Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Saint-Brévin les Pins (44). Une journaliste de Presse Océan nominée pour les Bobards d’Or

Publié le 31 Janvier 2017 par France Révolution

Saint-Brévin les Pins (44). Une journaliste de Presse Océan nominée pour les Bobards d’Or

La cérémonie des Bobards d’Or – qui aura lieu le 6 février 2017 à Paris – « récompense » chaque année les bobards médiatiques, les actes de désinformation purs et durs émanant de la presse subventionnée. Cette année, une Bretonne est à « l’honneur », puisqu’une journaliste de Presse Océan , Françoise Refloc’h, est nominée.

Il s’agit du  « Bobard armorico-sub-saharien » – pour lequel les internautes peuvent voter (comme c’est le cas pour les autres bobards sélectionnés) directement en ligne. Voici ce que nous apprennent les organisateurs des Bobards d’Or à propos de Françoise Refloc’h et du bobard de Presse Océan – concernant l’arrivée des migrants à Saint-Brévin les Pins, que nous avons évoqués et évoquons encore aujourd’hui :

« Bobard armorico-sub-saharien »

L’arrivée massive de migrants dans les pays européens a été accompagnée d’une intense campagne de « bobardements » médiatiques. Toute la presse, nationale ou régionale, s’est mise au diapason pour présenter les migrants comme un enrichissement pour l’Europe et les opposants à leur venue comme des personnes rabougries et sans cœur.

 

http://www.presseocean.fr/actualite/saint-brevin200-personnes-farouchement-hostiles-a-larrivee-des-migrants-09-10-2016-206205

L’article de Françoise Refloc’h dans le journal Presse Océan, évoquant la réunion d’une association s’opposant à l’arrivée prochaine de 70 migrants en provenance du camp de Calais dans la ville de Saint-Brévin (Loire-Atlantique) ne déroge pas à cette règle.

Sous les titres « Saint-Brévin Collectif contre les migrants : le rejet pour seul programme » pour la version internet (09/10/2016) et « Huées, haine et rejet pour programme » pour la version papier du 10 octobre, la journaliste Françoise Refloc’h va multiplier les « erreurs factuelles et d’interprétations idéologiques » selon les organisateurs de cette réunion et membres de l’association Libertés et Entraide.

VIDEO  :  https://youtu.be/q3aAQsb4CZc

La réunion ayant été filmée et diffusée sur internet, il devient dès lors assez facile de se faire une opinion sur la véracité de l’article de Presse Océan.

Premier compte-rendu de la réunion publique d’information

Colère populaire - Le refus du dialogue et l’oubli des Français précaires ne passent pas

 

Rappel des circonstances

 

 

 

Premier compte-rendu de la réunion publique d’information

Colère populaire - Le refus du dialogue et l’oubli des Français précaires ne passent pas

Rappel des circonstances

Le collectif des Brévinois Contre l’Implantation de Migrants, a organisé une réunion d’information publique sur l’arrivée des migrants le 8 octobre 2016.
Cette réunion avait été réclamée depuis des semaines par ce même collectif au Maire et à l’administration en général avec l’appui de 600 signatures récoltées en seulement 3 matinées ! Par ailleurs Monsieur Gillet, créateur de la pétition en ligne ayant réuni plus de 8 500 signatures, a remis solennellement ces pétitions signés à notre collectif hier soir.

Devant le refus de l’administration, nous avons décidé de l’organiser nous-mêmes car il nous semblait impensable que les Brévinois ne puissent pas disposer d’informations claires sur certains points.

1/ Volonté de dialogue de notre part, refus des autorités et des associations

Dans un souci de dialogue et d’apaisement, nous avions invité toutes les entités liées à cet accueil : Monsieur le Préfet, Monsieur le Maire, un représentant de la CCAS (propriétaire du centre), l’association Trajet chargée d’accompagner les migrants.
Nous avions également invité deux associations spécialistes de la crise migratoire, l’une favorable à l’accueil des migrants (La Cimade) et l’autre opposée (LiEn).
Nous avions également convié le collectif des Brévinois atterrés après leur tractage mouvementé au marché le matin même.

Toutes ces entités ont décliné notre invitation à venir échanger avec les Brévinois.
Seule l’association LiEn a accepté.

2/ Sur la réunion

La réunion publique a eu lieu à l’heure annoncée, sans souci, malgré un appel au rassemblement émanant d’une frange radicale de l’extrême-gauche. Nous tenons à remercier la Gendarmerie d’avoir effectué un travail admirable.

Plus de 300 personnes se sont réunies dans une salle comble où beaucoup ont été obligés de se tenir debout. Un énorme succès alors que notre seul moyen de communication aura été le tractage (quelques centaines distribués).

À notre demande, Nicolas Faure, porte-parole de l’association LiEn, s’est évertué à rester le plus factuel possible afin d’éviter que son intervention ne se transforme en tribune partisane.

La soirée s’est déroulée de 20h à 22h30 selon le plan suivant : 
Mot d’accueil
Rappel des faits
Profil des migrants
Modalités d’accueil et financement
Impact sur la sécurité (survolé faute de temps)
Impact sur l’économie locale (non-traité faute de temps)
Moyens d’action
Conclusion et remerciements

Après une courte présentation factuelle de Nicolas Faure sur chaque point, il a été accordé un large moment aux questions du public.

3/ Enseignements

Nous ne pouvons que rappeler notre incompréhension devant l’absence du préfet ou d’un représentant de la CCAS. Ces deux personnes sont directement responsables de la situation à laquelle vont être confrontée les Brévinois. Les habitants réunis hier soir ont marqué de manière très claire leur désapprobation face à cette politique de a chaise vide.

L’absence du Maire a été également très commentée. Si nous avons essayé d’expliquer que sa position était inconfortable, cela n’a pas été accepté par la majorité de la salle qui exigeait sa présence.
Il y avait beaucoup de colère parmi ceux qui prenaient la parole.
Cette colère était notamment dirigée contre l’état qui donne aujourd’hui l’impression de s’occuper bien plus des migrants que de ses concitoyens dans le besoin.
Sont notamment intervenus plusieurs personnes vivant dans des situations inacceptables qui doivent se débrouiller par elles-mêmes.
Leur témoignage nous aura rappelé qu’il ne peut y avoir une telle débauche d’énergie étatique et associative dirigée envers les migrants sans que de nombreux compatriotes ne se sentent lésés. Des Français dorment avec des enfants sous des toiles de tente à quelques mètres de l’endroit où seront logés et nourris des migrants.

Une dame a voulu prendre la parole au nom de la FNARS pour présenter les conclusions d’une enquête de cette entité. Le fonctionnement des CAO est ainsi perçu comme opaque par tous les acteurs en présence, y compris par l’état et les associations !
Malheureusement, cette dame aura été huée parce qu’elle mettait un peu de temps à synthétiser sa pensée et car elle a critiqué nommément le Front National. C’est d’autant plus dommage que son propos était intéressant. Il aurait cependant mérité d’être plus compact.

Nous avons pu échanger avec cette dame à la fin de la réunion et nous avons tenus à lui présenter nos excuses pour les réactions fortes à son encontre. Elle nous a remercié de lui avoir donné la parole.

