Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Le BPC Tonnerre sera envoyé aux Antilles pour porter secours aux sinistrés de l’ouragan Irma

Publié le 9 Septembre 2017 par France Révolution

Le BPC Tonnerre sera envoyé aux Antilles pour porter secours aux sinistrés de l’ouragan Irma

Le Bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville aurait été certainement très utile aux opérations actuellement en cours pour porter assistance aux victimes de l’ouragan Irma, qui a ravagé les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, où l’on attend l’arrivée d’un second qui, baptisé « José », s’annonce tout aussi violent.

Seulement, en juin, le Dumont d’Urville a quitté les Antilles pour être désarmé à Brest, sans attendre l’arrivée de son successeur, un Bâtiment multimissions (B2M) qui portera le même nom et dont l’acquisition n’était inialement pas prévue [il a été commandé dans le cadre de la Loi de programmation militaire actualisée en 2015, ndlr].

Cela étant, les Forces armées aux Antilles et en Guyane ont été mobilisées pour faire face aux conséquences de l’ouragan Irma. Dans un premier temps, des moyens ont été prépositionnés grâce à un avion de transport CN-235 Casa de l’armée de l’Air, qui, en 4 rotations entre Fort-de-France et Saint-Martin, a acheminé une trentaine de militaires du 33e Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa) pour mettre en oeuvre deux modules d’intervention légers autonomes (MIL) avec lots cycloniques (groupes électrogènes, hâche, tronçonneuses) ainsi que 4 postes de secours mobiles de la sécurité civile et du personnel médical.

« Ces pré-positionnements et la mise en alerte des moyens des FAA et des FAG devaient permettre de faciliter les interventions ‘Post-cyclonique' », a expliqué l’État-major des armées (EMA).

Puis, après le passage d’Irma, un avion Falcon 50 de la Marine nationale a effectué un premier vol de reconnaissance, depuis la Martinique, pour évaluer l’étendue des dégâts.

Au total, les moyens militaires mobilisés pour les opérations de secours et d’assistance se composent donc d’unités du 33e RIMa, des Régiments du Service Militaire Adapté (RSMA) de Guadeloupe et de Martinique, de 2 Falcon 50M (l’un des Forces armées aux Antilles, l’autre des Forces armées en Guyane), d’un Casa CN-235, de 2 hélicoptères Puma et des deux frégates de surveillance Ventôse (avec une section « déblayage de route / élagage » du RSMA Martinique et un Panther à bord) et Germinal (avec une Alouette III). Ces deux navires ont appareillé avec du matériel, des vivres et de l’eau potable.

Pour les Forces armées aux Antilles, qui ont dû subir les restrictions budgétaires de ces dernières années, il n’est pas possible d’en faire davantage puisque tous leurs moyens sont mobilisés pour les opérations de secours.

En outre, un détachement du bataillon de marins-pompiers de Marseille (BMPM), comprenant du personnel médical, a été envoyé à Saint-Martin avec 800 kg de matériels. En tout, 300 personnels militaires de la Sécurité civile, issus des UIISC 7 et 1 ainsi que de la Brigade des Sapeurs pompiers de Paris, sont à pied d’oeuvre. Et il faut encore ajouter la mobilisation de 400 gendarmes pour protéger les victimes et les biens (des scènes de pillage ayant été rapportées) et celle d’une vingtaine d’experts de l’Unité de gendarmerie d’identification des victimes de catastrophes (UGIVC).

Par ailleurs, sur ordre du Centre de planification et de conduite des opérations (CPCO), le Commissariat des armées va envoyer 40.000 rations de combat aux Petites Antilles (un premier lot de 8.000 a déjà été acheminé par deux avions d’Air Caraïbes).

Enfin, l’État-major des armées a annoncé le départ du Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Tonnerre pour les Antilles. Ce navire doit en effet appareiller le 12 septembre. Aucune précision n’a pour le moment été donnée sur sa mission. Mais l’on se doute qu’il acheminera du matériel et des vivres. Sa présence sur « zone » sera essentielle dans la mesure où il dispose, à son bord, d’un hôpital de rôle 3, avec deux blocs opératoires pouvant fonctionner simultanément avec 7 lits de soins intensifs, une salle de radiologie avec scanner et 69 lits.

Mais avant le départ du BPC Tonnerre, un avion de transport A400M a décollé de la base aérienne d’Orléans Bricy, ce 9 septembre, avec, à son bord, un hélicoptère Puma du 3e RHC (Régiment d’hélicoptères de combat), une douzaine de personnels (mécaniciens, pilotes)  et des pièces de rechange pour pouvoir assurer le soutien sur place. Comme le rappelle le lieutenant-colonel Frédéric Gonzales, le commandant de la 61e escadre de transport, il s’agit de la première mission humanitaire de cet appareil.

Commenter cet article