londres.
 
« Il ne sera pas dans l’intérêt collectif de l’économie globale d’ériger de nouvelles barrières aux services financiers dans l’environnement post-Brexit, économie globale où Londres jour un rôle si crucial dans le domaine des activités bancaires internationales, des obligations et du change », affirme l’OCDE. Le rapport précise que le Royaume-Uni a développé son expertise en la matière sur des décennies, et que ce savoir-faire ne peut être purement et simplement délocalisé vers un autre lieu en Europe.
 
Il y a donc une « approche pragmatique de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne », l’OCDE le reconnaît, après qu’on nous a répété sur tous les tons que le Brexit allait mener tout le monde à la catastrophe.
 
On a aujourd’hui un peu le discours inverse : tenter de donner à une autre place financière le rôle actuellement joué par Londres serait à son tour cause d’ennuis graves, pour le Royaume-Uni sans doute mais surtout pour une Union européenne mal préparée. Mais faut-il encore croire les oiseaux de malheur dans ces domaines ?
 

Les Britanniques rassurés par l’OCDE : le Brexit n’est plus un problème !

 
Mais la leçon de cette affaire est avant tout que l’on se trouve déjà dans un cadre très largement uniformisé dans le domaine de la finance où le globalisme est en pointe. Et c’est la deuxième raison invoquée par l’OCDE pour appeler au calme. Ainsi l’OCDE indique qu’il y a une forme marché unique des services qui existe en dehors de l’UE puisque les régimes de régulation des marchés des Etats-Unis et du Japon, bien que légèrement différents de celui de l’Union européenne, sont déjà considérés comme équivalents par celle-ci. Les Codes de libéralisation de l’OCDE devraient permettre cette reconnaissance mutuelle si les régulations américaines et britanniques ne sont pas significativement modifiées après le Brexit.
 
Faut-il y voir une menace voilée de l’OCDE à l’égard des pays qui voudraient reconquérir leur souveraineté y compris en ce domaine ?
 
En tout cas, l’OCDE se veut rassurante à partir du moment où tous continueraient de respecter les règles actuelles, l’Union européenne pouvant même sans crainte accorder au Royaume-Uni un accès privilégié aux marchés des services financiers européens – comme elle fait déjà pour le Japon et les États-Unis – sans se voir retoquer par l’OMC pour non-respect de la clause de la nation la plus favorisée à l’égard des autres pays tiers. Foi de mondialistes !
 

Anne Dolhein
commentaires

Le plan secret des Travaillistes (Labour) pour ouvrir encore la Grande-Bretagne à l’immigration après le Brexit

Publié le 31 Mai 2017 par France Révolution

Le plan secret des Travaillistes (Labour) pour ouvrir encore la Grande-Bretagne à l’immigration après le Brexit

Tandis qu’à l’approche des élections législatives du 8 juin l’avance des Tories sur le Laboursemblait s’amenuiser, entraînant une chute de la livre sterling, un document interne des Travaillistes sur l’immigration pourrait bien renverser la tendance. Révélé par le Telegraph etpar le Daily Mail, ce document, qualifié de « document de discussion » par le parti de Jeremy Corbyn qui en a confirmé l’authenticité, détaille un ensemble de mesures absentes du manifeste officiel publié pour la campagne en cours. Il semblerait, d’après ce document, que si elle obtient une majorité de gouvernement le 8 juin prochain, la gauche britannique prévoit d’ouvrir encore plus la Grande-Bretagne à l’immigration après le Brexit.
 

Les travailleurs britanniques voudront-il voter pour des Travaillistes qui promettent d’ouvrir la Grande-Bretagne à la main d’œuvre étrangère ?