4/ La présence du FN

Les journalistes n’hésiteront sans doute pas à sortir l’artillerie lourde contre une réunion qu’ils fantasmeront récupérée par le Front National. Prenons les devants de ces accusations sensationnalistes qui ne manqueront pas de fleurir dès aujourd'hui.
Deux élus du Front National ont pris la parole lors de cette réunion publique.
Si des élus d’un autre parti avaient été présents et avaient souhaité prendre la parole en attendant le micro comme tout le monde, ils auraient évidemment eu les mêmes droits.

Les médias vont bien sûr en faire des tonnes sur la récupération politique mais personne n’a plus peur en France de cette accusation. 
Si les autorités morales veulent éviter que le Front National (ou tout autre parti) soit le seul à intervenir dans un débat public sur la question migratoire, qu’elles comprennent que le silence des autres partis est l'unique coupable de ce qu’ils appellent « récupération ». Que les autres partis, que les associations favorables à l’accueil des migrants viennent à la rencontre des Français et des Brévinois !

5/ Bilan et futur

Le bilan de la soirée est globalement excellent. La salle était pleine à craquer malgré les menaces et le peu de communication. Monsieur Faure a respecté la neutralité imposée par nos soins. Nous avons entendu de nombreux Brévinois préoccupés par la situation et nous avons réussi à contenir les ardeurs de la salle, même si certains moment ont été tendus.
À noter que Monsieur Faure aura tenu un discours plus partisan en fin de réunion (sur les moyens d’actions) mais l’immense majorité des personnes présentes dans la salle exigeait (parfois passionnément) de savoir comment lutter contre cette imposition de migrants.

Nous avons récolté de nombreuses adhésions à notre collectif et nous mettrons en place dès lundi un programme d’action détaillé.

Le combat ne fait que commencer.

6/ Nos demandes

Organisation d’un référendum local
Explications avec Monsieur le Préfet et un représentant de la CCAS

Nous voulons le DIALOGUE et la DÉMOCRATIE et nous ferons tout pour que la voix des Brévinois puisse être entendue.

Les Brévinois contre l’implantation de migrants

 

commentaires

Patrick Jardin, père d’une victime du Bataclan :« Abdeslam devrait être écartelé sur la place publique. »

Publié le 31 Janvier 2017 par France Révolution

Patrick Jardin, père d’une victime du Bataclan :« Abdeslam devrait être écartelé sur la place publique. »

C’est le témoignage d’un homme meurtri, en colère, qui a été recueilli par Daniel Conversano dans une vidéo de plus d’une heure. Patrick Jardin est le père d’une victime de l’attentat islamiste du Bataclan. Il était devenu célèbre après avoir apostrophé Manuel Valls, croisé par hasard dans une gare parisienne.

Sans nouvelle de sa fille, il critiquait la lenteur des identifications et le flou dans lequel était maintenu les familles.
Peu après, il apprenait sa mort. Dans cet entretien offensif, Patrick Jardin dit toute sa détestation des politiciens et sa colère contre l’islam et l’immigration.
Il est interrogé par Daniel Conversano, fondateur du site Suavelos, youtubeur patriote et virulent opposant à l’immigration extra-européenne.

VIDEO  :  https://youtu.be/fZ5rCSN1O1c

Sur la rencontre avec Manuel Valls : « J’aurais du lui mettre mon poing dans la figure. »

C’était une scène étonnante, au lendemain des attentats. Alors en visite auprès des équipes de la SNCF, Manuel Valls voit Patrick Jardin passer au travers des gardes du corps pour lui demander des explications sur le manque d’informations des familles de victimes.
La conversation se finit bien et le conseiller spécial de Manuel Valls lui permettra même de reconnaitre le corps de sa fille en dehors des horaires normaux d’ouverture de l’institut médico-légal. Néanmoins, Patrick Jardin est clair lors de son entretien avec Daniel Conversano : « J’aurais du lui mettre mon poing dans la figure. »

Le mépris de tous les partis, sauf le Front national

Pour lui, les politiciens sont tout autant responsables des attentats que les terroristes : « J’ai une haine incommensurable pour les islamistes et les politiciens qui sont en grande partie responsables de ce qui nous arrive. »

Un seul parti échappe à sa vindicte : le Front national. S’il se montre prudent quant à la capacité du Front national à restaurer la sécurité en France, il soutient malgré tout ce parti. « Je ne sais pas si Marine Le Pen sera à la hauteur mais il faut essayer. »

Pour Patrick Jardin, la violence, seul moyen de rétablir l’ordre

Pour Patrick Jardin, la solution aux risques d’attentats est ferme mais nécessaire : Plutôt que d’allumer des bougies, il préconise de répondre à la violence « par la violence ». « Si un chef de gouvernement est persuadé, qu’il va y avoir des attentats, c’est à lui de prendre les mesures pour que ça n’arrive pas. C’est très simple. Il y a des zones de non droit, il n’y a qu’à envoyer l’armée avec des militaires pour nettoyer ça. »

Pour lui, la violence est la seule manière de rétablir l’ordre : « Je pense que c’est un peuple de pleutres et de couards qui ne respecte que l’autorité. Dans tous les pays arabes, là où il y a un despote à la tête, tout se passe bien » déclare-t-il notamment.

Pour Patrick Jardin, « Abdelslam devrait être écartelé sur la place publique pour montrer en exemple à tous ses congénères. »

Censure de Patrick Jardin par Yann Barthès ?

Patrick Jardin affirme avoir été censuré par les médias. Il cite France 2 et surtout Yann Barthès qui aurait renoncé à l’inviter car son discours n’était pas conforme aux attentes de son public.

« Il y a des choses que vous ne pouvez pas dire dans les médias. J’ai été suivi pendant une journée et demi par les journalistes de France 2. Pour finir, je suis passé 15 secondes au journal télévisé le soir. Je les ai rappelés en leur demandant s’ils se foutaient de moi.
Ils m’ont répondu :
 « Vous comprenez, on ne peut pas dire tout ce que vous pensez. » »

« J’ai été appelé par Yann Barthès pour passer au Petit Journal. Je ne connaissais pas l’émission et je ne savais pas que c’était en direct. Si je l’avais su je n’aurais pas agi comme ça mais bon… Il me demande ce que je compterais dire. Je lui explique mon point de vue et il me répond : « Ah non je ne peux pas vous inviter, vous avez un discours qui ne colle pas. » »

Contre la « chienlit », la remigration

L’état de la France inquiète passablement Patrick Jardin qui n’hésite pas à lancer que « la France est un vieux pays qui est mort » avant d’expliquer que« l’immigration extra-européenne est un danger pour notre culture. »

Patrick Jardin ne reconnait pas le pays dans lequel il a grandi. « Quand j’étais gamin, à chaque carrefour, il y avait un flic qui faisait la circulation. Quand j’avais fait des bêtises, mon père me disait : « Attention je vais t’emmener à monsieur l’agent. » Et j’avais peur. Aujourd’hui, les gamins mettent le feu aux flics. A partir du moment où l’on ne respecte même plus les gens chargés de maintenir l’ordre, c’est la chienlit. »

Pour mettre un terme à cette « chientlit », Patrick Jardin propose de procéder la « remigration », c’est-à-dire à l’expulsion d’une partie des immigrés extra-européens présents sur le sol français.
« La remigration est indispensable. Je ne crois pas qu’il y ait de bons arabes » lance-t-il avant de préciser, quelques minutes plus tard, qu’il pense cela depuis qu’il a côtoyé des Arabes à Tourcoing.

