Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Explosif : François Bayrou compromis dans une affaire d’emplois fictifs

Publié le 28 Février 2017 par France Révolution

Explosif : François Bayrou compromis dans une affaire d’emplois fictifs

Corinne Lepage révèle dans un livre, « Les mains propres », en citant des noms, que la secrétaire particulière de François Bayrou a été illégalement payée par l’enveloppe d’assistance parlementaire sur fonds européens, et une enquête du parquet national financier doit être ouverte.

Dans son ouvrage largement passé inaperçu, Corine Lepage, avocate et politicienne française engagée dans la protection de l’environnement, accuse :

« C’est ainsi que des assistants parlementaires servent en réalité le parti politique, et non le parlementaire.

Lorsque j’ai été élue au Parlement européen en 2009, le MoDem avait exigé de moi qu’un de mes assistants parlementaires travaille au siège parisien. J’ai refusé en indiquant que cela me paraissait d’une part contraire aux règles européennes, et d’autre part illégal.

Le MoDem n’a pas osé insister mais mes collègues ont été contraints de satisfaire à cette exigence.

Ainsi, durant cinq ans, la secrétaire particulière de François Bayrou a été payée … par l’enveloppe d’assistance parlementaire de Marielle de Sarnez, sur fonds européens.

Ce cas n’est pas unique et le Front national s’en est même fait une spécialité.

Ainsi Florent Philippot, vice-président du Front national, a émargé comme assistant parlementaire durant cinq ans.

Pire encore, Louis Alliot, compagnon de Marine Le Pen, aurait dû être à ce titre exclu des fonctions d’assistant parlementaire de sa compagne (puisque l’emploi de personnes de la famille, d’époux ou de concubins est proscrit par les règles européennes). »

 

 

Ainsi donc la justice française enquête et met en accusation des collaborateurs du Front national pour des faits identiques reprochés à François Bayrou et à son parti, lesquels sont abrités des mêmes poursuites ?

Cette injustice de la justice est tout bonnement intolérable dans un pays de droit. A moins qu’en France, il faille laisser la justice politisée décider qui sera président.

commentaires

En finir avec l’agriculture industrielle, une impérieuse nécessité

Publié le 28 Février 2017 par France Révolution

En finir avec l’agriculture industrielle, une impérieuse nécessité

Depuis des millénaires, c’est elle qui nous nourrit. Elle a même longtemps rythmé les vies d’une grande partie de nos aïeux. Et voilà que depuis une soixantaine d’années, l’agriculture prend un nouveau visage : celui d’une machine industrielle de toujours plus tournée vers l’efficacité immédiate, la production de masse et les rendements sur le court terme.

Au passage, elle s’est délestée d’une partie pourtant essentielle de son activité : la préservation de la terre. Saurons-nous réinventer une agriculture pour les siècles à venir ?

Une vidéo proposée par Data Gueule.

https://youtu.be/3rtEMp8_7z4

 

commentaires

François Hollande vante le rôle majeur du Grand Orient dans la politique française !

Publié le 28 Février 2017 par France Révolution

François Hollande vante le rôle majeur du Grand Orient dans la politique française !

Pour le tricentenaire du Grand Orient de France, François Hollande a rendu visite à la plus ancienne des obédiences maçonniques de France. C’est la première fois qu’un président de la Ve République en fonction effectue une visite officielle rue Cadet, qui est depuis des temps plus récents le siège du GODF.

Et dans son discours, il a loué le rôle central du Grand Orient dans la vie politique française, disant exactement :

« Nous sommes à la veille d’un moment important de notre vie publique. Et si vous n’y participez pas directement, vous faites en sorte que les réflexions que vous avez portées ces derniers mois puissent se retrouver dans la délibération publique, de manière à inspirer des textes qui demain seront les lois de notre pays. »

Qui osera encore dire que ceux qui dénoncent le poids de la maçonnerie sur l’évolution de la France sont des complotistes ?

