Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Macron nous interdit d’utiliser l’adjectif « islamique » de peur que cela ne salisse l’islam !

Publié le 7 Juin 2017 par France Révolution

Macron nous interdit d’utiliser l’adjectif « islamique » de peur que cela ne salisse l’islam !

"Cessons de parler d'Etat Islamique, ils trahissent la religion qu'ils prétendent servir, ce sont juste des assassins"

 

Vous avez des idées pour l’appeler autrement ?

Hoplite

Gageons que nos lecteurs vont avoir de l’imagination :

« Le nouveau califat de l’islam », « L’islam comme vous l’avez rêvé »… les périphrases ne manqueront pas pour désigner l’Etat islamique.

Qui restera, pour nous Résistants, l’Etat islamique, nom que son fondateur lui a donné et qu’il porte parfaitement puisque tout ce qui est fait est l’application stricte d’un précepte… islamique.

Pour le reste…

 Macron ne veut plus que l’on parle d’Etat islamique, comme Hollande l’avait fait avant lui.

On se souvient des déclarations de Valls, Hollande et compagnie incitant les journalistes à parler de Daesch pour ne pas mêler l’islam au terrorisme.

Les journaleux avaient un peu oublié… Pas nous.

Mais Macron veille. Et hop son porte-parole de donner un coup de règle sur les doigts des désobéissants…

Chez les islamo-collabos complices de l’invasion et de la conquête musulmane, rien de nouveau.

Défendre l’islam avant tout. Telle est leur idée fixe.

Et pourtant… L’islam a tout à voir avec l’Etat islamique. Et ils le savent parfaitement, ces menteurs.

Que l’on se rappelle le discours fondateur du nouveau calife Baghdadi en 2014, il ne souffre aucune ambiguïté :

«Et il n’y a pas de meilleur acte dans ce mois (Ramadan) et dans les autres que le Djihâd dans le sentier d’Allâh, alors profitez de cette occasion et suivez la voie de vos pieux prédécesseurs, secourez la religion d’Allâh par le Djihâd dans le sentier d’Allâh. Levez-vous, Ô les Moudjâhidîn d’Allâh, terrorisez les ennemis d’Allâh, recherchez la mort car la vie d’ici-bas est vaine, elle est éphémère, alors que celle de l’au-delà est éternelle.
Ne faiblissez donc pas et n’appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus hauts, qu’Allâh est avec vous, et qu’Il ne vous frustrera jamais (du mérite) de vos œuvres. La vie présente n’est que jeu et amusement » (47 : 35-36)

Certes, Allâh a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allâh: ils tuent, et ils se font tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’Evangile et le Coran. Et qui est plus fidèle qu’Allâh à son engagement? Réjouissez-vous donc de l’échange que vous avez fait: Et c’est là le très grand succès» (9 : 111)
Alors, Ô soldats de l’Etat : les armes, les armes ; le combat, le combat. Ne soyez pas trompé et ne vous lassez pas. Et faites attention, la vie d’ici-bas vous est venue soumise, piétinez-là et tournez lui le dos car ce qui est auprès d’Allâh est meilleur et reste. La Communauté de l’Islâm observe votre Djihâd et votre combat avec des yeux d’espoir et vous avez dans tous les recoins de la Terre des frères qui subissent la persécution, dont l’honneur est piétiné, et dont le sang est versé.

De la Vigueur, de la vigueur Ô soldats de l’Etat Islamique car vos frères sur toute la surface de la Terre espèrent votre secours et attendent votre avant-garde. Et il vous suffit ce qui vous est parvenue comme images au Centre Afrique et avant cela en Birmanie et ce qui nous a été caché est bien pire. Par Allâh nous nous vengerons, par Allâh nous nous vengerons même si cela prendra du temps, et nous rendront en double ce qu’ils ont fait.

Que le Monde sache qu’aujourd’hui est le début d’une nouvelle ère, que l’insouciant sorte de son insouciance, que celui qui dormait se réveille, que celui qui était stupéfait retrouve ses esprits : Les musulmans aujourd’hui parlent forts et sont forts, ils vont faire comprendre au Monde le sens du mot terrorisme, ils vont piétiner l’idole du nationalisme, ils vont détruire la fausse divinité démocratie, montrer sa tromperie. Alors écoute Ô Communauté islamique, écoute et comprend, lève-toi et réveille-toi, le temps est venu de se libérer des chaînes de la faiblesse et de se soulever devant la tyrannie, devant les gouverneurs traitres, les agents des croisés, des athées et les protecteurs des juifs. »

http://resistancerepublicaine.eu/2014/09/22/le-discours-du-calife-de-letat-islamique-confirme-son-etroit-rapport-avec-lislam-par-philippe-jallade/

Que l’on se rappelle ce superbe travail d’Oriana Fallaci pour rappeler ( et ce n’est qu’un résumé ) les mille années de conquêtes musulmanes et d’horreurs inégalées dans toute l’histoire de l’humanité.