Patrick Jardin, sur l’urgence du réveil des Français

Cet entretien de Daniel Conversano avec Patrick Jardin est un appel au réveil des Français.
« La seule manière de m’aider, c’est de tenir compte de mes propos. Que les gens soient avertis de la situation réelle. Les gens ne se rendent pas compte de ce qui se passe. Si on ne prend pas rapidement des mesures fortes, ce sera la guerre civile » déclare notamment le père de Nathalie Jardin.

Il précise d’ailleurs que les juges d’instruction lui avaient avoué que « 15 000 djihadistes » avaient pénétré sur le sol français. Si Patrick Jardin confond sûrement le terme « djihadiste » avec celui de « radicalisé », ce chiffre inquiétant est bel et bien réel.

Pour Patrick Jardin, « Si on continue comme ça, si on se laisse envahir… Dans 10 à 20 ans, on ne parlera plus des Français de souche et des Européens de souche. Il y aura très peu de Blancs, c’est évident. »

commentaires

Carte Actuël . La Région Bretagne et la SNCF permettent aux migrants de voyager en train à – 75% et vous, vous payez plein pot !!!!

Publié le 31 Janvier 2017 par France Révolution

Carte Actuël . La Région Bretagne et la SNCF permettent aux migrants de voyager en train à – 75% et vous, vous payez plein pot  !!!!

Pour faciliter l’accès des plus démunis au transport, la Région Bretagne a mis en place la carte Actuël, en partenariat avec la SNCF. Cette carte permet de voyager sur tout le réseau TER Bretagne à -75%. Une partie des migrants peut en bénéficier, ce qui n’est pas le cas de nombreux habitants de la région qui ne rentrent pas dans les critères définis pour l’octroi de cette carte tout en peinant pourtant à boucler les fins de mois.

Pour pouvoir prétendre à la carte Actuël, il faut en effet remplir au moins un des critères suivants :

  • La carte Actuel est destinée aux demandeurs d’emploi inscrits au pôle emploi Bretagne depuis plus de 4 mois (catégories 1, 2, 3, 6, 7, 8), non indemnisés ou indemnisés en dessous de 80% du SMIC (915,20€ net/m) et aux bénéficiaires de l’allocation de solidarité Spécifique (ASS).
  • Aux bénéficiaires de minima sociaux : RSA socle (hors prime activité), Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA), Allocation de demandeurs d’asile (ADA). 
  • Aux personnes en parcours d’insertion : contrat d’accompagnement vers l’emploi, Contrat d’avenir, CIVIS.
  • Les bénéficiaires de l’AAH (allocation adulte handicapé).
  • Allocation temporaire d’attente (ATA).
  • Aux apprentis et pré-apprentis.

Cela signifie donc – et les collectifs qui collaborent avec les migrants le savent parfaitement et le diffusent – qu’une fois la démarche de leur demande d’asile mise en route, les migrants peuvent circuler à bas prix sur tout le réseau TER Bretagne.

Fin 2015 la SNCF avait été accusée – suite à la publication d’une note interne – de donner des consignes de largesses vis à vis des migrants voyageant sur le réseau SNCF, notamment concernant la possible « gratuité », non pas du ticket, mais de la réservation (entre 3 et 10 euros par voyage).

« On rencontre plutôt des migrants équipés de billets qui leur ont été fournis par des associations, par je ne sais quel biais » nous explique un contrôleur alors que nous prenons le train entre Rennes et Paris-Montparnasse.

« Mais il faut reconnaitre que, comme beaucoup de collègues, lorsque certains n’ont pas de ticket et qu’ils sont en groupe entre les wagons, on ne dit rien. On ne veut pas d’histoire . Cela n’est pas juste vis à vis des autres usagers de la SNCF, mais il me semble que ça fonctionne comme cela dans beaucoup d’autres secteurs de la société non ? » poursuit-il tout en nuançant : « enfin vous savez, il n y a pas que les migrants avec qui il y a une tolérance; Moi j’ai des collègues qui, dans certains trains dans des zones chaudes, ne contrôlent presque plus personne de peur d’être agressés . Et ce sont des français. Enfin, de papier tout du moins …»

commentaires

Revivez mes derniers déplacements sur le terrain !

Publié le 31 Janvier 2017 par France Révolution

Revivez mes derniers déplacements sur le terrain !
MARINE LE PEN À GRANDE-SYNTHE ET CALAIS
« Il faut radicalement changer de politique d’immigration dans notre pays ! Il faut rétablir des frontières nationales, il faut renvoyer les clandestins de façon systématique chez eux. »

 

Marine Le Pen était mardi dernier en déplacement dans le Pas-de-Calais aux abords du camp de migrants situé à Grande-Synthe puis à Calais où elle est allée à la rencontre de nombreux commerçants qui lui ont fait part de leurs difficultés pour leur profession avec la montée de l’insécurité dans cette commune et des méfaits de l’immigration clandestine.

VIDEO  :  https://youtu.be/JAijeNdBwvQ

MARINE LE PEN VISITE UN EHPAD À BOUCHAIN
« J’ai souhaité visiter cet EHPAD qui devrait servir d’exemple à l’ensemble des EHPAD publics qui ont vocation à accueillir les personnes âgées. Le grand âge est un enjeu fondamental ! »

 

Marine Le Pen était vendredi dernier à Bouchain, dans le Nord, où elle visitait un Etablissement d’Hébergement pour les Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) modèle.

VIDEO  :  https://youtu.be/zGD7YDiNmBY

FILLON, LE VRAI IMMIGRATIONNISTE !

VIDEO  :  https://youtu.be/8yrnPXS87jA

 

commentaires

Aux Pays-Bas, les grandes mosquées se barricadent

Publié le 31 Janvier 2017 par France Révolution

Aux Pays-Bas, les grandes mosquées se barricadent

L’attentat qui a touché hier soir une mosquée du Québec crée la peur chez certains musulmans en Europe. Aux Pays-Bas, où l’extrême droite continue sa percée, quatre des plus grandes mosquées ont décidé de fermer leurs portes lors des grandes prières. Il s’agit de la "Mosquée Bleue" d’Amsterdam, la "Mosquée-Sunnah" de La Haye, la "Mosquée Essalam" de Rotterdam et la "Mosquée Omar Al Farouq" d’Utrecht. Selon un communiqué conjoint, des caméras de surveillance supplémentaires seront également installées pour renforcer la sécurité dans ces lieux. Cette décision pourrait encore accroître la division dans ce pays où le favori aux législatives de mars prochain, Geert Wilders, a promis de fermer les mosquées et écoles coraniques. Le leader de l’extrême droite est particulièrement connu pour sa "haine" contre la communauté marocaine .

commentaires

Russie, l’ennemi utile

Publié le 31 Janvier 2017 par France Révolution

Russie, l’ennemi utile

Au matin du 29 janvier 2017, alors que les média russes mettaient en avant le premier échange positif et constructif entre Donald Trump et Vladimir Poutine, qui avait eu lieu la veille à 18 heures, heure française, respectivement président des USA et de la Russie, deux nations nucléarisées sur le point de s’affronter militairement ces dernières années, pas un article ne saluait l’événement ou même lui accordait une quelconque importance du côté de la presse en ligne occidentale.