Quelques instants plus tôt, le chef de l’Etat avait d’ailleurs dit, pensant sans doute à toutes les « évolutions sociétales » de ces dernières décennies :

« Depuis plus d’un demi-siècle, initiés et profanes se retrouvent entre ces murs pour dialoguer, pour réfléchir, pour bâtir une République plus forte, plus humaine, plus fraternelle, et pour faire que avant chaque moment décisif de notre histoire, vous puissiez aussi vous exprimer. »

Rares moments de vérité, dans un discours où François Hollande a également tenu à souligner le rôle des maçons dans les combats pour la déchristianisation de la France :

« La plupart des lois de liberté adoptées entre 1870 et 1914 ont été réfléchies et travaillées dans les loges […] [comme] le grand combat pour la laïcité. Les francs-maçons ont toujours été à l’avant-garde pour affirmer la neutralité de la République, pour établir une école débarrassée des influences extérieures, pour demander la séparation des Eglises et de l’Etat »

ainsi que dans la Révolution française :

« La maçonnerie n’a pas fait la Révolution française, mais elle l’a préparée. Beaucoup de maçons furent ensuite des artisans des grands textes de cette Révolution. »

Ce n’était pas la première fois que François Hollande se rendait rue Cadet.Comme l’écrit Sophie Coignard pour Le Point : « D’ordinaire, ce sont les candidats à la présidentielle qui se prêtent au rituel de la “tenue blanche fermée“. François Hollande s’y était d’ailleurs plié en février 2012. Il avait câliné plusieurs centaines de frères réunis dans le temple. »

VIDEO  :  http://www.elysee.fr/video/x5de95q

commentaires

Immigration clandestine : des ONG dans le viseur de la justice

Publié le 28 Février 2017 par France Révolution

Immigration clandestine : des ONG dans le viseur de la justice

A la suite du rapport remis en novembre aux autorités européennes et nationales par l’agence de surveillance des frontières Frontex – un rapport qui accusait les ONG opérant en Méditerranée de collusion avec les passeurs libyens –, le parquet de Catane, en Sicile, a ouvert une enquête concernant l’activité et les financements de ces ONG.

« Nous voulons comprendre qui est derrière toutes ces associations humanitaires qui ont proliféré ces dernières années, d’où vient tout cet argent mis à leur disposition, et surtout à quoi elles jouent », a déclaré le procureur de Catane Carmelo Zuccaro, cité par le journal italien La Repubblica le 17 février dernier.

« Avec Frontex et la marine de guerre italienne, nous nous efforçons de surveiller toutes ces ONG qui ont montré qu’elles avaient de gros moyens financiers », a-t-il encore expliqué.

En 2016, les ONG ont récupéré au large des côtes libyennes quelque 70 000 candidats à l’immigration illégale sur les plus de 180 000 débarqués en Italie, assurant, selon les termes mêmes de Frontex, un véritable service de « taxi » entre la Libye et l’Italie.

Pour Fabrice Leggeri, le directeur de Frontex interviewé lundi par le quotidien allemand Die Welt, les opérations des ONG, qui comptaient à l’automne 2016 pour 40 % des « sauvetages » d’immigrants clandestins en Méditerranée centrale contre 5 % début 2016, doivent faire l’objet d’une nouvelle évaluation :

« Nous devons éviter de soutenir l’activité des réseaux criminels et des trafiquants en Libye en envoyant des navires européens récupérer les migrants toujours plus près des côtes libyennes », a prévenu M. Leggeri, expliquant, comme Frontex l’indique régulièrement dans ses rapports annuels, que « cela pousse les trafiquants à mettre toujours plus de migrants sur des embarcations inadaptées avec insuffisamment d’eau et de carburant. »

Dans cette interview, le directeur de Frontex a également repris les accusations formulées par son agence dans son rapport de novembre selon lesquellescertaines ONG ne coopèrent pas avec les services de sécurité européens et « rendent encore plus difficile l’obtention d’informations sur les réseaux de trafiquants par le biais des entretiens avec les migrants ». Pour rappel, comme nous l’avions signalé dans Présent à propos de ce rapport, les personnes secourues par les ONG sont « averties [par les ONG] de ne pas coopérer avec les autorités italiennes ou avec Frontex ».

