Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Découverte de trois foetus congelés dans la chambre froide d'un bateau de pêche: la mère supposée placée en garde à vue

Publié le 12 Juillet 2017 par France Révolution

Découverte de trois foetus congelés dans la chambre froide d'un bateau de pêche: la mère supposée placée en garde à vue

Trois foetus ont été découverts mardi soir à Lorient, dans le département français du Morbihan, l’un dans la chambre froide d’un bateau de pêche et deux autres dans un congélateur du domicile de la mère supposée, qui a été placée en garde à vue, a-t-on appris auprès mercredi du parquet.

«Les services du commissariat de police de Lorient étaient avisés de la découverte, à bord d’un bateau amarré au port de pêche, du corps sans vie d’un nouveau-né», a indiqué mercredi Laureline Peyrefitte, la procureure de Lorient, dans un communiqué.

Le premier corps a été découvert par l’un des membres de l’équipage de l’Héliotrope, dissimulé dans un sac en plastique et entreposé dans un congélateur.

«Les premières investigations permettaient rapidement d’orienter les recherches vers l’une des employées de la Scapêche, armateur du bateau», a précisé la procureure.

Lors de premières opérations de perquisition à son domicile ont été retrouvés «deux autres corps sans vie de nouveau-nés, également enveloppés dans des sacs en plastique et dissimulés dans le congélateur».

Une autopsie des trois bébés doit avoir lieu jeudi pour déterminer «s’ils sont mort-nés», a déclaré à l’AFP la procureure qui tiendra une conférence de presse à 11H30.

La suspecte est une femme marin-pêcheur âgée de 50 ans, employée à la Scapêche, armateur du bateau où a été retrouvé le premier nouveau-né. Elle aurait étouffé puis gardé les nouveaux-nés, selon une source proche de l’enquête.

C’est un marin-pêcheur également employé de la Scapêche qui a donné l’alerte mardi en fin d’après-midi alors qu’il était sur le point d’embarquer au port de Lorient. La police s’est rendue sur place avec un membre du parquet pour faire des constatations, obtenant rapidement les coordonnées de la mère supposée chez qui ont été retrouvés les deux bébés.

Des investigations sont en cours pour déterminer si d’autres suspects sont impliqués et une enquête a été ouverte des chefs d’assassinat.

 

Longue liste de précédents

Cette affaire de bébés tués à leur naissance vient s’ajouter à une longue liste de précédents en France, même si les nouveaux-nés congelés sont plus rares.

La plus connue est l’affaire Courjault. Le 23 juillet 2006, Jean-Louis Courjault découvre les corps de deux nouveaux-nés dans son congélateur à Séoul. Sa femme Véronique sera écrouée le 12 octobre à Tours.

Elle avoue un autre infanticide commis en 1999 en Charente-Maritime. Elle sera condamnée à huit ans d’emprisonnement en juin 2009 et libérée en mai 2010.

La plus importante affaire de ce type est survenue le 19 mars 2015 en Gironde: les corps de cinq bébés sont découverts à Louchats au domicile d’une femme de 35 ans, par son compagnon âgé de 40 ans.

Autre cas en Savoie avec la découverte des corps de trois nouveaux-nés morts en 2001, 2003 et 2006 à Albertville, le 22 août 2007, dans un congélateur au domicile de leur mère qui sera condamnée à cinq ans d’emprisonnement.

La plus grave affaire d’infanticides, mais cette fois sans bébés congelés, a été la découverte de huit corps, en juillet 2010, dans un pavillon et un jardin du village de Villers-au-Tertre (Nord), chez un couple de 45 ans. La mère, Dominique Cottrez, aide soignante, sera condamnée le 2 juillet 2015 à neuf ans d’emprisonnement par les assises du Nord.

Enfin, dans une maison de Tinténiac (Ille-et-Vilaine), les gendarmes ont découvert le cadavre d’un nouveau-né dans le congélateur et les ossements de trois autres enterrés dans le jardin, le 18 mars 2003. La mère a été condamnée à 15 ans de réclusion.

Commenter cet article