Ce jour là, les médias occidentaux étaient trop occupés à commenter et décrier les mesures de Donald Trump visant à interdire provisoirement le territoire aux ressortissants de pays à fort risque terroriste. Il nous faut nous rendre à l’évidence. La Russie est un ennemi utile. Il convient donc d’empêcher toute réconciliation. Quant à l’immigration massive de réfugiés au sein des pays occidentaux, c’est une bonne chose. Il faut donc sensibiliser les populations autochtones à accepter cette immigration au nom du principe de la solidarité entre les peuples.

Mais qui donc a intérêt à l’accomplissement de ces politiques ?

Le coupable est celui à qui le crime profite, disait Sénèque. En l’occurrence, l’immigration massive de réfugiés ne profitent certainement pas aux peuples européens ou américains qui se voient ainsi remplacés par une main d’œuvre docile et bon marché, tout comme l’embargo imposé à la Russie ne profite pas à la majorité des acteurs économiques occidentaux, qui se voient ainsi privés d’échanges commerciaux avec un partenaire économique de première importance.

Ces politiques sont donc menées contre les peuples, avec la complicité de la majorité des hommes politiques occidentaux, et contre la majorité des acteurs économiques des nations concernées…

Mais par qui ? Et pour qui ? Formuler une réponse claire et précise à ces questions dans un média de masse avec un certain écho poserait sans doute les bases du plus gros scandale politico économique du 21ème siècle naissant. Et à n’en pas douter, si Donald Trump est si impopulaire auprès des médias occidentaux, ce n’est pas pour ses positions sur l’avortement, ni parce qu’il veut construire un mur à la frontière du Mexique (qui existe déjà partiellement sous forme d’une clôture électrifiée de plusieurs mètres, derrière laquelle des agents de l’immigration patrouillent nuit et jour), ce n’est pas non plus à cause de quelques propos malheureux sur les femmes qui sont le lot commun de tout homme un peu viril qui s’oublie, non, c’est parce que Donald Trump a pour priorité de se réconcilier avec l’ennemi utile, et d’arrêter l’immigration nécessaire. 

Cependant, comme les médias ne travaillent pas pour vous, mais pour les groupes auxquels ils appartiennent, je nomme le complexe militaro industriel atlantiste, et que celui-ci à besoin de l’ennemi Russe, qui lui permet d’augmenter toujours le budget alloué à l’armement, et donc ses revenus, mais aussi de l’immigration, main d’œuvre bon marché pour travailler dans ses usines… les médias promeuvent depuis quelques années une politique russophobe anxiogène, soutiennent les guerres de pseudo libération des peuples (Irak, Lybie, Syrie) et les transferts massifs de réfugiés qui s’en suivent, en jouant auprès de l’opinion sur la corde sensible de la solidarité entre les peuples. Souvenez-vous de ces images d’enfants libyens ou syriens retrouvés morts sur les plages de la méditerranée publiées par le très utile journal Libération, et de la polémique déclenchée du fait que certaines voix s’élevaient contre l’accueil des réfugiés - étrangement les raisons du déplacement de ces populations – les guerres injustifiées menées par nos gouvernements en Irak, Lybie et Syrie n’étaient pas évoquées et liées à la polémique par des médias passés maîtres dans l’art de compartimenter l’information afin d’en empêcher toute compréhension.

Pour le complexe militaro industriel, véritable état profond des Etats-Unis depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, les velléités de Donald Trump sont donc un sacrilège politique. Une révolution à laquelle nous assistons, sans en comprendre les enjeux profonds, et à laquelle les médias du « système » s’opposent avec toute leur puissance de feu.

« Cette conjonction entre un immense establishment militaire et une importante industrie privée de l’armement est une nouveauté dans l’histoire américaine. (...) Nous ne pouvons ni ignorer, ni omettre de comprendre la gravité des conséquences d’un tel développement. (...) nous devons nous prémunir contre l’influence illégitime que le complexe militaro-industriel tente d’acquérir, ouvertement ou de manière cachée. La possibilité existe, et elle persistera, que cette influence connaisse un accroissement injustifié, dans des proportions désastreuses et échappant au contrôle des citoyens. Nous ne devons jamais permettre au poids de cette conjonction d’intérêts de mettre en danger nos libertés ou nos méthodes démocratiques. Rien, en vérité, n’est définitivement garanti... » Eisenhower.

Guerre contre le libre échange anarchique et destructeur des industries nationales, guerre contre l’économie de la guerre, guerre contre le déplacement massif de populations et la dissolution des peuples et des identités nationales, voilà les vraies raisons pour lesquelles les médias sont en guerre contre Donald Trump. Pour l’oligarchie qui profite et prospère sur tout ce qui vous détruit depuis plus de quarante ans, Donald Trump est l’ennemi à abattre. Elle a donc inventé un slogan répété par les stars hollywoodiennes, véritables attachées de presse du système  : « Dump Trump ». Slogan répété de manière quasiment automatique par une jeunesse « progressiste » qui est tellement désinformée qu’elle ne sait même plus pourquoi au juste elle manifeste.

Mais, retenez bien ce que les médias veulent obtenir de vous et lisez l’actualité en ayant constamment en tête ce qui est écrit ci-dessous avant de vous rendre aux manifestations « progressistes » financées par des intérêts puissants et différents des vôtres. 

 

 

NDLR : ce qui est écrit ci-dessous est une appropriation fictive du discours et des recommandations que pourrait édicter « l’état profond » dont nous tentons de circonvenir les intérêts et les motivations dans le présent article :

 

  1. Promouvoir une guerre froide contre l’ennemi Russe afin de faire voter par les parlements des augmentations de budget pour l’armement. Le grand avantage de l’ennemi russe c’est qu’il s’agit d’un ennemi contre lequel nous n’avons pas besoin de combattre.
  2. Promouvoir des rebellions pour se débarrasser des chefs d’états hostiles à notre politique économique un peu partout dans le monde et plus particulièrement au moyen orient, si cela peut s’accorder avec les intérêts de notre ami Israélien.
  3. Le moyen orient est un terrain de guerre idéal du fait des ressources en matière première (hydrocarbures). Tout ce qui est détruit pourra ainsi être reconstruit aux frais du pays occupé, et payé comptant par les gouvernements « amis » mis en place à la tête de ces états.
  4. Les guerres civiles sont propices au déplacement de populations. Les peuples vieillissants (Europe, USA) étant hostiles à l’immigration, le statut de « réfugiés » avec l’appui d’opération de sensibilisations, permettra de faire accepter cette immigration massive. Le réfugié étant rempli de peurs, il constitue une main d’œuvre plus docile que « l’immigré volontaire ».
  5. Certains s’opposeront à notre politique en affirmant que l’immigration depuis les pays musulmans en guerre est vecteur de terrorisme et d’insécurité. Nous ne devons pas nous inquiéter du terrorisme, au contraire.

 

 

D’une part, avec les moyens de surveillance modernes, le terrorisme est traçable et totalement contrôlable.