Fabrice Leggeri prévient également qu’il faut s’attendre cette année à une augmentation du nombre d’immigrants clandestins arrivant par la route de la Méditerranée centrale, alors que l’année 2016 a déjà été une année record.

Quand le site Fdesouche avait repris en décembre une étude de la Fondation hollandaise Gefira qui mettait en évidence la coopération entre ONG et passeurs libyens (voir Présent du 13 décembre 2016), les « décodeurs » d’Arte et Libération avaient pourtant crié à l’intox. Les médias du système vont-ils accuser aujourd’hui le directeur de Frontex et le parquet italien de faire eux aussi de l’intox et de diffuser de fausses nouvelles ?

commentaires

Au Mont Saint-Michel, Marine Le Pen en appelle au « génie du renouveau »

Publié le 28 Février 2017 par France Révolution

Au Mont Saint-Michel, Marine Le Pen en appelle au « génie du renouveau »

Du Mont Saint-Michel, Marine Le Pen en a appelé, hier, au « génie du renouveau », lançant notamment :

« Nous sommes les héritiers d’une grande civilisation. Nous devons redevenir une nation de sentiments, une nation de cœur, une communauté de destin : nous avons la fierté d’être français et le désir de le rester ! »

VIDEO  :  https://youtu.be/UZzIxjjD5MU

commentaires

Rennes : Les trafiquants d’héroïne de l’enclave afro-musulmane de Malakoff, à Nantes, jugés

Publié le 28 Février 2017 par France Révolution

Rennes : Les trafiquants d’héroïne de l’enclave afro-musulmane de Malakoff, à Nantes, jugés

Un gang de trafiquants de dope originaire de l’enclave afro-musulmane de Malakoff (Naoned/Nantes) est jugé ce jour à Rennes. Il avait tenté d’introduire de l’héroïne et du crack en Bretagne.

 

Une équipe nantaise de trafiquants présumés est jugée, à Rennes, par la juridiction interrégionale spécialisée pour trois voyages aux Pays-Bas, entre 2014 et 2016. Avec, dans le coffre de la voiture, jusqu’à 400 000 € de drogues dures. Le coup de filet des douanes, dans la nuit du 15 au 16 février 2016, sur l’autoroute A 11, a lieu en deux temps. Les deux voitures ouvreuses d’un go-fast, entre Amsterdam et Nantes, sont interceptées, à 1 h du matin, au péage d’Ancenis.

L’article poursuit :

 

Le troisième véhicule, où se trouve la drogue, a été arrêté, une demi-heure auparavant, au péage de Corzé, près d’Angers. 1, 8 kg d’herbe de cannabis, un kilo d’héroïne et cinq kilos de crack y sont découverts. Au détail, la valeur du chargement est évaluée à 400 000 €.

Personne ne sera surpris d’apprendre que le gang vient de l’enclave ethnique de Malakoff :

 

Le pilote du chargement de drogue comparaît libre, comme trois de ces complices présumés. Quatre autres prévenus sont détenus, depuis un an. Issus du quartier de Malakoff à Nantes, ils étaient dans les voitures ouvreuses. Un autre convoyage leur est reproché : celui du 8 septembre 2015. Autour d’Arras, 5, 5 kg d’héroïne et 4 kg de pâte d’amphétamine avaient été saisis. Le procureur, qui a requis des peines de deux à six ans de prison, met l’accent sur l’extrême dangerosité des produits, destinés au marché nantais.

