Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Les tricheurs de la science

Publié le 13 Septembre 2017 par France Révolution

Les tricheurs de la science
Ils devraient être des modèles de rigueur. Ils ont plutôt truqué leurs résultats, détourné des fonds, menti ou volé des écrits. Depuis cinq ans, près d'une centaine de scientifiques canadiens ont été punis pour malhonnêteté, révèlent des données obtenues par La Presse. Et ils sont de plus en plus nombreux à se faire prendre.
 
De plus en plus de tricheurs démasqués
 
Dans chaque bureau de l'hôpital d'Ottawa, les révélations du Dr Paul Hébert déclenchaient un séisme. Le spécialiste des soins intensifs était lui-même sidéré. Et enragé par ce que la responsable de son programme de recherche venait de découvrir.
 
« Une professionnelle de la santé fraudait, elle fabriquait des données de recherche ! », confie le chercheur, aujourd'hui chef du département de médecine au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) et auteur de travaux qui ont transformé la pratique de la transfusion sanguine.
 
Dans le cadre de l'étude qu'il faisait à l'époque, l'employée tricheuse devait absolument prélever le sang de patients à des moments précis pour qu'on mesure l'effet d'un traitement. Mais au lieu de remplir sa mission le samedi, comme il le fallait, elle ne s'est jamais présentée à l'hôpital. De retour le lundi, elle a recueilli le sang en douce et écrit la mauvaise date sur les fioles, en espérant brouiller les pistes. Mais ses collègues surveillaient le réfrigérateur.
 
«On l'a congédiée, mais à l'hôpital, la crise a duré des semaines. Elle a failli ruiner l'étude», explique le Dr Hébert.
 
Quinze ans plus tard, il se souvient de tout. Entre deux nuits d'insomnie, il a alerté les organisations concernées et repris la collecte de données auprès de 40 patients. Une somme de travail colossale, qui s'est étendue sur un an et lui a coûté 100 000 $.
 
L'étude a ainsi pu être publiée dans une revue prestigieuse. Mais cela n'empêche pas le spécialiste de frémir en pensant à ce qui aurait pu se produire. « Découvrir la fraude seulement après la publication, ç'aurait été un désastre... »
 
Il n'en avait encore jamais parlé publiquement.
 
Des désastres, le médecin sait bien que d'autres universités en connaissent, y compris au Canada, où est survenu l'un des pires scandales.
 
Du fond de l'Université Memorial, à Terre-Neuve-et-Labrador, le chercheur Ranjit Chandra est devenu une vedette mondiale en publiant des études sur des multivitamines miracles et d'autres au sujet de 700 bébés n'ayant finalement jamais existé. Il les inventait et recopiait des séries de chiffres d'une étude à l'autre.
 
L'université a enterré l'affaire pendant 12 ans, ignorant de nombreux dénonciateurs et laissant son professeur empocher une fortune  - jusqu'à ce qu'il quitte le Canada en douce, en 2002.
 
À la même époque, le chercheur James Xu est entré dans un laboratoire albertain en pleine nuit pour ajouter une substance dans les éprouvettes, afin que les expériences de son équipe semblent concluantes.
 
Plus de fraudeurs démasqués
 
Combien de délinquants sévissent encore au Canada ? Ces cinq dernières années, les universités du pays ont transmis aux autorités fédérales des rapports d'enquête concernant 192 chercheurs, dont 83 ont été jugés malhonnêtes, révèlent de nouvelles données obtenues par La Presse. Leur analyse montre que le nombre de chercheurs sanctionnés annuellement a augmenté de 54 % au cours de cette période.
 
Treize d'entre eux avaient fabriqué, falsifié ou détruit des données. Les autres avaient menti dans leurs demandes de subvention, détourné des fonds publics, plagié ou bâclé leur travail (détails ci-contre).
 
Peu de cas rendus publics
 
À Toronto, Sophie Jamal a berné une très prestigieuse revue médicale. L'endocrinologue avait altéré sa base de données pour faire croire que le fait d'appliquer un onguent avait fait augmenter la densité osseuse de ses patientes à risque d'ostéoporose. Elle a donc perdu son emploi l'an dernier, et perdu à jamais le droit de demander des subventions fédérales.
 
En 2013, les Américains ont révélé qu'un pathologiste prometteur de l'Université Western Ontario (Hao Wang) avait faussement rapporté avoir réussi une greffe de rein sur deux singes.
 
La même année, l'Université McGill a obtenu gain de cause contre l'un de ses chercheurs les plus connus - et les plus subventionnés -, Avi Chaudhuri. Le professeur de psychologie avait menti au sujet de 14 voyages en Inde, prétendant s'y rendre pour faire ses recherches, alors qu'il y faisait plutôt rouler une entreprise lui appartenant. Il a été congédié.
 
De leurs propres aveux, plusieurs scientifiques ne se font jamais prendre. Environ 2% des chercheurs sondés lors d'enquêtes scientifiques admettent avoir déjà falsifié ou fabriqué des données. Et 9% avouent avoir déjà adopté d'autres pratiques discutables.
 
Les scientifiques détestent parler de ces dérives en public, par crainte que la population n'oublie que 90 % d'entre eux sont rigoureux et honnêtes, et ne condamne injustement la science dans son ensemble.
 
En privé, par contre, « il y a un besoin criant de se défouler, vous n'avez pas idée ! », constate le professeur Bryn Williams-Jones, qui dirige les programmes de bioéthique à l'UdeM et collabore à une enquête internationale lancée par son ancienne étudiante, Élise Smith.
 
Le sondage portait sur la signature des études savantes, mais les participants en avaient long à dénoncer. « Ils nous parlent d'abus, de manipulations de données, de harcèlement, de conflit d'intérêts... énumère le bioéthicien. Leurs témoignages font déjà 300 pages ! »
 
Influence mortelle
 
« Le manque d'intégrité, c'est hyper dangereux ; les décideurs se basent sur des données scientifiques de toutes sortes dans leur travail », prévient le professeur Williams-Jones.
 
En santé, il suffit d'un seul délinquant pour causer « d'immenses dégâts », car des millions de médecins se fient aux études pour traiter leurs patients, précise le Dr Hébert.
 
« La recherche clinique frauduleuse ou mal menée peut tuer. »
 
Des chercheurs ont accusé deux scientifiques européens d'avoir eu ce genre d'influence mortelle. Le premier (l'anesthésiste Joachim Boldt) prônait l'emploi d'un soluté controversé pour réanimer les patients en insuffisance circulatoire. Le second (le cardiologue Don Poldermans), celui de bêtabloquants lors d'opérations à haut risque. Ces deux pratiques tuaient probablement beaucoup plus de gens qu'elles n'en sauvaient, a-t-on compris trop tard - après avoir découvert, il y a quelques années, que chacun des deux hommes avait publié des données fictives ayant brouillé les cartes.
 
Des jeunes sont également morts après avoir attrapé la rougeole, parce que leurs parents avaient lu que les faire vacciner risquait de les rendre autistes. Dans sa pseudo-étude portant sur 12 enfants, l'ex-médecin britannique Andrew Wafefield [ces faits restent discutables] avait pourtant déformé le contenu de chaque dossier médical, sans exception. Et caché le fait qu'un avocat lui avait versé plus de 700 000 $ après lui avoir commandé l'étude pour justifier le dépôt de poursuites judiciaires contre les fabricants de vaccins.
 
Commenter cet article