D’autre part, le terrorisme permet de justifier nos politiques sécuritaires et de surveillances (à l’intérieur des pays occidentaux) mais aussi de justifier nos interventions en pays hostiles. Je dirais cyniquement que le terrorisme marche main dans la main avec nous. Le premier ministre Israélien n’a t-il pas déclaré après les attentats récents en France : « maintenant la France est au coude à coude avec Israël »,http://fr.timesofisrael.com/netanyahu-israel-au-coude-a-coude-avec-la-france-dans-la-lutte-contre-le-terrorisme/ 

Preuve que ces attentats ont eu un effet bénéfique vue de la fenêtre Israélienne. Ainsi les minorités arabes musulmanes en provenance des pays agités par des guerres civiles, pourront être plus ou moins malmenées, voire insultées dans nos médias (Charlie Hebdo), afin de déclencher des actes terroristes spontanés ou favoriser des incidents utiles aux moments opportuns, mais aussi, sensibiliser les peuples autochtones à l’importance d’augmenter le niveau de surveillance, voter des lois sécuritaires, justifier pourquoi pas des arrestations préventives, et augmenter les budgets de police. Mais encore, justifierla limitation de leur sacro sainte « liberté d’expression » qui vient parfois inquiéter notre pouvoir ou le questionner au travers de lois sur le racisme, l’anti sémitisme, l’apologie du terrorisme, la diffusion de thèses conspirationnistes ou la diffusion de « fausses informations ». La stigmatisation des populations immigrées et en premier lieu des populations arabo musulmanes permettra également de diviser les sociétés autochtones étant entendu qu’un peuple divisé est toujours plus facile à gouverner. Nous noterons à ce propos que les attentats islamistes en France ont permis de neutraliser le sentiment anti israéliens dû au conflit israélo Palestinien (illustré par les manifestations et le slogan « nous sommes tous palestiniens » qui s’est commué après les attentats en un « Je suis Charlie » beaucoup plus favorable à Israël). Enfin les populations immigrées sont cruciales pour le vote démocratique en faveur de nos politiques migratoires et notamment pour l’élection de nos candidats dit « socialistes ». On l’a remarqué cependant, les immigrés de deuxième génération votent facilement contre l’immigration aussitôt qu’ils sont installés. Il est donc d’une première importance que l’immigration de première génération accède au droit de vote rapidement, afin que nous puissions continuer de promouvoir des candidats capable de soutenir nos politiques migratoires. Il n’est plus envisageable pour nos hommes politiques de droite de soutenir l’immigration aujourd’hui, comme ils ont accepté de le faire par le passé. Nous devons avoir conscience que les hommes politiques de « droite » ne peuvent plus tenir de discours favorables à l’immigration sous peine de se voir doubler par le Front National et de perdre toute crédibilité auprès de leurs électeurs, le « français de souche » non socialiste. Dans le contexte actuel, il devient également de plus en plus difficile pour nos candidats de « Gauche » de promouvoir l’immigration. Il convient donc de sensibiliser les peuples dans nos médias au statut de « réfugiés ». Quelques photos choc publiées dans les médias idoines permettrontde sensibiliser les cœurs les plus durs… partant du principe qu’il est plus facile à nos hommes politiques de Gauche d’ouvrir les frontières à des « réfugiés » qu’a un nombre significatif d’immigrés volontaires sans qualification.

 

NDLR : Je sais et j’ai conscience en écrivant ces lignes que cet article ne pourrait pas être publié dans un média appartenant au « pouvoir ». Les médias du pouvoir organisent souvent en leur sein des débats pour donner l’illusion de la contradiction. Mais se sont des débats parfaitement maîtrisés et circonvenus, avec des maîtres de cérémonie, et des idiots utiles. Mon analyse n’est pas malveillante, ni d’une qualité justifiant qu’elle soit écartée de la publication, elle ne comporte pas non plus de mention contrevenante à la loi ; enfin elle est largement à la hauteur de ce qui paraît assez régulièrement sur les sites des grands médias en ligne, ni plus, ni mieux documentée, ni moins bien, ni mieux écrite, et sans doute quelques fautes d’orthographe, de conjugaison ou de grammaire y demeurent, comme c’est le cas si fréquemment dans les articles publiés dans les médias de masse. Mais ce qui poserait sans doute davantage problème aux médias de masse concernant l’éventuelle publication de cet article, c’est qu’ « à une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire », pour reprendre le mot d’Orwell, or les médias de masse n’ont pas pour objet de promouvoir la révolution, mais de la conjurer.

commentaires

Avec le décret migratoire, Trump défie Téhéran

Publié le 31 Janvier 2017 par France Révolution

Avec le décret migratoire, Trump défie Téhéran

En plantant cette banderille sur le flanc de Téhéran, Donald Trump caresse son électorat dans le sens du poil et satisfait une aile néoconservatrice du parti républicain qu'il a sérieusement malmenée durant la campagne. Mais en privant les Iraniens de tout échange humain avec les USA, il va plus loin. Il démonétise l'accord sur le nucléaire, il le vide de sa substance, il invalide symboliquement toute perspective de normalisation. Sans le dire, il prépare un bras-de-fer avec ce pays qui défie les USA depuis 1979.

Le décret migratoire de Donald Trump visant sept pays du Moyen-Orient, à l'évidence, est une opération démagogique. Mais elle n'est pas non plus, comme on le verra, exempte d'arrière-pensées géopolitiques. Chercher les raisons de cette décision dans les impératifs de la lutte contre le terrorisme, en tout cas, relève de l'exploit intellectuel. Car aucun de ces pays n'a fourni de terroriste ayant frappé le territoire américain, et aucun ne sponsorise les organisations djihadistes.

Six d'entre eux, en revanche, partagent le triste privilège d'avoir été dévastés par des guerres menées ou fomentées par les Etats-Unis d'Amérique. La Somalie et le Soudan ont été minutieusement dépecés avec la complicité occidentale. L'Irak a été pulvérisé en 2003, puis livré à la guerre civile et aux attentats à répétition. La Libye a subi le même sort par voie aérienne en 2011, Paris et Londres ayant fait le sale boulot pour le compte de Washington.

La Syrie est également frappée, depuis 2011, par une tentative de déstabilisation qui lui inflige un véritable martyre, les services secrets américains ayant joué un rôle décisif dans le financement des organisations terroristes conformément à un agenda avoué par Hillary Clinton elle-même. Le Yémen, enfin, subit à son tour depuis mars 2015 une agression militaire saoudienne parrainée par Washington.

 

En interdisant l'entrée sur le territoire américain aux ressortissants de ces six pays, Donald Trump leur inflige donc la double peine. Ses prédécesseurs les ont ruinés, et voilà qu'il les ostracise. L'absurdité de cette politique saute aux yeux quand on constate que l'Arabie saoudite et le Qatar, fourriers notoires du terrorisme, ne font l'objet d'aucune sanction. Donald Trump punit les victimes des crimes commis par George W. Bush, Barack Obama et Hillary Clinton. Et comme si cela ne suffisait pas, il absout leurs complices du Golfe.

Des considérations électoralistes peuvent expliquer cette politique de gribouille. Elle envoie un signal au fan club du nouveau président, elle accrédite l'idée qu'il ne se contente pas de paroles. Mais ces mesures ne servent à rien. Prises pour 90 jours, elles pénalisent évidemment de nombreuses familles, mais les binationaux et les titulaires d'une carte verte ne sont pas concernés. Et on se doute qu'il y avait peu de Yéménites ou de Soudanais pressés de se rendre aux USA ces derniers temps.