 
La divulgation de ce document ne sera pas de nature à favoriser le vote des classes ouvrières en faveur du Labour, car il apparaît qu’une des mesures phares discutées au sein du parti travailliste serait de permettre l’immigration des travailleurs non qualifiés, peu qualifiés et saisonniers, une catégorie qui avait été exclue des programmes d’immigration en 2013 en raison de la présence massive de travailleurs d’Europe de l’Est bénéficiant de la libre circulation au sein de l’UE. En outre, si les recommandations du document sont mises en œuvre, le regroupement familial ne sera plus soumis à une exigence de revenu pour l’immigré souhaitant faire venir son conjoint ou partenaire et, d’autre part, les règles sur le droit d’asile seront rendues moins strictes. En ce qui concerne l’immigration européenne, tous les citoyens de l’UE résidant déjà au Royaume-Uni se verront attribuer un titre de séjour. Cette dernière mesure reviendrait en fait à céder avant même la négociation sur le Brexit à une exigence majeure de Bruxelles formulée début mai.
 
Globalement, le système prévu par les Travaillistes en cas de victoire reposerait sur l’attribution de « cartes vertes » qui pourraient être demandées par toute personne avec « des liens familiaux, une offre d’emploi, des compétences professionnelles pertinentes ou le statut de réfugié ou de demandeur d’asile ». L’obtention de cette carte donnerait automatiquement un droit de résidence permanent.
 

Le Labour à l’opposé du vote sur le Brexit en matière d’immigration

 
Ces propositions vont à l’encontre du vote pour le Brexit dans le référendum de 2016 puisque l’incapacité du Royaume-Uni à contrôler et freiner son immigration avait été un argument majeur des partisans de la sortie de l’UE. Avec une immigration nette qui atteignait des niveaux record ces dernières années, face aux Tories qui promettent qu’elle se comptera bientôt en dizaine de milliers plutôt qu’en centaines de milliers, le Labour, même, ou surtout si Jeremy Corbyn est toujours très évasif sur le sujet, semble plutôt souhaiter une évolution en sens inverse.
 

Olivier Bault
commentaires

Ancien dictateur du Panama, agent de la CIA et narcotrafiquant décoré par Mitterrand, Noriega est mort

Publié le 31 Mai 2017 par France Révolution

Ancien dictateur du Panama, agent de la CIA et narcotrafiquant décoré par Mitterrand, Noriega est mort

C’est François Mitterrand qui lui avait remis sa Légion d’honneur en 1987, mais il le faisait sur proposition du ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Jacques Chirac. Déjà à l’époque, le général Manuel Noriega était le dictateur de fait du Panama même s’il ne s’était pas encore auto-désigné président, ce qu’il fera en 1989 après avoir annulé les élections gagnées par le candidat de l’opposition. Mais c’est dès l’année de sa Légion d’honneur qu’il est lâché par les Etats-Unis qui accusent le dictateur d’être un narcotrafiquant au service du cartel de Medellin du célèbre Pablo Escobar. Il semble en fait que la CIA avait avalisé ce transit de la drogue par le Panama pour assurer le financement illégal dans les années 1980 des guérillas anticommunistes d’Amérique centrale.
 

Après avoir longtemps travaillé pour la CIA, Noriega le narcotrafiquant était devenu encombrant pour les États-Unis

 
Manuel Noriega avait pris la tête des services de renseignement du Panama après avoir soutenu en 1968 le coup d’Etat militaire qui avait porté au pouvoir le général Omar Torrijos. Quand Torriros a trouvé la mort en 1981 dans une catastrophe aérienne dont les circonstances n’ont jamais été élucidées, c’est Manuel Noriega qui a pris la tête des forces armées panaméennes, devenant ainsi l’homme fort du pays. Généreusement rémunéré par la CIA, Noriega a aidé les Etats-Unis à armer les guérillas anticommunistes d’Amérique centrale, ce qui ne l’a pas empêché de travailler également avec les services cubains. C’est sans doute plus Noriega le narcotrafiquant associé au cartel de Medellin que Noriega le dictateur faisant assassiner ses opposants qui a fini par provoquer l’invasion américaine décidée par le président George Bush en 1989.
 