Le chef du gang n’a pas été jugé en même temps que ses comparses :

 

Le boss présumé, âgé de 26 ans, conteste les faits. Séparé, pour des raisons de procédure, du reste de la bande, il sera jugé le 20 mars.Un troisième go-fast lui est attribué : le 27 août 2014, dans l’Oise, une Citroën C3 avait forcé un barrage douanier, malgré ses pneus crevés par la herse, disposée sur la chaussée. Le conducteur avait réussi à s’enfuir, après avoir jeté un sac contenant 8, 5 kg d’héroïne. Ses camarades Nantais, jugés à Rennes, seront fixés sur leur sort, ce mardi.

commentaires

Quand le Canada, la Grande-Bretagne et la France font le jeu des islamistes

Publié le 28 Février 2017 par France Révolution

Quand le Canada, la Grande-Bretagne et la France font le jeu des islamistes

La semaine dernière nous a rappelé le danger des accommodements avec l’islamisme, typiques du monde anglo-saxon, de la Grande-Bretagne au Canada. Malheureusement, ils débordent de plus en plus dans notre pays, comme l’illustrent les dernières propositions de Terra Nova ou l’affaire du Bondy blog.

 
Le recul des libertés, au nom de la liberté !
 
On commence par l’idée d’une parlementaire canadienne, suite à l’attentat contre une mosquée qui propose une motion pour lutter contre « le racisme et la discrimination religieuse systématiques  », ne visant que la religion musulmane, et excluant toutes les autres ! Elle réalise l’exploit de proposer une lutte discriminatoire contre les discriminations ! Le problème est que cette motion est une porte ouverte à des restrictions à la liberté de parole : certains couvertures de Charlie Hebdo ne pourraient-elles pas être interdites ? Pire, le phénomène n’est pas nouveau, comme le rapportait Marianne au sujet des universités britanniques où les islamistes font taire toute critique ou caricature de leur foi.
 
Et justement, comme le rapportait Natacha Polony dans sa revue de pressele Figaro consacre un papier à la situation de certains quartiers de Birmingham, qui semblent en partie échapper au contrôle de l’Etat et être davantage sous la coupe de charia, entre femmes en burka et règne d’un ordre islamiste parallèle mais non moins puissant. Un délitement de l’Etat de l’intérieur du fait de l’impunité de comportements qui ne devraient pas avoir leur place ici, grâce à la complaisance des communautaristes libéraux-libertaires, qui refusent de voir qu’au nom de la liberté religieuse, c’est la liberté tout court qui reculesous les applaudissements d’une certaine gauche différentialiste.
 
Il y a heureusement des foyers de résistance, comme Shazia Mirza, une femme issue d’une famille pakistanaise très religieuse, qui vient de Birmingham mais qui revendique le fait de pouvoir rire de tout. Mais quand on voit l’incompréhension même des anglo-saxons à la simple idée de vouloir interdire la burka ou le burkini, difficile de ne pas craindre que le ver soit déjà bien dans le fruit outre-Manche. Les pessimistes, comme Zemmour, verront « notre avenir s’écrire au Québec  ». Malheureusement ses constats sont assez justes, et rejoignent en partie ceux de Natacha Polony dans son livre « Nous sommes la France  », qui rappelle toutes les dérives de ce que l’on appelle l’islamogauchisme.
 
 
Heureusement, Paris résiste mieux que Londres, en interdisant la burka et en questionnant le burkini, mais dans cette période trouble, il ne faut pas céder un pouce sur nos principes, et notre territoire (comme le montrait malheureusement un reportage de France 2) quand on voit jusqu’où cela peut mener. Cela amène donc à poser une fois encore la question du voile, qui remet en cause les valeurs de notre pays.
commentaires

Mehdi Meklat : on savait, mais on fermait les yeux...

Publié le 28 Février 2017 par France Révolution

Mehdi Meklat : on savait, mais on fermait les yeux...

Beaucoup savaient, connaissaient ces tweets haineux, cette avalanche de propos racistes, antisémites, ce déversoir d'insanités, de vulgarités méprisantes pour les blancs, les juifs, les noirs...
 