L'intérêt de l'opération n'est pas seulement interne. Car l'objectif de la nouvelle administration, en réalité, est de stigmatiser l'Iran. Faisant fi de sa participation à la lutte contre la terreur, Trump entend piquer Téhéran au vif, ce qui permettra le cas échéant de mettre en cause l'accord sur le nucléaire dénoncé par le candidat républicain. Répondant à ses critiques, le président s'est aussitôt défendu de viser les musulmans. Il est vrai que le décret ne distingue pas les ressortissants concernés selon leur confession, disposition odieuse et impraticable. Mais cette provocation annoncée, sans nul doute, vise bien Téhéran.

Washington sait que les sanctions, en freinant le développement du pays, affaiblissent l'Etat iranien. Cette puissance régionale montante jette un défi à l'hégémonie des USA, elle prive de sommeil leurs protégés du Golfe. En plantant cette banderille sur le flanc de Téhéran, Donald Trump caresse son électorat dans le sens du poil et satisfait une aile néoconservatrice du parti républicain qu'il a sérieusement malmenée durant la campagne. Mais en privant les Iraniens de tout échange humain avec les USA, il va plus loin. Il démonétise l'accord sur le nucléaire, il le vide de sa substance, il invalide symboliquement toute perspective de normalisation. Sans le dire, il prépare un bras-de-fer avec ce pays qui défie les USA depuis 1979.

commentaires

Le drapeau chinois bientôt sur l’hôtellerie française et les loisirs

Publié le 31 Janvier 2017 par France Révolution

Le drapeau chinois bientôt sur l’hôtellerie française et les loisirs

Le modèle économique d'une France sans usines qui en revanche bénéficierait d'un tourisme dopé par les classes moyennes des pays émergents, semble avoir pris du plomb dans l'aile. Le pavillon chinois pourrait bientôt flotter sur les fleurons français du tourisme et des loisirs !

Hôtels Sofitel, Novotel, Mercure, Ibis… bientôt chinois ?

En mars 2015, le groupe hôtelier Jin Jiang, propriété de la ville de Shanghai, a déboursé 1.3 milliards pour l'achat de Louvres hôtels, deuxième groupe hôtelier européen (1120 hôtels aux enseignes Première Classe, Kyriad, Campanile, Tulip inn, Golden et Royal). Yu Minliang, président du groupe chinois, avait alors annoncé au ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, sa volonté de faire de la France la plateforme de son groupe en Europe.

Le Chinois détient depuis fin mai 2016, 15 % de la chaîne d'hôtels Accor, premier opérateur hôtelier européen et sixième au rang mondial (3 800 hôtels Ibis Hôtel, Sofitel, Mercure, Novotel, Formule 1, Pullman…). Jin Jiang est maintenant le premier actionnaire et pourrait monter à 29 % du capital.

Tout en continuant à dérouler le tapis rouge aux investissements chinois, l'État s'inquiète maintenant d'une prise de contrôle rampante d'Accor. Le groupe pourrait bientôt venir grossir le nombre d'entreprises du CAC 40 qui ont quitté le giron français depuis le début du quinquennat, noircissant ainsi un peu plus le bilan économique du gouvernement. Afin de s'opposer aux velléités de mainmise chinoise, une entrée de l'État au capital à hauteur de 10 % a été envisagée.

Bataille boursière entre groupes chinois

Après Jin Jiang, un deuxième loup pourrait pénétrer dans la bergerie. Selon le JDD, Sébastien Bazin, PDG d'Accor Hôtels, serait maintenant en contact avec le conglomérat chinois HNA group. Ce dernier pourrait entrer dans la bataille boursière et s'opposer à son concurrent chinois. Les actions du groupe français monteraient mais l'issue s'avérerait incertaine.

HNA affiche des ambitions internationales depuis plusieurs années. Outre ses autres emplettes à travers le monde, il s'était déjà offert en 2012, pour quelques dizaines de millions d'euros, 48 % d'Aigle Azur, deuxième compagnie aérienne française derrière Air France.

Puis en novembre 2015, après avoir tenté en vain d'acheter le voyagiste français Fram, devenait actionnaire à hauteur de 10 % du capital de Pierre et Vacances - Center Parcs mais s'octroyait, avec 60 % du capital, le contrôle de la coentreprise créée pour développer les activités en Chine.

Fin mai 2016, après son OPA sur GateGroup, géant suisse de la restauration à bord, le groupe chinois raflait ensuite, face au groupe toulousain Newrest, 49.9 % des parts de Servair, filiale de la restauration d'Air France.

 

Le leader européen des loisirs également convoité

Pour compléter le tableau des acquisitions ou participations chinoises dans le secteur du tourisme, Le groupe chinois Fosun a acheté le club Med en 2015 et convoite maintenant La compagnie des Alpes. En juin 2016, le journal Le Monde dévoilait une négociation au terme de laquelle Fosun pourrait prendre une participation de 10 à 15 % du leader européen des loisirs qui exploite onze des plus grands domaines skiables dont Tignes, Val d'Isère, Les Menuires, Méribel, les Arcs ou la plagne mais aussi des parcs de loisirs dont le Futuroscope de Poitiers, le Parc Astérix et Walibi ou les musées Grévin. Le PDG Dominique Marcel déclarait ces jours-ci au Dauphiné Libéré, être également en discussion avec d'autres partenaires.

Terminons, bien que la liste ne soit guère exhaustive, avec le fonds Kai Yuan Holdings qui a acheté l'hôtel Marriott des Champs Elysées en 2014 et l'État français qui cédait 49.99 % de l'aéroport de Toulouse - Blagnac au consortium chinois Casil Europe, pour un montant de 308 millions d'euros.

Ainsi, les dépenses des touristes chinois, même lorsqu'elles seront réalisées en France, seront souvent captées par des intérêts chinois, dans le secteur du tourisme mais aussi dans d'autres secteurs. Pour exemple, le groupe textile chinois Shandong Ruyi Technology a acquis récemment pour 1.3 md d'euros, l'entreprise d'habillement SMCP qui regroupe les trois marques françaises dites de « luxe accessible », Sandro, Maje et Claudie Pierlot (1 118 points de vente dans le monde).

 

Derrière les sociétés d'État, la stratégie de Pékin

Afin de pallier rapidement la baisse de croissance chinoise, le gouvernement de Pékin missionne en Europe, un nombre croissant d'entreprises chinoises.

Celles-ci sont souvent des sociétés d'État (SOE) qui constituent ensemble près de 65 % du PIB chinois et représentent 70 % des investissements effectués à l'étranger. En août 2016, dans un article publié dans Marianne, Nouvelles villes chinoises en France : deux ans plus tard, où en est leur implantation ? , nous attirions l'attention sur ce risque.

L'État chinois dispose de capitaux illimités et pourrait à terme, s'emparer, dans les pays occidentaux et plus particulièrement dans les pays les plus accueillants d'Europe dont la France, d'intérêts stratégiques.

Le secteur de l'énergie constitue une cible prioritaire. Le fonds souverain China Investment Corporation (CIC) avance ses pions depuis 2011 et possède maintenant une participation de 30 % dans la branche exploration-production de GDF Suez.

