Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

La consommation d'édulcorants artificiels augmente les risques d'obésité de diabète ou de maladies cardiovasculaires

Publié le 18 Juillet 2017 par France Révolution

Edulcorants artificiels : leurs dangers pointés du doigt par une étude

Edulcorants artificiels : leurs dangers pointés du doigt par une étude

La consommation d'édulcorants artificiels pourrait augmenter les risques d'obésité, de diabète ou encore de maladies cardiovasculaires, selon une nouvelle étude canadienne.

Aspartame, sucralose... Ces mots font désormais partie de notre quotidien. Présentés comme des alternatives au sucre, ces édulcorants artificiels réduiraient les apports en calories. Mais qu'en est-il vraiment ? De nouvelles recherches publiées dans le Canadian Medical Association Journal ont tenté de répondre à cette question.

AUGMENTATION DES RISQUES

Les études sur le sujet étant contradictoires, des scientifiques du Centre for Healthcare Innovation de l'université de Monitoba, au Canada, ont décidé d'analyser les données de 37 recherches (7 essais cliniques menés pendant environ six mois et 30 études de cohorte réalisées sur une dizaine d'années) pour démêler le vrai du faux. Les effets des édulcorants artificiels sur plus de 400 000 participants ont ainsi été examinés.

Ce qu'il en ressort est pour le moins inquiétant : sur le long terme, les chercheurs ont constaté que la consommation d'édulcorants artificiels pouvait être liée à une prise de poids, à une augmentation des risques d'obésité, d'hypertension, de syndrome métabolique, de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires. Mais pour confirmer ces résultats, des recherches complémentaires sont nécessaires, comme le précise Meghan Azad, co-auteure de l'étude : « La prudence est de mise jusqu'à ce que les effets à long terme des édulcorants artificiels sur la santé soient complètement caractérisés ».

 

Commenter cet article