Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Xylella fastidiosa. Menaces sur l’huile d’Olive en Europe

Publié le 16 Juillet 2017 par France Révolution

Xylella fastidiosa. Menaces sur l’huile d’Olive en Europe

L’Europe méditerranéenne produit en fonction des années entre 70 et 75% des 3 millions de tonnes de la production mondiale d’huile d’olive. La production d’huile d’olive en Espagne s’élevait en 2015 à 842 000 tonnes, soit l’équivalent des 2e, 3e et 4e producteurs mondiaux c’est-à-dire la Tunisie, la Grèce et l’Italie. Si la Tunisie est le premier exportateur mondial, l’Italie est le premier producteur d’huiles supérieures de qualité. Or, désormais en Espagne comme en Italie, une bactérie menace gravement la production d’olives, et plus inquiétant encore, l’ensemble des plantations d’oliviers.

La Xylella fastidiosa est une bactérie mortelle pour les oliviers qui finissent par périr desséchés. Ces bactéries, d’origine Californienne, causent des brûlures foliaires et s’attaquent aux tissus des feuilles qui transportent la sève pour l’ensemble de l’arbre-hôte. Puis elles se disséminent à travers une centaine de plantes hôtes jusqu’aux plantations voisines où elles ravagent des champs entiers d’oliviers, de vigne, de citronniers et d’amandiers. Le résultat est pour l’olivier européen ce que les botanistes appellent le CoDiRo, le Complexe de Dessèchement Rapide : les récoltes d’olives sont nulles et les arbres du bassin de production sont détruits.

Introduite dans la région des Pouilles, près de Lecce au Sud de l’Italie en 2013, une région agricole entièrement tournée vers la production d’huile, de tomates et de fromages, Xylella fastidiosa a annéanti des vallées entières, passées au brûli. La présence de Xylella fastidiosa a causé des polémiques à propos de l’utilisation des aides Européennes à son sujet, mais également à propos de l’éventualité d’une introduction malveillante de la part du géant chimique Monsanto qui est le seul à fournir des traitements. Ces allégations n’ont pas été confirmées.

L’union Européenne, de son côté, considère Xylella fastidiosa comme l’une des bactéries les plus dangereuses au monde pour les plantes, et a monté un programme d’aides à l’éradication des champs touchés. L’Italie vient effectivement de perdre un million d’oliviers en une année.

Repérée en Corse et aux Iles Baléares, elle vient d’être détectée dans des plantations d’amandiers près de Valence, forte région productrice d’huile d’olive. En Espagne, ce sont 340 millions d’oliviers qui assurent au pays la moitié de la production Européenne d’huile d’olive.

C’est donc une nouvelle inquiétante pour l’Espagne et l’ensemble des industries du secteur oléagineux en Europe : en Italie, la production s’est effondrée de moitié depuis 2011. La bactérie tueuse d’oliviers progresse donc en Europe : elle empire en Italie et s’étend dans les archipels méditerranéens et désormais en Espagne.

oliviers_pouilles - copie

La nouvelle vient de tomber : 68 foyers de contamination à la bactérie Xylella Fastidiosa seraient apparus en Corse, menaçant les récoltes. En Italie, cette bactérie a – sous une forme différente – fait des ravages, notamment dans les Pouilles, et a détruit des dizaines de milliers d’hectares d’oliviers en deux années seulement.

En 2013, le premier cas européen d’un foyer de la bactérie Xylella fastidiosa a été enregistré dans la région des Pouilles, au sud-est de l’Italie, où l’on recense 2,2 millions d’oliviers, soit 20% des oliviers du Salento. Toutefois, la région touchée par l’infection pourrait être beaucoup plus vaste. En effet, deux nouveaux foyers qui bordent les provinces de Brindisi et de Tarente, et un foyer isolé situé à Oria, dans la province de Brindisi, ont été récemment découverts. La maladie affecte principalement des oliviers âgés (100 ans ou plus). On note d’abord une brûlure-dessèchement des feuilles. La périphérie des feuilles passe ainsi du jaune au brun foncé, puis le brunissement se propage vers l’intérieur de la feuille pour finalement aboutir à la dessiccation. Toutefois, les feuilles desséchées et les drupes flétries restent attachées. A des stades plus avancés, on observe le dessèchement des rameaux des oliviers (avec une répartition aléatoire dans le houppier), suivi de la mort des arbres. Ce syndrome rapide du déclin des oliviers a été dénommé CoDiRO en italien. Dans la même zone, la brûlure-dessèchement des feuilles concerne aussi l’amandier et le laurier rose.

La maladie a un impact sérieux sur le secteur productif de l’huile d’olive. Avec près de 500 millions de tonnes par an, l’Italie est en effet le deuxième producteur d’huile d’olive mondial après l’Espagne. Ainsi, avant la flambée, la culture de l’olivier dans les Pouilles représentait 30% de la production italienne. De même, la maladie a un grave impact sur le secteur très productif de la pépinière, avec pour conséquences immédiates l’interdiction de tout mouvement et de la commercialisation de tous les produits des plantes.

Qu’est ce que Xylella Fastidiosa ? Quelles sont les menaces qui pourraient peser sur l’agriculture et les récoltes ? Comment parvenir à triompher de cette bactérie ? C’est ce qu’a bien voulu nous expliquer le Docteur Jean-Louis Thillier, consultant scientifique européen qui a travaillé le sujet notamment en tant qu’expert pour les Italiens.

Commenter cet article