Une enquête ouverte en France contre Noriega deux ans seulement après que Mitterrand lui a décerné la Légion d’honneur

 
Le Commandeur de la Légion d’honneur Manuel Noriega a ensuite écopé en 1992 d’une condamnation à 40 ans de prison prononcée par un tribunal de Floride. Sa peine a ensuite été ramenée à 17 ans pour bonne conduite, ce qui a permis son extradition en 2010 en France dans le cadre d’une enquête pour trafic de drogue ouverte en 1989. Condamné à 7 ans de prison par un tribunal français en 2010, il est incarcéré à la Prison de la Santé à Paris avant d’être extradé vers le Panama en 2011, où il est à nouveau condamné et emprisonné pour les violations des droits de l’homme commises sous son régime.
 

L’ex-dictateur du Panama, mort après avoie demandé pardon mais sans jamais reconnaître sa responsabilité des assassinats politiques de son régime

 
Jusqu’à la fin, Manuel Noriega a refusé de reconnaître son implication dans les assassinats politiques et de collaborer pour établir les responsabilités, tout en demandant pardon à ses victimes en ces termes en 2015 : « Je demande pardon à toutes les personnes que j’ai offensées, affectées, blessées ou humiliées par mes actes ou ceux de mes supérieurs en obéissant aux ordres, ou ceux de mes subordonnés ». Atteint d’une tumeur au cerveau, le général Noriega a obtenu en janvier de pouvoir sortir de prison pour être hospitalisé. Opéré le 17 mars dernier, Manuel Noriega est décédé lundi soir à 83 ans des suites de son opération.
 

Olivier Bault
commentaires

Apple travaille à une puce à Intelligence Artificielle

Publié le 31 Mai 2017 par France Révolution

Apple travaille à une puce à Intelligence Artificielle

Il avait été précurseur en lançant « Siri » en 2011 (l’assistant personnel intelligent), le géant de l’électronique Apple semble vouloir regagner le terrain perdu depuis ces six années, face à ses lourds concurrents. Selon une source anonyme entreprise par Bloomberg, la firme prévoirait pour ses terminaux iOS une puce dédiée à l’intelligence artificielle.
 
Elle aurait pour effet de concentrer un certain nombre de tâches et donc de réduire la consommation d’énergie. Il y a aussi des chances pour que les développeurs d’Apple aient accès à la puce pour décharger les applications ayant trait à l’intelligence artificielle.
 

Un module dédié spécialement conçu pour un traitement de l’Intelligence Artificielle exigeant

 
Elle s’appelle « Apple Neural Engine ». Et aurait pour but de délester le processeur central et le processeur graphique de la puissance de calcul nécessaire à un certain nombre de tâches habituellement traitées par l’homme, comme la reconnaissance faciale ou celle de la parole.
 
Les tâches seraient ainsi effectuées localement plutôt qu’à distance, dans le cloud, en liaison avec les serveurs d’Apple. Elle permettrait aussi de limiter la consommation électrique des terminaux iOS qui l’embarqueront et de libérer de la puissance de calcul sur l’iPhone et l’iPad.
 
Un processeur compatible IA qui pourrait aussi permettre à Apple d’intégrer par la suite aux périphériques des fonctionnalités plus avancées, en particulier dans le secteur de la réalité augmentée ou des voitures autonomes.
 

La puce d’Apple n’est pas la toute première

 
Si la puce d’Apple n’a pas encore été rendue publique, le directeur général, Tim Cook, a plusieurs fois affirmé que l’intelligence artificielle, avec la réalité augmentée, était l’un des deux piliers de développement de la firme à la pomme.
 
Comme elle l’est pour d’autres géants du secteur – le mouvement est généralisé. Apple est loin d’être la seule dans cette course à l’IA qui s’est récemment déployée, notamment via les assistants numériques Amazon’s Echo et Google Home.
 