Par ailleurs, il est à craindre que d'éventuelles complications dans la réalisation du chantier à haut risque des EPR d'Hinkley Point, mettent en péril EDF et Areva déjà au bord du gouffre. Les partenaires et actionnaires CNNC (China National Nuclear Corporation) et CGN (China General Nuclear Power Corporation, postés en embuscade au nom d'une guerre économique chinoise sans merci, tireraient très certainement profit des difficultés voire à terme, d'un démantèlement de la filière française de l'énergie. L'empressement de la Chine qui exhortait Londres à donner son feu vert devrait nous alerter. En abandonnant notre indépendance énergétique à l'État chinois, nous hypothéquerions pour longtemps notre avenir économique mais aussi notre sûreté nucléaire.

 

commentaires

La domination occidentale touche à sa fin - l’ère de l’influence chinoise a déjà commencé

Publié le 31 Janvier 2017 par France Révolution

La domination occidentale touche à sa fin - l’ère de l’influence chinoise a déjà commencé

Les relations économiques de la Chine avec le Moyen-Orient sont en pleine croissance. Pékin est le principal partenaire commercial étranger de la région, dépassant même les États-Unis pour les achats de pétrole. Entre 2004 et 2009, les échanges ont triplé, atteignant 115 milliards de dollars

L'investiture de Donald Trump coïncide avec la fin du « siècle américain » et à la promotion de la Chine dans un rôle de leadership mondial. Cela a été perceptible à Davos, avec l’immixtion de Pékin dans le conflit le plus controversé au monde - Israël-Palestine - et plus récemment dans la déclaration de Theresa May promettant que les États-Unis et le Royaume-Uni n'iraient plus jamais envahir les pays souverains pour « refaire le monde à leur image ». Ce n’est pas seulement un siècle de domination américaine qui se termine, mais un demi-millénaire de prééminence occidentale.

L'appel lancé par le président Xi Jinping pour la création d'un Etat palestinien ayant Jérusalem-Est pour capitale a eu lieu au même moment que le démarrage des discussions de la Maison Blanche sur le déplacement de l'ambassade américaine en Israël dans la ville tabou. Cela illustre le nouveau poids diplomatique et géopolitique que la Chine exerce au Moyen-Orient grâce à sa prise de positions dans l’économie locale depuis quelques années.

En 2008-2009, Pékin a organisé des liaisons maritimes avec la région, dans le cadre d’une opération pacifique baptisée la "plus grande expédition navale depuis le 15ème siècle". La Chine s'est lancée dans des partenariats stratégiques avec des alliés traditionnels des américains comme l'Arabie saoudite et le Qatar. En ce qui concerne l'Arabie Saoudite qui est le principal fournisseur de pétrole de la Chine, Pékin a convaincu ses dirigeants de se joindre à son initiative « One Belt, One Road » et l'a invitée à rejoindre l’ « Asian Investment Bank ». En 2016, les deux pays ont dévoilé un plan quinquennal de coopération en matière de sécurité. Riyad a également exprimé son intérêt pour la « technologie de défense » chinoise.

La Chine possède plusieurs atouts dans la région. Tout d'abord, Pékin pratique une approche non interventionniste pour des questions comme la démocratie et les droits de l'homme, ce qui convient bien aux dirigeants du Moyen-Orient : les pays du Moyen-Orient et leurs peuples devraient pouvoir décider eux-mêmes de leur développement en fonction des « conditions nationales ». Dans le passé, le Président Xi a exprimé le soutien de la Chine à l'Arabie Saoudite pour qu’elle choisisse sa propre voie de développement.

 Au Qatar, Pékin s'est différencié de l'Occident en s'engageant à appuyer Doha dans les domaines de l'indépendance nationale, de la souveraineté, de la stabilité, de la sécurité et de l'intégrité territoriale. Lors d'une visite à Pékin, l'émir du Qatar a exprimé son « approbation pour la position impartiale de la Chine dans les affaires internationales ».

Deuxièmement, contrairement aux États-Unis, la Chine n'est pas liée par des alliances militaires. On sait qui les États-Unis soutiennent au Moyen-Orient et qui sont ses rivaux. Avec Pékin, il y a plus de flexibilité. Des conseillers avisés en politique étrangère conseillent le président Xi pour utiliser les liens émergents de la Chine avec les États du Golfe et Israël pour tirer parti des relations avec l'Iran et vice versa.

Par exemple, la Chine a tenu des positions sur la Syrie et la Libye opposées à celles de ses nouveaux partenaires dans le Golfe. Outre que Damas soit un acheteur de longue date d'armes en provenance de Chine, Pékin a également clairement manifesté son soutien à l'intervention de Moscou. La Chine et la Russie ont toujours travaillé ensemble pour fournir une protection diplomatique au gouvernement syrien via des veto à l'ONU. Certaines sources ont également signalé que des conseillers militaires chinois étaient envoyés en Syrie pour fournir un soutien de formation à l'armée syrienne. Dans le cadre de sa tactique d’ « approche douce », Pékin a accueilli les hauts responsables d'Assad et de l'opposition. Lors de sa visite en Chine, le ministre syrien des Affaires étrangères a confirmé la volonté du gouvernement de participer au processus de paix. Au-delà des États du Moyen-Orient, la position de la Chine sur la Syrie lui confère un pouvoir de négociation à la fois avec l'Occident et la Russie. La Chine considère principalement la région comme une source d'énergie. Mais cette région est aussi un lien entre les routes commerciales que la Chine cherche à mettre en place en Extrême-Orient, dans l'océan Indien, au Moyen-Orient, en Afrique et en Europe. Une implication chinoise accrue fournira à Pékin un effet de levier sur l'approvisionnement en énergie d'adversaires comme le Japon et de concurrents potentiels comme l'Inde. La poursuite des relations avec les pays du Moyen-Orient dans le cadre de l'initiative "Route maritime de la soie" ajoute à la crainte de l'Inde d'être entourée par un « collier de perles » chinoise.

Le rôle stratégique croissant de la Chine au Moyen-Orient révèle une puissance asiatique montante, dépourvue d’encombrants héritages coloniaux dans la région, et qui pourrait aider à démêler des questions apparemment insolubles comme Israël-Palestine. Son principe inébranlable de respect de la souveraineté sera peut-être le dernier clou enfoncé dans le cercueil de l'interventionnisme occidental.

commentaires

Le Pen, Fillon, Macron : petites affaires et grandes manœuvres en vue de la présidentielle

Publié le 31 Janvier 2017 par France Révolution

Le Pen, Fillon, Macron : petites affaires et grandes manœuvres en vue de la présidentielle

Penelopegate pour Fillon, frais de bouche pour Macron, assistants au parlement européen pour Marine Le Pen, les petites affaires d’argent des candidats sortent pour la présidentielle. Les grandes manœuvres ont commencé et pèseront sur le résultat. L’opération Macron se poursuit.
De Daniel Cohn-Bendit à Pierre Bergé en passant par Alain Minc et Bernard Kouchner, de Brigitte Macron à Matthieu Galley, le tout Paris qui pense et qui a un cœur s’anime en faveur d’Emmanuel Macron. L’homme n’est rien qu’un banquier d’affaires déguisé en gentil dauphin, un chouchou de Hollande monté en graine, un ministre de l’économie dont la seule trace demeurera une loi sur le développement des lignes de bus, un apparatchik bruxellomane, mais le système le promeut à marche forcée depuis l’été dernier comme un sauveur. Et sauveur il l’est en effet, de la gauche mondialiste préoccupée par l’effondrement du PS. Il est l’homme par qui l’impensable peut arriver : une coterie qui a échoué en tout, qui s’est ridiculisée aux yeux du monde et a conduit le pays toujours plus profond dans l’abîme, une meute vomie par le peuple français a une chance de sauver ses meubles et de garder le pouvoir, en le faisant élire président de la république.
 