On savait, mais on fermait les yeux, comme on l'avait fait pour DSK : on savait les débordements sexuels du personnage, mais on se taisait.
Une loi du silence qui vient protéger des personnages en vue, des personnalités médiatiques, parfois artificiellement créées...
 
Ce fut le cas, sans doute, pour Mehdi Meklat, un beur, issu de la banlieue, un symbole d'une intégration réussie...
Chroniqueur, journaliste, il a l'air bien rangé, bien sage, avec sa casquette vissée sur la tête.
 
Et, pourtant, quand on découvre ses tweets, leur violence inouie, on se dit que ceux qui ont fermé les yeux se sont rendus complices du personnage.
Marcelin Deschamps, tel était le pseudonyme choisi par Meklat pour déverser sa haine sur twitter : un double, derrière lequel il se retranche pour prétendre que ces tweets n'étaient pas vraiment les siens.
 
On est sidéré par la violence des propos tenus dans ces tweets : homophobie, sexisme, antisémitisme, un tissu d'insultes, de violences, de déclaration de haine.
Ceux qui savaient n'ont-ils pas été les complices complaisants de Mehdi Meklat ? 
N'ont-ils pas protégé un jeune beur qui faisait étalage de violences inadmissibles ?
 
La violence serait-elle à la mode ? Serait-elle autorisée quand elle est le fait d'un jeune issu des banlieues ?
 
Ce jeune journaliste lancé par Pascale Clark sur France Inter, protégé par Canal +, le journal Le Monde, édité par Le Seuil déversait des torrents de haine sur internet, sous un pseudo bien français : Marcelin Deschamps.
Un dédoublement derrière lequel se retranche Meklat, affirmant qu'il "questionnait la notion d'excès et de provocation" à travers ces tweets.
De l'humour ? Une parodie ? Comment y croire ?
Quand on lit cette "littérature", on se dit que le prétexte invoqué est encore une forme de provocation : partout, une incitation à la haine, au meurtre, à la négation des autres...
 
Des références à Hitler, aux chambres à gaz, à Ben Laden, Mohamed Merah, présentés comme des héros.
Des appels à tuer les blancs, les juifs, Alain Finkielkraut, des insultes, le langage débridé de certains jeunes des banlieues : "enculer, niquer, fils de pute..."
 
L'incitation à la haine est un délit et doit le rester : d'où qu'elle vienne...
La loi punit l'incitation à la haine raciale : à ce titre, Meklat doit être sanctionné.
Ce n'est pas parce qu'on utilise un pseudonyme qu'on a le droit de dire des horreurs et d'appeler aux meurtres racistes...
 
De l'humour ? Un jeu de questionnements ? "Faites entrer Hitler pour tuer les juifs... Les blancs, vous devez mourir.... Fallait lui casser les jambes à ce fils de pute" (à propos d'Alain Finkielkraut)...
 
Comment peut-on invoquer l'humour, la drôlerie devant un tel ramassis de haine ?

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/02/mehdi-meklat-on-savait-mais-on-fermait-les-yeux.html
 
 Vidéo : https://youtu.be/VGNw-ISnx8M

 

commentaires

L’Union Européenne va se disloquer et il faut un projet

Publié le 28 Février 2017 par France Révolution

L’Union Européenne va se disloquer et il faut un projet

Combien de temps l’UE parviendra-t-elle encore à survivre à ses difficultés et au rejet grandissant de ses peuples ? La rupture interviendra-t-elle au cours du prochain quinquennat ? Quels évènements seront déterminants ? 

Grande Bretagne, Danemark et Pays-Bas se sont déjà opposés à une diminution de leur souveraineté ou à un élargissement de l’UE. La consultation des électeurs hongrois à propos de la politique migratoire européenne traduisait également une inquiétude partagée par la plupart des populations des Etats membres de l’UE. 