La toute dernière puce pour les smartphones, Snapdragon de Qualcomm Inc., dispose d’un module pour gérer les tâches d’intelligence artificielle. Et Google a sorti en 2016 sa première puce du genre, appelée unité TPU (Tensor Processing Unit) destinée à faciliter dans les centres de données le traitement des résultats de recherche et de reconnaissance d’images.
 

L’entente des grands : « Partnership on AI »

 
De la concurrence, oui, il y en a, mais l’entente est également capitale pour un enjeu de cette ampleur… Fin septembre 2016, les cinq géants du net – Amazon, Google et sa filiale DeepMind, Facebook, IBM et Microsoft – annonçaient la mise en place d’une organisation commune, appelée « Partnership on AI », destinée à promouvoir l’intelligence artificielle, tout en définissant « les meilleures pratiques » sur de nombreux domaines : éthique, équité, confidentialité, interopérabilité, etc.
 
Apple vient de les rejoindre au début du mois de février. Un mois auparavant, elle publiait son premier document IA. De quoi attirer de nouveaux chercheurs dans ses équipes, alors que son manque de transparence la pénalisait jusque-là.
 
L’Intelligence Artificielle s’invite dans vos téléphones portables…
 

Clémentine Jallais
commentaires

Capote chimique : l’avenir du No future

Publié le 31 Mai 2017 par France Révolution

Capote chimique : l’avenir du No future

Depuis que Charles Goodyear avait donné en 1855 la solidité du caoutchouc aux condoms de toutes matières inventés depuis l’antiquité, la capote anglaise n’avait pas fait de progrès. Mais, dans un papier publié la semaine dernière dans la revue PNAS, des chercheurs de l’université californienne de Berkeley explorent une nouvelle forme de contraception masculine : il s’agit de rendre les spermatozoïdes infertiles par un procédé chimique qui inhiberait leur faculté de pénétrer l’ovule. En somme, de généraliser une asthénie des spermatozoïdes déjà sensible chez de nombreux mâles des sociétés développées, afin que celles-ci ne se perpétuent plus. C’est-à-dire en faisant la synthèse chimique d’un processus de suicide naturel. La chose est présentée comme « une amélioration déterminante à la fois de la santé et du progrès », au moment où « la surpopulation devient un problème toujours plus difficile ». La capote chimique est l’avenir high tech du No future.

 
RéinformationTV
commentaires

Le Tweet : nous avons un déficit commercial MASSIF avec l’Allemagne, et ils payent BIEN MOINS qu’ils devraient pour l’OTAN et la Défense. Très mauvais pour les USA. Ca va changer.

Publié le 31 Mai 2017 par France Révolution

Le Tweet : nous avons un déficit commercial MASSIF avec l’Allemagne, et ils payent BIEN MOINS qu’ils devraient pour l’OTAN et la Défense. Très mauvais pour les USA. Ca va changer.

Telle est la réponse de Donald Trump à Angela Merkel qui avait émis après le G7 des doutes sur la fiabilité de son allié américain dans l’OTAN. Elle avait pourtant pris soin d’affirmer qu’elle était une « atlantiste convaincue ». Leur querelle éclaire une contradiction fondamentale de la géopolitique depuis 1945 : l’Europe occidentale, l’Allemagne en particulier, se comporte en esclave ladre vis-à-vis des Etats-Unis, auxquels elle abandonne sa défense et pour l’essentiel sa politique étrangère en échange d’économies budgétaires, et les Etats-Unis au contraire payent l’essentiel des dépenses militaires, ce qui leur permet d’imposer leur volonté, d’où ils tirent des bénéfices diplomatiques, économiques et culturels considérables. En tenant le rôle de l’avare et du mauvais allié, Trump ne propose pas moins à l’Europe que de lui rendre sa liberté. Mais ceci a un coût, que les élites européennes mondialistes ne veulent naturellement pas payer.

 
RéinformationTV
commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>