Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Nous sommes dans la 3e Guerre mondiale, et des musulmans nous tuent au nom de l’islam

Publié le 8 Juin 2017 par France Révolution

Nous sommes dans la 3e Guerre mondiale, et des musulmans nous tuent au nom de l’islam

L’Occident s’interdit de mener la guerre contre l’islam. Il se contente de concerts, de bougies, de peluches, de fleurs et de “PrayFor…” Les gouvernements refusent de protéger leurs citoyens et de punir les coupables. Souvent, ils montrent même un zèle certain dans la protection des coupables et la punition de leurs citoyens.

Camoufler l’identité des assassins derrière les cibles

Pour cela, la propagande se sert des cibles pour camoufler l’identité des coupables.

Une boîte de nuit “gay” est mitraillée à Orlando, c’est un crime homophobe. Sarah Halimi est défenestrée à Paris par un individu hurlant « Allahou Akbar », c’est un crime antisémite. Le père Jacques Hamel est égorgé dans son église, c’est un crime christianophobe. La rédaction de Charlie est décimée, c’est un crime contre la liberté d’expression. Des spectateurs d’un feu d’artifice du 14 Juillet sont massacrés à Nice, c’est un crime contre “le vivre-ensemble”. Les spectateurs d’un concert sont hachés à la Kalachnikov, c’est un crime contre la jeunesse.

Quand les attentats sont commis à Paris, c’est la faute à la laïcité. Quand ils ont lieu à Londres, c’est la faute au communautarisme.

Tout est bon pour ne pas ouvrir les yeux, pour que l’esprit critique demeure amorphe, pour que le réel disparaisse sous des explications fumeuses.

Derrière ces stratégies, le refus de nommer l’islam et les musulmans.

Par trouille pure, les intellectuels, les journaleux, les politicards combattent les fantômes de “l’extrême droite” d’avant-hier mais refusent de combattre l’islam d’aujourd’hui. Ils font de la résistance contre un fascisme qui n’existe plus depuis longtemps, mais collaborent avec les fascistes contemporains que sont les tueurs musulmans.

Faire passer l’islam pour ce qu’il n’est pas est la stratégie choisie par les “élites”. Sur Europe 1, Castaner, le porte-parole du gouvernement, est ainsi un splendide bobo menteur quand il lance : «Cessons de parler d’État islamique, ils trahissent la religion qu’ils prétendent servir, ce sont juste des assassins.»

En clair, ne parlons pas d’islam, mais de terroristes, de déséquilibrés, de meurtriers. Aucune relation avec Mahomet dont pourtant l’État islamique comme l’Arabie saoudite ne font que répéter les actions coraniques.

La solution : interdire le Coran

Le Coran ordonne de tuer les mécréants, les “kouffar”.

Comme l’on a interdit Mein Kampf, il serait peut-être temps d’interdire ce bouquin malsain.

Mais nos gouvernements préfèreront crever et surtout que nous crevions plutôt que d’interdire ce ramassis de coranneries. Alors c’est aux citoyens de se défendre.

A Londres, trois musulmans ont attaqué au couteau des passants et des restaurants. Pas de riposte dans la rue, pas la moindre bombe à lacrymogène dans les poches. Pas de contre-attaque dans les restaurants alors que dans leurs cuisines, huile, eau bouillante, bons coutelas de boucher, broches s’y trouvaient certainement. Comme seule réaction, le témoignage de ce jeune restaurateur: «Un des terroristes était à cinquante centimètres de moi et j’ai vu ses yeux remplis de haine. C’était horrible.»

Adhérez à des clubs de tir ou de ball-trap pour acheter des armes et défendez-vous. Ne comptez pas sur les muzz prétendument modérés pour calmer leurs amis “extrémistes”. Quand ils n’applaudissent pas les exploits de leurs coreligionnaires, ils les soutiennent par un silence massif. Sauf sur les chaînes de télévision qui font de petits montages entre amis.

La désinformation des chaînes de télévision

Devant l’absence totale de réprobation de la part de la communauté musulmane, CNN s’est senti obligé d’organiser, dans une rue de Londres, une fausse manifestation de musulmans munis de pancartes proclamant leur amour pour leur ville et leur rejet du terrorisme. Mise en scène aussitôt reprise par l’agence américaine Associated Presset la chaîne publique allemande ARD.

Quant aux États musulmans, complices du terrorisme islamique conquérant, il faut que l’Arabie saoudite accuse le Qatar de soutenir l’État islamique, Al-Qaïda et les Frères musulmans pour que l’information surgisse dans les médias occidentaux. Certes les Saoud, pas très nets sur la question du financement du terrorisme musulman, se servent d’un prétexte fallacieux (un rapprochement entre le Qatar et l’Iran) pour leur déclaration de rupture, mais la dénonciation existe. Aucun État d’Europe de l’Ouest n’aurait osé le faire de peur de braquer les royaumes archaïques du Golfe, acheteurs en “Rafales” d’armements. De peur également d’un soulèvement des populations musulmanes qui, sur leur territoire, sont devenues des populations de remplacement, voire des troupes d’occupation.

Ces gens-là règnent sur des quartiers entiers, leurs enfants sont les auteurs d’attentats meurtriers. Les pays européens, à l’exception notoire de pays de l’Est comme la Pologne et la Hongrie, ferment les yeux, psalmodient de pseudo valeurs de tolérance par refus de voir que la Troisième Guerre mondiale est déclarée.

La Troisième Guerre mondiale

Nous sommes dans la Troisième. Les combats ont lieu sur tous les continents : des États-Unis aux Philippines, de la Russie à l’Australie, du Nigeria à la Chine. Dans les déserts et les mégalopoles, dans les salles de spectacles parisiennes et anglaises comme dans les tribus camerounaises, dans un avion russe comme dans un car copte égyptien, sur une plage tunisienne comme sur promenade niçoise.

Où que nous nous trouvions, nous sommes sous le feu (ou le couteau ou la camionnette ou la bombe) de l’ennemi : hommes, femmes, enfants, vieillards, athées, chrétiens, juifs, civils. Tous.

Les crimes musulmans contre l’humanité foisonnent mais les couards États occidentaux refusent de nommer l’assaillant. La France s’est même dotée d’un président qui n’hésite pas à dénoncer la colonisation passée comme un crime contre l’humanité, mais regarde ailleurs quand il s’agit de qualifier les crimes de masse commis par des musulmans.

Lire ou relire Samuel Huntington pour comprendre que nous sommes les perdants du choc des civilisations. L’essayiste américain écrivait que l’islam était, dès l’origine, une religion du glaive qui glorifiait les vertus militaires. «Il a pris naissance parmi les “tribus nomades de Bédouins belliqueux” et cette “origine violente est inscrite dans son cœur même.»

Il parlait de l’“inassimilabilité” des musulmans, de leur foi absolutiste où se confondent religion et politique, et qui marque une séparation tranchée entre ceux qui font partie de Dar al-Islam et ceux qui font partie de Dar al-Harb, le domaine des infidèles. Domaine à conquérir. Ils sont en train de réussir cette conquête.

Marcus Graven

Commenter cet article