Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Kaczynski: la Pologne a le droit de dire «non» aux migrants

Publié le 1 Juillet 2017 par France Révolution

Kaczynski: la Pologne a le droit de dire «non» aux migrants

Vieille pomme de discorde entre Bruxelles et Varsovie, la question migratoire a suscité une virulente réaction du chef des conservateurs au pouvoir, Jaroslaw Kaczynski, qui se dit hostile à la participation de la Pologne au programme de répartition des demandeurs d’asile.

Le dirigeant du parti polonais Droit et Justice (PiS), Jaroslaw Kaczynski, s'est opposé frontalement à la politique européenne en matière d'accueil des migrants. Prenant la parole lors du Ve congrès de son parti, il a assuré que la Pologne se réservait le droit de refuser l'accueil aux réfugiés.

«Nous n'avons pas exploité les pays dont proviennent les réfugiés qui arrivent maintenant en Europe. Nous n'avons pas utilisé leur main d'œuvre et ne les avons pas invités en Europe. Nous avons le droit moral de dire "non"», a-t-il déclaré.

Évoquant les effets négatifs des migrations sur l'économie, le chef du PiS a indiqué: «Il n'y a aucune raison d'abaisser notre niveau de vie».

La question migratoire attise les tensions entre l'UE et la Pologne depuis 2015, lorsque les Vingt-Huit ont décidé à la majorité des voix de réinstaller dans 23 des 28 pays près de 120.000 réfugiés se trouvant dans l'Union, en plus des 40 000 demandeurs d'asile dont il avait été convenu.

 

La Pologne s'est alors engagée à accueillir 7.000 réfugiés. Or, quelques mois après l'arrivée au pouvoir du parti de Jaroslaw Kaczynski, Varsovie a réexaminé sa position, refusant d'installer les migrants sur son territoire.

En réponse, la Commission européenne a lancé le 13 juin une procédure d'infraction contre trois pays membres, la Pologne, la Hongrie et la République tchèque, qui refusent toujours de participer au programme européen de répartition des demandeurs d'asile depuis l'Italie et la Grèce.

Commenter cet article