Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Les perturbateurs endocriniens seraient la cause de cas de puberté précoce

Publié le 1 Juin 2017 par France Révolution

Les perturbateurs endocriniens seraient la cause de cas de puberté précoce

On dénombre 1.173 nouveaux cas de puberté précoce par an chez les filles et dix fois moins chez les garçons, selon les premières données nationales.

 

La première estimation en France de la fréquence de la maladie de la puberté précoce a été publiée mardi 30 mai. Des fillettes qui grandissent trop vite, qui ont les seins qui poussent avant 8 ans : 3.500 cas ont été répertoriés par les chercheurs de Santé Publique France de 2011 à 2013. Cela arrive aussi chez les garçons : ils ont les poils qui poussent, ou les testicules qui se développent avant 9 ans, mais il y a dix fois moins de cas.

Pourquoi les filles sont-elles plus concernées ? Les chercheurs ne le savent pas. En revanche, ils ont une hypothèse sur la cause de toutes ces pubertés précoces : les perturbateurs endocriniens seraient responsables. Ce sont ces substances chimiques utilisées dans l'industrie : les peintures, les plastiques, les cosmétiques. Un phénomène troublant dans cette étude montre que la plupart des cas en France sont à Lyon et à Toulouse ou autour de ces villes, des régions où il y a des usines chimiques et des vignobles.

L'UE peine à s'entendre sur le sujet

Si les perturbateurs endocriniens sont soupçonnés, c'est qu'ils sont responsables d'impacts sur la santé de plus en plus nombreux, et qui cette fois sont prouvés : des malformations génitales, des cancers, des maladies cardiaques. Les industriels en utilisent plus d'un millier dans nos produits du quotidien, comme le bisphénol dans les plastiques, les phtalates ou les pesticides.

Certains nous empoisonnent. D'où l'importance d'encadrer ces molécules et d'en interdire. Seulement voilà, les pays européen n'arrivent toujours pas à s'entendre. Mardi, les vingt-huit États membres à Bruxelles ont tenté pour la cinquième fois de voter un texte qui permettrait de faire le ménage dans toutes substances. Ils ont encore échoué. La décision a été reportée au mois prochain.

 

Commenter cet article