Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Fibre optique. La Bretagne, en retard, a besoin de personnel qualifié

Publié le 28 Juin 2017 par France Révolution

Fibre optique. La Bretagne, en retard, a besoin de personnel qualifié

La Fibre optique pour 100% des foyers bretons en 2030 ? Pas sûr que Megalis Bretagne, syndicat mixte chargé de déployer le projet, soit dans les temps. A moins que, parmi les chômeurs notamment dans notre région, des vocations se créent , que ce soit pour travailler à l’installation de la fibre optique dans les foyers (et pourquoi pas pour monter des sociétés en sous traitance, comme c’est déjà le cas à l’heure actuelle).

Car c’est bien le manque de personnel qualifié pour installer et déployer la fibre optique qui manque actuellement.

Ainsi, les entreprises qui ont décroché les appels d’offre pour le déploiement rechercheraient environ 2000 profils du planteur de poteaux (installation dans les airs) au conducteur de nacelle en passant par le piqueteur, le chargé d’étude du terrain, mais également l’installation technique. Un vivier d’emplois, qui assurera à ceux qui se formeront du travail au moins jusqu’à l’horizon 2030. Porteur donc …

Déjà, en  2015 et  2016,  150  places  de  formation,  cofinancées par Constructys Bretagne, Pôle emploi et la Région Bretagne,  ont  été  spécifiquement  ouvertes,  au  plus  près  des  besoins,  dans  les  territoires  :  Rennes,  Lannion,  Brest  Lorient,  Dol-deBretagne, Saint-Nicolas-du-Pelem,  Saint-Brieuc.  Le 26 juin 2017, une nouvelle convention a été signée entre différents partenaires du projet pour favoriser la formation dans les années à venir (voir le communiqué de presse ci-dessous) :

Formation aux métiers de la fibre optique by Breizh Info on Scribd

Le projet Bretagne Très Haut Débit a pour ambition d’amener le Très Haut Débit (THD) à travers la fibre optique à 100 % des foyers bretons à l’horizon 2030. Ce projet présente un coût total estimé à 2 milliards d’euros.

Les opérateurs privés se sont engagés à déployer des réseaux de fibre optique jusqu’à l’abonné (FttH) dans certaines villes et agglomérations. En dehors de ces zones ce sont les collectivités territoriales qui déploient des réseaux d’initiative publique (communément appelés « RIP »).

L’initiative publique, dont la maîtrise d’ouvrage a été confiée au Syndicat mixte Mégalis Bretagne, concerne 90% du territoire breton et 60% de la population.

Voir l’avancée du déploiement ici

Megalis Bretagne explique : 

Conformément à la feuille de route du projet, le déploiement s’opère selon quatre axes :

  • un axe « Equilibre » qui consiste à déployer la fibre optique sur les villes moyennes pour éviter un décrochage vis-à-vis des zones couvertes par les investissements privés ;
  • un axe «  Cohésion » qui consiste à déployer la fibre optique sur des zones rurales « à faible débit », dans une proportion équivalente (1 pour 1) à celle de l’axe équilibre ;
  • un axe « Economie, Connaissance, Services » qui consiste à déployer la fibre optique vers des sites publics ou des entreprises en fonction des besoins et en complément des autres axes ;
  • un axe « Montée vers le très haut débit » pour améliorer les débits dans des zones très mal desservies dans l’attente de la fibre optique. La montée en débit est une opération qui consiste à remplacer les réseaux historiques (cuivre) situés entre les répartiteurs et les « nœuds de raccordement abonnés » (NRA) par des fibres optiques, afin d’améliorer les débits offerts.

Le financement

Le projet Bretagne Très Haut Débit est cofinancé par :

  • L’Union européenne, à travers le FEDER (fonds européen de développement régional) ;
  • l’Etat français, à travers le FSN (Fonds pour la société numérique) ;
  • la Région Bretagne ;
  • les Départements bretons ;
  • les Etablissements publics de coopération intercommunale (EPCI) bretons.

L’initiative privée

En Bretagne, l’initiative privée concerne 10% du territoire et 40% de la population : les territoires autour de Brest, Concarneau, Douarnenez, Fougères, Guingamp, Lannion, Lorient, Morlaix, Quimper, Rennes, Saint Brieuc, Saint-Malo, Vannes et Vitré.

Commenter cet article