Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

L’époux de Mme Parly prend ses distances avec l’industrie de la défense pour éviter tout conflit d’intérêt

Publié le 27 Juin 2017 par France Révolution

L’époux de Mme Parly prend ses distances avec l’industrie de la défense pour éviter tout conflit d’intérêt

La nomination de Florence Parly à la tête du ministère des Armées aurait pu donner lieu à des conflits d’intérêt étant donné que son mari, Martin Vial, dirige l’Agence des participations de l’État (APE) depuis août 2015, dont l’une des missions est d’investir dans les entreprises stratégiques, à commencer par celles du secteur de l’armement.

Ainsi, via l’APE, l’État est actionnaire de Thales (26%), Safran (14%), Airbus (11%), DCNS (62,49%), Giat Industries… On comprend donc la raison pour laquelle la position de M. Vial pouvait être délicate, surtout quand l’on connaît les relations du ministère des Armées avec ces entreprises. D’où sa prise de distance avec l’industrie de l’armement.

« Martin Vial s’est déporté de tous les sujets concernant les entreprises de la défense du portefeuille de l’Agence des participations de l’Etat », a-t-on en effet indiqué, le 26 juin, au ministère des Armées. Et il s’est « engagé à ne plus prendre de décision directe sur ces sujets », lequels relèveront de Lucie Muniesa, la directrice générale adjointe de l’APE.

En outre, M. Vial va également renoncer à son siège au conseil d’administration de Thales, où il représentait l’État.

De son côté, Mme Parly a aussi dû renoncer à ses mandats au sein de plusieurs conseils d’administration de grandes entreprises, comme Altran (conseil en technologies), Ingenico (terminaux de paiement) et Zodiac Aerospace (équipements aéronautiques).

« Pleinement consciente des responsabilités qui sont désormais les siennes depuis sa nomination en tant que ministre des Armées, elle a décidé de démissionner des instances en question. Il s’agit là d’une évidence au regard de ses nouvelles fonctions », souligne-t-on au ministère des Armées.

Commenter cet article