Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

A Marseille, des fonctionnaires travaillent une semaine sur deux (et sont payés à plein temps) avec la complicité de la mairie

Publié le 2 Juillet 2017 par France Révolution

A Marseille, des fonctionnaires travaillent une semaine sur deux (et sont payés à plein temps) avec la complicité de la mairie

La municipalité phocéenne somme ses agents d’effectuer réellement leurs 34 heures de travail hebdomadaires. Les syndicats protestent.

Si l’intersyndicale FSU, CGT et Unsa des employés de la ville de Marseille menace de faire grève, c’est que l’affaire est grave. En effet, les agents municipaux marseillais viennent d’apprendre qu’ils devront désormais travailler davantage… c’est-à-dire 34 heures par semaine ! Le directeur général des services de la Ville a été clair : le droit va désormais remplacer les usages adoptés par une partie des 11 556 employés municipaux marseillais au fil des années. Déjà, sur le papier, à la ville de Marseille, on travaille moins : 1 567 heures par an (soit 34 heures par semaine) au lieu des 1 607 heures légales (35 heures). Un cadeau de 10 millions d’euros par an, selon la chambre régionale des comptes, mais qui se justifie selon la municipalité par « la spécificité des conditions de travail à Marseille ». L’administration cite notamment l’« insécurité urbaine » ou la « prise en charge des populations en difficulté ».

Plus étonnant : dans les faits, à Marseille, certains se situent très en dessous des 34 heures théoriques. Le Canard enchaîné vient de révéler qu’une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Marseille qui soupçonne un système de faux pointage permettant à certains employés du Samu social de gonfler le total de leurs heures travaillées. Le plus étrange, c’est que ce système semblait fonctionner avec l’aval de la Mairie ! Concrètement, chaque salarié devait travailler une semaine sur deux sur toute l’année sans aucune exception. Un mi-temps payé au prix d’un temps complet. Cette organisation du temps de travail permettait aux travailleurs sociaux d’effectuer de 10 à 12 jours de travail par mois en moyenne.

Commentaire d’une source proche de l’enquête : « Si on devait poursuivre tous les employés de la Ville qui trichent avec la pointeuse, on remplirait le tribunal. » Notons d’ailleurs que cette dérive s’ajoute aux 36,8 jours d’absence par an et par agent en moyenne, qui placent les fonctionnaires marseillais sur la deuxième marche du podium 2016 de l’absentéisme dans les communes, après Amiens.

Marseille n’est pas une exception : un rapport de 2016, rédigé par Philippe Laurent, un proche de Manuel Valls, établissait que les fonctionnaires français à plein temps travaillent en moyenne 1 584 heures par an (soit moins que les 1 607 heures correspondant aux 35 heures légales). Pire : des données récentes du ministère du Travail indiquent que la durée hebdomadaire du temps de travail dans les collectivités ne cesse de diminuer. Elle s’établirait aujourd’hui autour de 33 heures par semaine.

Jour du maire, jour du président, les abus sont nombreux. Dans certains services, des événements familiaux donnent lieu à des autorisations spéciales d’absence. « Chaque collectivité a développé sa propre doctrine en la matière », note le rapport. Ici, c’est trois jours de congé, hors congés payés, qui sont accordés pour un mariage ; ailleurs, dix jours. Autre pratique douteuse : les jours de fractionnement. Un agent qui divise ses vacances annuelles en trois périodes bénéficie de congés supplémentaires.

En Alsace-Moselle, les agents ne travaillent ni le vendredi saint ni le 26 décembre. Outre-mer, on bénéficie du jour de la célébration de l’abolition de l’esclavage. S’y ajoutent six jours chômés en Guadeloupe (lundi gras, mardi gras, mercredi des Cendres, mi-carême, vendredi saint, jour des Morts), et quatre en Guyane (lundi gras, mardi gras, mercredi des Cendres, festival de Cayenne).

Selon le rapport Laurent, en un an, les fonctionnaires travaillent en moyenne 15 journées de moins que les salariés du privé (soit 110 heures). Même si elle parvenait à faire travailler ses employés 34 heures par semaine, la ville de Marseille se trouverait en queue de peloton. Comme d’ailleurs toutes les collectivités françaises : la moyenne des durées de travail hebdomadaires dans les administrations des pays de l’OCDE se situe à 37,6 heures. Bien au-delà donc des 33 ou 34 heures par semaine pratiquées par nos collectivités !

Commenter cet article