En 635, trois ans après la mort de Mahomet, les armées du Croissant, envahirent la chrétienne Syrie et la chrétienne Palestine. En 638, elles prirent Jérusalem et le Saint Sépulcre. En 640, une fois conquises, la Perse, l’Arménie et la Mésopotamie, l’actuel Irak, elles envahirent la chrétienne Egypte et débordèrent sur le chrétien Maghreben Tunisieen Algérie et au Maroc. En 668, elles attaquèrent Constantinople pour la première fois, lui imposant un siège de cinq ans. En 711, après avoir traversé le détroit de Gibraltar, elles débarquèrent dans la très catholique Péninsules Ibérique, s’emparèrent du Portugal et de l’Espagne où, malgré les Pélage et Cid Campeador et les divers souverains engagés dans la Reconquista, elles restèrent pendant huit bons siècles. Celui qui croit au mythe de la « cohabitation pacifique » qui, selon les collaborateurs, caractérisait les rapports entre les conquis et les conquérants, ferait bien de relire l’histoire des couvents et des monastères brûlés, des églises profanées, des religieuses violées, des femmes chrétiennes ou juives enlevées pour être enfermées dans les harems. Il ferait bien de réfléchir sur les crucifixions de Cordoue, sur les pendaisons de Grenade, sur les décapitations de Tolède et de Barcelone, de Séville et de Zamora. (Celles de Séville, ordonnées par Mutamid, le roi qui ornait les jardins de son palais des têtes coupées. Celles de Zamora, par Almanzor : le vizir qualifié de mécène-des-philosophes, le-plus-grand-leader-que-l’Espagne-islamique-ait-jamais-produit.) Mon Dieu ! Pour avoir invoqué le nom de Jésus ou de la Vierge, on finissait vite exécuté. Crucifié, justement, ou décapité, ou pendu. Et parfois, empalé. Pour avoir fait sonner les cloches, pareil. Pour avoir mis un vêtement vert, couleur de l’Islam, idem. Et, au passage d’un musulman, les chiens-infidèles devaient s’écarter, s’incliner. Si le musulman les agressait ou les insultait, ils ne pouvaient pas se rebeller. Quant au détail que les chiens-infidèles n’étaient pas obligés de se convertir à l’Islam, sais-tu à quoi c’était dû ? Au fait que les convertis ne payaient pas d’impôts. Les chiens infidèles, en revanche, si !

De l’Espagne en 721, elles passèrent à la non moins catholique France. Conduites par Abd Al-Rahman, le Gouverneur de l’Andalousie, elles franchirent les Pyrénées, prirent Narbonne. Elles y massacrèrent toute la population mâle, réduisirent en esclavage toutes les femmes et tous les enfants, puis reprirent leur marche vers Carcassonne. De Carcassonne, elles passèrent à…

lire la suite ici 

http://resistancerepublicaine.eu/2012/10/13/mille-ans-de-conquetes-musulmanes-et-dhorreurs-inegalees-dans-toute-lhistoire-de-lhumanite/

Et même si les imbéciles heureux qui votent pour Macron ne veulent pas savoir tout cela, peu importe. Il est important de le rappeler, régulièrement, pour nous, pour ne pas oublier que nous devons lutter, pied à pied, et jamais accepter, quel que soit le prix à payer.

Combattre l’islam et ceux qui veulent nous l’imposer avant tout. Telle est notre idée fixe. Et nous sommes déterminés. Tous les Macrons du monde ne sauraient nous l’interdire, nous en empêcher.

 

Complément 

A priori, Macron et ses ministres ne peuvent pas prendre d’acte administratif pour empêcher de dire « Etat islamique ».
Il faut l’écrire et le dire autant que possible d’ailleurs car cette expression porte en elle les germes des mesures à prendre pour s’y opposer (principe de précaution, mais aussi principe pollueur-payeur).
Il serait obligé de modifier la loi, notamment celle de 1881 donc de convoquer le Parlement.
D’ailleurs, il me semble que les juges, dans leurs décisions, n’hésitent pas à utiliser la formule.
Voir par exemple cette décision du Conseil d’Etat rendu en avril dernier :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000034496468&fastReqId=1439419511&fastPos=1
Noir sur blanc, il est écrit : « l’organisation état islamique ».

Commenter cet article