L’hexagone, jusque-là moins affecté par l’austérité que la Grèce, l’Espagne, le Portugal ou l’Italie, pourrait bientôt l’être davantage. Après les crises à répétition dont celles de l’euro et l’appauvrissement de populations entières, l’antienne d’une UE qu’il faut sauver coûte que coûte pour la changer de l’intérieur en une Europe plus humaine et sociale, moins libérale mais génératrice de croissance et d’emploi, ne convainc plus.

En France, les candidats à l’élection présidentielle issus des deux partis de gouvernement dont l’ancien sénateur socialiste Jean Luc Mélenchon ou les anciens ministres Emmanuel Macron et Benoît Hamon prétendent, comme leur homologue du Parti Les Républicains François Fillon , présenter des alternatives. Pourtant, tous jouent sur ce registre commun et leurs programmes économiques occultent la menace qui pèse sur l’euro et l’UE. On peut comprendre qu’il ne soit guère aisé de reconnaitre l’échec de la politique européenne défendue pendant plusieurs décennies mais cet autisme et l’absence de vision ou de réel projet, démobiliseront encore de nombreux électeurs. 

Les instances européennes et les milieux financiers scrutent maintenant la troisième économie européenne. Les banques transalpines croulent sous 360 milliards de créances douteuses et manquent de fonds propres. Bien que la Grèce en 2010, l’Irlande en 2011 et le Portugal en 2012, aient bénéficié du secours de fonds européens, la chancelière allemande s’oppose aujourd’hui à un prêt et s’appuie sur la règlementation européenne de 2014 qui impose une mise à contribution des épargnants même modestes et des actionnaires des banques, avant une aide de l’Etat. Mais la faillite de banques italiennes pourrait entrainer une récession dans le pays et déstabiliser un peu plus l’euro et l’Union Européenne. Certes, on peut présumer qu’en dernier recours, la BCE optera pour le sauvetage mais on peut aussi se demander quel jeu joue l’Allemagne.

Angela Merkel refuse que son pays soit davantage mis à contribution et ne souhaite pas une intégration financière plus poussée de la zone euro. La chancelière allemande a-t-elle déjà pris la décision, notamment en raison du Brexit, d’en finir avec l’euro et l’UE ? 

Déjà, en avril 2014, (quelques mois avant son assassinat dans les bureaux de Charlie Hebdo) l’économiste Bernard Maris prévenait : « Plus de vingt ans de guerre économique ont passé, et l’industrie allemande a laminé les industries italienne et surtout française. L’Allemagne n’a plus besoin de la zone euro. Au contraire : la zone euro commence à lui coûter cher, à tel point qu’elle songe elle aussi à quitter l’euro. Il est bien évident que ni la Grèce, ni le Portugal, ni l’Espagne, ni même la France et l’Italie ne pourront jamais rembourser leur dette avec une croissance atone et une industrie dévastée. La zone euro éclatera donc à la prochaine grave crise de spéculation contre l’un des cinq pays précités. »

La première ministre britannique Theresa May a saisi le sens de l’histoire et veut tirer profit du Brexit. Celle-ci a décidé de tourner le dos à la politique Thatchérienne qui a désindustrialisé la Grande-Bretagne pendant 30 ans. Cette nouvelle volonté politique pourrait préfigurer la fin du paradigme qui prône la toute-puissance des marchés et la déréglementation des échanges, souvent symbolisé par le slogan de Margareth Thatcher, There is no alternative (TINA). Toutefois, le gouvernement anglais n’entamera pas le processus de sortie de l’UE avant le début ou la fin 2017. La sortie effective ne devrait donc se concrétiser qu’en début ou fin 2019, au terme des deux ans de négociations nécessaires. Aussi on peut penser que la Grande Bretagne parie sur d’autres crises voire l’explosion de l’UE et ne souhaite pas s’engager immédiatement dans des négociations qui se révèleraient dès lors hasardeuses ou inutiles. Par ailleurs, on observe depuis quelques années chez son cousin anglo-saxon américain et pays du libre-échange, une volonté de relocalisation de l’industrie et le rétablissement de barrières douanières. Le haro aux USA sur le TTIP nous confirme cette tendance. Aussi, peut-être assisterons-nous au cours des années à venir, à l’émergence d’une nouvelle ère économique. 

