Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Pyongyang menace de tuer l'ex-présidente sud-coréenne Park Geun-Hye

Publié le 29 Juin 2017 par France Révolution

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

La Corée du Nord a menacé de tuer l'ancienne présidente sud-coréenne Park Geun-Hye, pour son rôle présumé dans un complot qui visait selon Pyongyang à assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

Dans un communiqué diffusé par l'agence officielle nord-coréenne KCNA, le ministère de la Sécurité et le parquet de Corée du Nord ont accusé l'ancienne présidente sud-coréenne Park Geun-Hye, actuellement incarcérée et jugée pour corruption en Corée du Sud, d'avoir donné son feu vert à un plan des services secrets sud-coréens pour liquider Kim Jong-Un.

«Nous faisons savoir, chez nous et à l'étranger, que nous infligerons la peine de mort à la traîtresse Park Geun-Hye», lit-on dans le communiqué. Pyongyang a également menacé de tuer l'ex-directeur des services de renseignement sud-coréens Lee Byung-Ho.

«A partir de cet instant, ils pourront faire face à une mort misérable comme des chiens n'importe quand, n'importe où et de n'importe quelle façon», averti la Corée du Nord.

Pyongyang a exigé de la Corée du Sud qu'elle lui livre Park Geun-Hye et Lee Byung-Ho en les accusant d'«infâme terrorisme d'Etat contre la magistrature suprême».

Ces accusations ont été prononcées à un moment de fortes tensions dans la péninsule en raison des programmes nucléaire et balistique nord-coréens. En février, le demi-frère en disgrâce de Kim Jong-Un, Kim Jong-Nam, a été assassiné à Kuala Lumpur au VX, un agent neurotoxique puissant. La Corée du Sud et la Malaisie ont imputé ce crime à Pyongyang, qui dénonçait de son côté une campagne de diffamation.

En mai dernier, Pyongyang a accusé la CIA et les renseignements sud-coréens d'un complot pour assassiner Kim Jong-Nam à l'aide de substances biochimiques. Le ministère nord-coréen de la Sécurité de l'Etat affirmait également avoir déjoué «un complot vicieux» fomenté par un groupe «terroriste hideux» pour assassiner le chef nord-coréen lors de cérémonies à Pyongyang.

Commenter cet article