Les contradictions de Fillon sur ses affaires

 
L’autre candidat préféré du mondialisme bien-pensant était Juppé, mais il s’est pris les pieds dans le tapis, et Fillon, en rejouant le rôle de Sarkozy en 2007, lui a fait mordre la poussière. Depuis, le vainqueur s’est endormi sur son nuage, et il n’a pas vu arriver les affaires qu’on lui jette dans les pattes. Ses adversaires sont sans scrupules ? La justice est extraordinairement prompte ? Sans doute ! Mais il se défend comme un manche et ne convainc pas. Quand on fait campagne sur le thème de la rupture et de la rigueur, il ne faut pas avoir les ongles douteux. Ni jeter le public dans la perplexité par ses contradictions. Pénélope Fillon ne s’est « elle jamais impliquée » dans les affaires de son mari comme elle l’affirme, travaille-t-elle avec lui « depuis le début, en 1981 », comme il le prétend, ou encore depuis 1997 comme le montrent ses fiches de paie ? L’a-t-on vue « en de multiples circonstances à l’Assemblée » comme l’assure Bernard Accoyer, ou travaillait-elle chez elle, comme préfère le croire Fillon lui-même ? Pourquoi Fillon la rémunérait-elle deux fois plus qu’un assistant ordinaire ? Pourquoi a-t-il prétendu que ses enfants étaient avocats au moment où il leur a confié des missions alors qu’ils étaient étudiants ? Pourquoi a-t-il affirmé qu’il n’a qu’un seul compte en banque alors que ce n’est pas vrai ? Tout cela n’en fait pas un coupable, pas plus que les chèques perçus sur une caisse spéciale du Sénat, cela en fait un parlementaire ordinaire qui profite des dispositions légales pour arrondir ses fins de mois.
 

La présidentielle dépend de l’arbitraire d’un juge

 
Ici la question est double. On doit déplorer le mélange des genres qui fait du Parquet, donc de l’exécutif, par l’intermédiaire des médias qui moralisent, le véritable maître du destin des parlementaires. Il y a quelque chose de fou et d’inquiétant dans la soumission de Fillon lorsqu’il affirme que, s’il est mis en examen, il ne sera pas candidat à la présidentielle. Les « charges » relevées par la presse contre lui ne justifiaient nulle enquête préliminaire, mais la justice a volé au secours de la manœuvre politique anti-Fillon ! Sur cette lancée, pourquoi l’arbitraire d’un juge d’instruction, qui décide librement en fonction de ses convictions, n’irait-elle pas jusqu’à la mise en examen ?
En outre, c’est un vieux principe de droit que chacun, même moi, connaît, que c’est à l’accusation qu’incombe la charge de la preuve. Fillon n’a pas à se justifier, la loi lui permet d’avoir une assistante, il en use comme il l’entend, tant bien sûr qu’il se plie aux dispositions légales.
 

Les manœuvres de Bruxelles contre Marine Le Pen

 
Il en va de même pour l’affaire intentée par le parlement européen à Marine Le Pen. Ici, pas de présomption d’emploi fictif. Catherine Griset, l’assistante de Marine Le Pen, a bien travaillé pour elle. Mais on lui reproche de l’avoir fait au siège du Front national et pour la présidente du FN, non pour la députée Le Pen, tout en recevant sa rémunération du parlement.
Sur le lieu, l’accusation ne vaut pas tripette, à l’heure d’internet et du télé-travail. Le lecteur sait-il où je suis au moment où j’écris cet article ? L’essentiel est qu’il soit écrit pourreinformation.tv. De même Catherine Griset peut-elle s’occuper de Marine Le Pen députée sans aller à Bruxelles. Et comment l’administration bruxelloise prétend-elle faire le départ entre les heures passées à assister Marine présidente et celles consacrées à Le Pen parlementaire ? C’est du guignol. Entend-elle se livrer à la même opération pour tous les parlementaires européens qui ont une double casquette ? On attend les résultats avec impatience. Quoi qu’il en soit, c’est évidemment, encore une fois, à l’accusation de faire la charge de la preuve, et non d’exiger, comme elle le fait, des éléments permettant de disculper ceux qui lui sont suspects.
 

Médias terribles contre Le Pen et Fillon, indulgents à Macron

 
A côté de l’acharnement dont Le Pen et Fillon sont victimes, on saluera l’indulgence de la justice et des médias devant les frais de bouche d’Emmanuel Macron, qui se sont montés en huit mois de 2015 à 120.000 euros, soit 80% du total de Bercy, ce qui, compte tenu des journées sandwichs, des vacances, des week-ends et des invitations reçues par le ministre, montre un bel appétit de se faire des amis en les invitant dans des endroits chics. Mais comme le disait le bon monsieur Sapin, pas de « mesquinerie budgétaire » !
Il a raison, d’ailleurs, le brave homme. Vu de Sirius, ces petites affaires n’ont d’autre importance que de nous éclairer sur les manières des accusés, et on les passerait volontiers aux trois candidats si l’on avait la certitude que sur l’immigration, ou la défense de la vie, ou la sortie du socialisme, ils professaient une doctrine ferme et bonne, qu’ils étaient capables de mettre en œuvre.
 

Petites affaires, grandes manœuvres et processus longs

 
Là gît le paradoxe et la difficulté de l’art politique. Il se joue à trois niveaux, qu’il faut tous connaître et maîtriser pour agir bien. Il y d’abord les grands processus à long terme, qu’il s’agisse de démographie par exemple, ou de modification de la société par une prise du pouvoir culturel suivie par un changement de lois et de mœurs. Il y a ensuite l’action politique à moyen terme, avec ses solutions plus ou moins avisées et ses résultats : par exemple, l’équipe Hollande Macron Valls Cazeneuve et sa prétention à sauver l’économie qui débouche sur un chômage à la hausse et une croissance 2016 à 1,1 %. Bien plus terrible que l’histoire des frais de bouche !
Et puis il y a les mille affaires et manœuvres tactiques dont dépend à tout moment la survie, comparables à ces troncs d’arbre sur un fleuve équatorial que doit éviter la pirogue si elle entend ne pas couler. Sans importance par elles-mêmes, elles conditionnent la carrière des politiciens et finalement l’avenir d’un pays. C’est idiot mais c’est comme ça. Si Fillon n’en tient pas compte, il n’ira pas au deuxième tour. Si Marine Le Pen ne s’en dépêtre pas, c’est elle qui n’ira pas.
Il n’est pas dit d’ailleurs que ce n’est pas elle qui soit la véritable cible des affaires en cours. Pour opposer Macron à un Fillon affaibli et ringardisé. Quelle victoire pour la démocratie à la française ce serait. Quelle leçon à tous les populistes du monde ! Je ne dis pas que c’est fait, mais cela peut venir. Pour les adversaires du mondialisme, le temps est venu de déboulonner Macron. Vite !

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>