Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Maduro entre élection et guerre civile : à quoi sert la crise du Venezuela ?

Publié le 31 Juillet 2017 par France Révolution

Combat entre l’opposition au président Maduro et les forces de l’ordre.

Combat entre l’opposition au président Maduro et les forces de l’ordre.

Au Venezuela les émeutes organisées par l’opposition pour protester contre l’élection de la constituante ont provoqué au moins dix morts, les USA condamnent Maduro, on est au bord de la guerre civile : à quoi et à qui sert une crise qui s’aggrave de mois en mois ?
 
La crise qui secoue de Venezuela depuis la mort d’Hugo Chavez et son remplacement par son dauphin Maduro entre dans une phase aigue : l’opposition d’Henrique Capriles a trouvé dans l’élection de la constituante une occasion d’insurrection, le président Maduro fait donner l’armée pour assurer l’ordre et conserver le pouvoir. Capriles y voit un « massacre » et une « fraude », l’ambassadrice US à l’ONU Nikki Haley dénonce « un pas vers la dictature », le gouvernement Trump a pris des sanctions financières contre treize chavistes notoires et promet beaucoup plus grave. Bref, le pays est au bord de la guerre civile.
 

La crise du Venezuela, coincé entre socialisme et USA

 
Il y a cent façons d’analyser la crise, d’ailleurs légitimes. On peut noter qu’une clique socialiste a mené à la faillite un pays riche en hydrocarbures. On peut noter aussi que les USA veulent garder leur chasse gardée d’Amérique latine et qu’ils ont tout fait pour déstabiliser depuis trente ans un pays, le Venezuela, qui s’insurgeait contre leur omnipotence pétrolière.
 
Et puis l’on peut aussi constater que la combinaison de la gabegie socialiste et de l’impérialisme US produit une situation dont la gouvernance globale va profiter à terme. La crise du Venezuela est une histoire exemplaire, propre à dégoûter les peuples de tout populisme et de toute opposition à la toute puissance washingtonienne.
 

Avec Maduro, la crise de légitimité mène à la guerre civile

 
120 morts depuis le début des manifestations anti-Maduro, le bilan devient de plus en plus lourd et devrait s’aggraver dans les prochains jours. L’armée est sur les dents, l’opposition a pris pour principal argument le cocktail Molotov. La question de fond est celle de la légitimité. L’opposition la dénie au gouvernement de Maduro et en particulier à l’élection de la constituante, dont le premier geste doit être de dissoudre le parlement où les anti-Maduro dominent. « Nous ne reconnaissons pas ce processus frauduleux, pour nous il est nul, il n’existe pas », a déclaré Henrique Capriles. Dès lors il n’y a plus d’Etat, il n’y a plus de lien social et politique au Venezuela. C’est pourquoi l’opposition détruit les machines à voter, c’est pourquoi Maduro fait donner les blindés contre une partie du peuple : c’est littéralement la guerre civile, et c’est pourquoi les deux partis se battent pour revendiquer la légitimité populaire. L’opposition de flatte d’avoir recueilli plus de sept millions de suffrages à un referendum contre l’élection de la constituante, et Maduro prétend que la participation à cette élection de la constituante atteint 41,5 %, soit 8 millions d’électeurs.
 

L’élection au Venezuela sert à dégoûter de la démocratie et du populisme

 
Cette situation pitoyable et sanglante raconte quelque chose au monde entier : que le populisme anti-US à la Chavez est un échec, que le socialisme est ruineux, que la démocratie débouche sur une anarchie qui ne satisfait personne. Selon l’institut de sondages Datanalisis, 80 % des citoyens du Venezuela désapprouveraient Maduro. C’est censément pour limiter le bain de sang et permettre au peuple du Venezuela « de s’autodéterminer », les Etats-Unis envisagent une action « forte et rapide ».
 
Et ils ne sont pas seuls. Un cercle de réflexion Dialogue interaméricain, situé à Washington, engage Maduro à « respecter la constitution et convoquer des élections générales ». La Colombie, le Panama, le Pérou, l’Argentine et le Costa Rica ont annoncé qu’ils ne « reconnaîtraient pas » la constituante. Bref, un groupe de pression international tente de peser sur la politique intérieure du Venezuela, quel que soit le choix des citoyens locaux. Le combat dialectique entre les Etats-Unis et le chavisme mène doucement à la gouvernance globale.
 

Pauline Mille
Commenter cet article