Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Les terroristes islamistes reçoivent leurs armes de pays alliés des Etats-Unis, selon l'Iran

Publié le 18 Juillet 2017 par France Révolution

Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères

Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères

Lors d'une interview accordée à CNN, le ministre iranien des Affaires étrangères a répondu aux accusations occidentales, relayées par les monarchies du Golfe contre l'Iran. Selon lui, ces dernières promeuvent l'islamisme et arment les djihadistes.

L'Iran n'a pas de leçon à recevoir de la part de Donald Trump, à en croire le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. «Nous savons d'où viennent les terroristes, nous connaissons ceux qui ont attaqué le World Trade Center [en 2001], je peux vous dire qu'aucun d'eux ne venait d'Iran», a ainsi martelé le dirigeant iranien lors d'une interview accordée à CNN le 16 juillet 2017.

«La plupart provenaient de [pays] alliés des Etats-Unis», a-t-il ajouté sans ambages, citant nommément l'Arabie saoudite. Et d'ajouter : «Regardez Daesh, regardez le Front al-Nosra [aujourd'hui : Fatah al-Cham] et les autres organisations terroristes, elles n'ont rien à voir avec l'Iran. Mais elles ont reçu leur idéologie, leurs armes de pays qui se présentent comme des alliés des Etats-Unis.»

Le dirigeant iranien répondait ainsi aux accusations répétées de Donald Trump et de ses alliés arabes contre l'Iran et le Qatar. Début juin, l'Arabie saoudite ainsi que ses alliés régionaux, l’Egypte, les Emirats arabes unis, le Bahreïn et le Yémen avaient alors rompu leurs relations avec Doha, l'accusant de «soutenir des organisations extrémistes» et de se rapprocher de l'Iran chiite, grand rival des pétromonarchies sunnites de la région. En tournée au Moyen-Orient fin mai, Donald Trump avait accusé l'Iran de soutenir le terrorisme et appelé ses alliés arabes à isoler Téhéran.

Commenter cet article