Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Wimbledon avec beaucoup d'humour : il ose coacher des gradins, elle lui enfile sa jupe et lui envoie un service!

Publié le 16 Juillet 2017 par France Révolution

Wimbledon avec beaucoup d'humour : il ose coacher des gradins, elle lui enfile sa jupe et lui envoie un service!

La joueuse belge de tennis professionnel Kim Clijsters a proposé à un spectateur qui lui donnait des conseils à partir des gradins pendant le match de prendre la place de sa rivale sur le court. Mais pour avoir le droit de jouer, l'invité devait enfiler la tenue appropriée…

Kim Clijsters et sa partenaire, l'Australienne Rennae Stubbs, affrontaient l'Espagnole Conchita Martinez et l'Américaine Andrea Jaeger dans le cadre du tournoi de Wimbledon à Londres. En plein match, un spectateur s'est aventuré à conseiller à la joueuse belge d'y aller d'un «body serve», ou un service sur le corps de l'adversaire.

 

Ayant très bien entendu sa remarque, elle n'a pas hésité à ordonner à ce coach improvisé de descendre sur le terrain prendre la place de Conchita Martinez… justement pour recevoir ce fameux service!

L'homme a bien sûr obtempéré et s'est fait remettre la raquette de l'Espagnole. Mais, selon la tradition, il devait être vêtu entièrement de blanc. Ne manquant ni d'humour ni d'audace, Clijsters s'est immédiatement précipitée vers son sac pour en sortir… une jupe de rechange. Que le gaillard a revêtue illico, et jusqu'aux hanches!

​La joueuse belge a donc engagé l'échange et le valeureux spectateur ne s'est pas démonté, réussissant à renvoyer deux balles sur trois. Puis, le jeu a repris, pour se conclure sur un gain de Clijsters et Stubbs.

Le tournoi de Wimbledon s'est tenu à Londres du 3 au 16 juillet.

Commenter cet article