Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

ArcelorMittal serait responsable d'un scandale environnemental

Publié le 4 Juillet 2017 par France Révolution

ArcelorMittal serait responsable d'un scandale environnemental

Un ex-sous-traitant de l'entreprise ArcelorMittal prétend, vidéo à l'appui, avoir déversé pendant des mois des centaines de mètres cubes d'acide dans la nature, et ce avec la "bénédiction" de la multinationale...

 

Le témoignage émane d'un ancien chauffeur de camion, ex-travailleur intérimaire d'un sous-traitant d'ArcelorMittal à Florange (Moselle, France). Images à l'appui, il accuse le géant de la sidérurgie mondiale d'avoir cautionné le déversement quotidien de produits hautement polluants dans un crassier (dépotoir). L'opération aurait, selon ses dires, duré trois mois, de décembre à février dernier, relate France Bleu Lorraine

Témoignage
"Je transportais l'acide usagé. Normalement je devais le ramener dans un centre de recyclage. Mais on me disait de charger l'acide et d'aller au crassier, avec la complicité de salariés d'Arcelor. Les bons de livraison n'indiquaient pas que c'était de l'acide. Ils indiquaient seulement que c'était de la boue de fer ou de la boue d'épuration", 
précise l'ex-chauffeur de camion (témoignage entier à écouter ci-dessous), qui a d'ailleurs été... licencié pour "rupture de discrétion commerciale" après avoir évoqué ces méthodes douteuses avec un collègue.

La direction dément
La direction régionale de l'environnement (Dreal) a ouvert une enquête. De son côté, la direction d'ArcelorMittal a tenté de rassurer les syndicats et démenti "tout risque environnemental ou sanitaire". L'entreprise a, en outre, insisté sur le respect total des "procédures réglementaires".

Commenter cet article