Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Kiev admet l’absence de preuves de la présence de l’armée russe dans l’est de l’Ukraine

Publié le 10 Juillet 2017 par France Révolution

Des militaires russes pendant des exercices conjoints avec l'armée biélorusse, en Biélorussie

Des militaires russes pendant des exercices conjoints avec l'armée biélorusse, en Biélorussie

L’Ukraine ne possède pas de preuves de la présence des militaires actifs russes dans le région du Donbass, d’après un haut responsable ukrainien. Pourtant la Russie est régulièrement accusée par Kiev d’intervenir militairement dans cette région.

«Malgré tous nos efforts, nous ne pouvons pas prouver pour l’instant de manière juridiquement claire la présence de l’armée régulière russe à Donbass», a déclaré le ministère adjoint des Territoires occupées et des déplacés internes de l’Ukraine Guéorgui Touka dans une interview au site ukrainien «Apostrophe».

«Nous pouvons déchirer une centaine de vychivankas [chemise traditionnelle ukrainienne] par jour sur ce sujet. Mais ce n’est pas une solution ! Ce ne sont que des émotions. Ce ne sont que des députés qui peuvent se permettre ce genre de chose, en courtisant leur électorat, en le trompant, en le manipulant», s’est exclamé le ministre adjoint.

Il a souligné que l’Ukraine devait utiliser la terminologie et les notions internationales dans ses tentatives de prouver la présence de militaires russes sur son territoire, et la récente décision de la cour de la Haye a confirmé son incapacité de le faire. De plus, il est impossible du point de vue juridique de parler d’une «occupation» russe de la région du Donbass, puisqu’il n’y a pas d’organes de pouvoir russe dans cette zone, a noté le responsable ukrainien.

En avril 2017, la Cour internationale de justice de la Haye a refusé de satisfaire la plainte de Kiev, qui accusait Moscou de «financer le terrorisme», notamment les milices populaires de Donbass. La Cour a pourtant accepté d'entamer une procédure juridique sur le deuxième volet de la plainte de Kiev, portant sur une présumée «discrimination raciale» par Moscou envers les tatars de Crimée.

Plus tôt dans la journée, le secrétaire de presse Dmitri Peskov avait réaffirmé que les militaires actifs russes n'étaient pas et n’avaient jamais été présents en Ukraine. Il réagissait aux propos de Jens Stoltenberg, actuellement en visite en Ukraine, qui avait réclamé, plus tôt dans la journée, que la Russie «retire ses militaires» du territoire ukrainien.

Kiev, Washington et Bruxelles ont plusieurs fois accusé Moscou de participer militairement dans le conflit à l’est de l’Ukraine, qui dure déjà plus de trois ans. Le Kremlin a plusieurs fois démenti ces accusations, les qualifiants d’«inacceptables». La Russie a plusieurs fois souligné qu’elle n’était pas partie prenante dans le conflit qui se poursuit dans les régions de Donetsk et de Lougansk, et a appelé Kiev à respecter les engagements pris dans le cadre des accords de Minsk, notamment celui d’amender la constitution pour accorder plus d’indépendance à ces deux régions.

Commenter cet article