Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Eurofighter : Pour Airbus, l’Autriche sape la réputation de l’industrie aéronautique européenne

Publié le 16 Juillet 2017 par France Révolution

Eurofighter : Pour Airbus, l’Autriche sape la réputation de l’industrie aéronautique européenne

La décision, prise en 2003, de doter la force aérienne autichienne de l’avion de combat Eurofighter Typhoon n’a cessé, depuis, d’alimenter la polémique en Autriche. Et pour cause : ce contrat fait l’objet d’enquêtes portant sur des soupçons de corruption. Plusieurs responsables militaires et politique autrichiens ont ainsi été (ou le sont encore) inquiétés, de même que des dirigeants d’Airbus [membre du consortium Eurofighter avec BAE Systems et Leonardo, ndlr], dont Tom Enders, le patron du groupe européen.

En février, le ministère autrichien de la Défense a sorti l’artillerie lourde, en disant avoir été « délibérément trompé » tant sur « le vrai prix que sur les vraies capacités de livraison et les vrais équipements » des Eurofighter Typhoon. Et d’exiger des dédommagements, dont le montant, compris entre 183 millions à 1,1 milliard d’euros, correspondrait aux commissions facturées en catimini par Airbus.

Depuis, Vienne a annoncé son intention de retirer du service des 15 Eurofighter Typhoon d’ici 2020, en mettant en avant le coût trop important de ces appareils. Désormais, la force aérienne autrichienne est à la recherche d’une autre solution qui lui permettrait de mener à bien ses missions de police du ciel.

Mais cette polémique concernant l’Eurofighter Typhoon n’est pas du goût d’Airbus, qui vient de répliquer en adressant une lettre au à Harald Mahrer, le ministre autrichien de l’Économie.

« La tendance à criminaliser les fournisseurs et leurs partenaires dans une commande d’une telle importance internationale n’est pas acceptable pour nous en tant que secteur », a ainsi écrit Peter Denker, le représentant d’Airbus en Autriche, dans une missive datée du 11 juillet et dont l’agence Reuters a obtenu une copie. Et de dénoncer que la campagne électorale, sur ce dossier, a « depuis longtemps dépassé les limites raisonnables. »

Cette lettre s’inscrit dans le fil des déclarations faite par Tom Enders en avril dernier. À l’époque, il avait dénonce un « un détournement du système juridique » autrichien à « des fins politiques ». Et cela, alors que des élections législatives doivent avoir lieu en Autriche en octobre prochain.

Cette affaire des Eurofighter Typhoon a donné lieu à une enquête parlementaire. Ayant officiellement pris fin le 12 juillet, ses conclusions devraient être rendues publiques d’ici quelques jours.

Commenter cet article