L’Allemagne projette très certainement de s’extirper de l’UE, la Grande-Bretagne va en sortir et l’Italie qui pourrait bientôt entrer dans une grave récession devra repasser sous les fourches caudines de Bruxelles. Mais notre pays, pourtant déjà endetté de l’équivalent de trois ans de PIB (notre tribune dans le magazine Marianne Il faut sortir de l’euro et de l’UE avant un défaut de paiement), s’accroche avec nostalgie à un idéal européen promis au milieu du XXème siècle par les fondateurs de la construction européenne dans l’Europe en chantier d’après-guerre dont l’environnement économique n’avait rien de comparable avec celui d’aujourd’hui. 

Le déni ne saurait sauver une UE moribonde et déjà condamnée. Alors, peut-être devrions-nous aussi, afin de préparer au mieux notre avenir, en accepter la réalité. Le pragmatisme devrait primer et nous avons le devoir de définir, hors de considérations idéologiques ou politiques, un programme d’intérêt national qui pourrait être rapidement mis en œuvre, quel que soit le gouvernement qui officierait au moment de la désagrégation de l’Union Européenne. Car la France, nouvellement affranchie de la contrainte des traités européens, pourrait alors bénéficier d’extraordinaires opportunités de développement. 

Un travail de réflexion entamé il y a plusieurs années, a permis l’élaboration d’un modèle économique qui profiterai à tous, citoyens et entreprises. Ce projet, soucieux des intérêts de la Collectivité nationale, si l’on considère son objet et sa nature, propose les quelques rares solutions concrètes susceptibles de permettre le moment venu, de relancer l’industrie pour à terme, vaincre le chômage de masse tout en favorisant un mode de consommation plus respectueux. Le programme résumé en dix pages a été publié sur le site du Figaro en mai et juin 2016. Il convient maintenant, en collaboration avec l’Etat, des écoles d’ingénieurs et des entreprises, de poursuivre cette étude, dont notamment, l’évaluation des potentialités des métiers des secteurs manufacturiers.  

Francis Journot tient le site Collectivité nationale. Il est membre du mouvement Rendez-nous notre industrie et de l’association Vêtements made in France

commentaires

Marine Le Pen ennemie N°1

Publié le 28 Février 2017 par France Révolution

“Si la liberté d'expression se limite aux idées qui nous conviennent, ce n'est pas la liberté d'expression.”
Noam Chomsky
 

Même si on n'est pas FN , et j'allais dire surtout si on n'est pas FN

on ne doit pas cautionner le traitement qui est appliqué à ce parti.

On assiste à un spectacle particulier même si il n'est pas nouveau.

La chasse au FN. La critique est permanente tout au long de l'année mais les dates d'ouverture officielle de la chasse, elles, coïncident avec les dates des élections, alors là on sort toutes les armes les plus lourdes, et de toutes parts on se précipite pour participer à la curée. Tous les moyens sont bons, même la violence.

 

 

Cette haine distillée jour après jour aboutit à des actes anti démocratiques comme à Nantes samedi dernier ou des manifestations de mouvements d'extrême gauche et de syndicalistes frustrés et fâchés que les ouvriers partent en masse au FN, organisent des manifestations pour refuser la parole au FN, manifestations qui se terminent par des violences, des troubles et des saccages, pendant lesquelles 11 gendarmes mobiles ont été blessés. On tombe là dans la voyoucratie.

http://www.huffingtonpost.fr/2017/02/25/heurts-avec-la-police-et-vitrines-brisees-en-marge-dune-manif-anti-marine-le-pen/

 

Marine Le Pen devrait être comptable des dérapages de son père et des positions de l'ancien FN ?

Alors si on remonte un peu dans les déclarations contre l'immigration, il y a celles du Général De Gaulle, de Chirac, de Juppé, de Marchais, de Valls et de tant d'autres, et dans un autre domaine,les amitiés de Mitterand. On n'aurait pas fini de faire le procès des partis et de leurs partisans.

 

 
Doit on condamner le parti communiste d'aujourd'hui pour les propos de Marchais visant les Musulmans ?
Je ne le pense pas, mais cela doit nous rendre plus tolérant et moins excessif.
 

EcoutezAlain Juppé sur l'immigration et la préférence nationale

https://www.youtube.com/watch?v=fCVE30lKEv4

 

Le rappel du passé ne doit pas être à géométrie variable si on veut se livrer à cet exercice de façon honnête.

Le médias, les associations, les syndicats, les artistes, les partis politiques surtout sont les instigateurs de la situation faite au FN.

Alors là il faut s'arrêter un instant sur les partis politiques.

Car il s'y passe plusieurs phénomènes étranges.

 

Premier phénomène l'unanimité, de la droite à la gauche, en passant par ce qu'il reste du centre, tout le monde est contre le FN.

 

Le deuxième phénomène est que chaque parti dans chaque intervention passe par la déclaration ''il faut à tout prix éviter la victoire du FN''.

 

La motivation principale est celle-là.

A la limite, on privilégie la lutte contre le FN par rapport à son programme, on fait des alliances dans le but premier ''Battre le FN''. Bayrou s'allie avec Macron parce qu'il n'aime pas Fillon et ne peut résister à la force du vent qui fait tourner les girouettes, mais surtout parce qu'il faut surtout battre Marine Le Pen.

 

Ces politiques se rendent ils compte que battre le FN n'est pas le seul programme qu'attendent les Français ?

Se rendent-ils compte, que leurs erreurs successives, leurs mauvaises gestions, leurs mensonges permanents, leurs compromissions, leur attitude haineuse et leurs propos insultants envers ce parti et ses adhérents, la discrimination dont il est l'objet, (2 députés à l'assemblée nationale), toutes ces bonnes raisons font que le FN est devenu grâce à tout cela le premier parti de France.

 

Si le FN est le parti comme ils disent, raciste , xénophobe, anti républicain, certains même le comparent à DAECH

alors il faut l'interdire.

Sinon, il faut le considérer comme un parti comme les autres, cesser ces cabales indignes, et concentrer ses attaques sur son programme.

 

Résultat de cet acharnement,

Contraire au résultat espéré.

D'annés en années le FN progresse, son socle s'élargit et devient de plus en plus solide. Plus il est attaqué, plus il est conforté dans ses convictions.

 

Pour avoir une idée de sa progression et de l'éventail

Prenons le résultat des régionales.

Qui a voté Front National

43% des ouvriers

36% des employés

35% des moins de 24 ans

30% des salariés du public

Des Musulmans commencent à rejoindre le FN

 

http://www.lepoint.fr/politique/ces-musulmans-séduits-par-le-fn-07-10-2015-1971307_20.php

https://oumma.com/ces-musulmans-qui-votent-fn-video/

 

Alors le cordon sanitaire, qu'on appelle plafond de verre,

qui pousse certains à voter la pince au nez,

d'autres à s'auto détruire comme les socialistes aux régionales,

il va fonctionner peut être encore cette fois ci,

mais la vague monte, et ce n'est pas cette tactique antidémocratique de traiter le problème qui va l'arrêter.

 

La position de la droite LR n'est pas celle de tous leurs électeurs .

Le bastion ouvrier a déserté la gauche et ne partage pas l'avis des syndicats

 

Quant aux médias, on connaît les Dix milliardaires qui les possèdent et on ne va pas s'étonner de leur position, mais leur crédibilité est en train de fondre, comme celle des politiques. Leurs discours univoques lassent. Les médias alternatifs prennent de plus en plus de place heureusement.

Alors Messieurs les politiques, changez de méthode, sinon le peuple va sortir les sortants.

 

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>