Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

DETTE PUBLIQUE : PLUS DE 32 000 EUROS PAR FRANÇAIS

Publié le 22 Juin 2017 par France Révolution

DETTE PUBLIQUE : PLUS DE 32 000 EUROS PAR FRANÇAIS
Avec une dette de près de 2 200 milliards d’euros – qui augmente de 1 560 euros par seconde ! – (soit plus de 32 000 euros par habitant, nouveau-nés compris), un déficit public de 3,3 % du PIB, des dépenses publiques qui représentent 56,2 % du PIB en 2016 et près de 8 millions d’emplois publics et parapublics, la France agonise sous l’obésité de sa sphère publique.

Gaspillages, mauvaise gestion, dépenses inutiles, doublons administratifs… ne doivent plus être une fatalité.

Notre revue « Tous contribuables ! » relaye le combat de Contribuables Associés contre les gaspillages d’argent public et le matraquage fiscal. Contrairement aux médias subventionnés, nous abordons sans tabous ces sujets du point de vue de ceux qui payent !

Nous en avons enfin fini de cette année électorale à rallonge. Après ces législatives, nous entrons dans une période capitale pour l’avenir de la France.

Le Président Macron doit engager sans délai une réduction massive des dépenses publiques pour rétablir la situation de nos finances et restaurer la compétitivité de notre économie.

Dans le nouveau numéro de « Tous contribuables ! » (à télécharger sur notre site) paru début juin, notre équipe a analysé pour vous les enjeux à venir.

Avec une dette de près de 2 200 milliards d’euros – qui augmente de 1 560 euros par seconde ! – (soit plus de 32 000 euros par habitant, nouveau-nés compris), un déficit public de 3,3 % du PIB, des dépenses publiques qui représentent 56,2 % du PIB en 2016 et près de 8 millions d’emplois publics et parapublics, la France agonise sous l’obésité de sa sphère publique.

Il est urgent de réformer l’État en profondeur, en le recentrant sur ses missions essentielles, de réduire le nombre de fonctionnaires (l’Allemagne en a 2 fois moins) et d’alléger significativement le millefeuille territorial.

Depuis quarante ans, plus de la moitié de la richesse nationale créée par les Français est confisquée pour régler la facture publique.

Depuis plus de trente ans, les Français travaillent plus d’un jour sur deux pour l’État (207 jours en 2016), et rien que pour lui.

Il revient au Parlement d’engager la réduction massive des dépenses publiques pour rétablir la situation de nos finances et restaurer la compétitivité de notre économie. À lui de contredire le proverbe persan selon lequel « le mensonge qui fait du bien vaut mieux que la vérité qui fait du mal ». Et comptez sur Contribuables Associés pour faire entendre votre voix dans l’hémicycle.

La politique économique suivie depuis 40 ans a consisté à augmenter à la fois les déficits, la dette et les prélèvements obligatoires. Trop de dépenses publiques, c’est trop d’impôts, trop de déficits, trop de dette et trop de chômeurs. Cette situation n’est plus tenable. Il faut remettre de l’ordre dans les finances publiques.

N’en doutons pas, ce sont bel et bien le quinquennat et la législature de la dernière chance.

tous_contribuables_3

Également dans ce numéro, nous revenons sur le scandale que nous avons révélé, la fameuse « Affaire Chéron », du nom de ce collaborateur de député qui a profité de son poste bien placé pour s’enrichir via des subventions aux associations.

Vous retrouverez aussi dans notre revue toutes les actions de l’association et de ses membres.

Et n’hésitez pas à voter dans ce numéro pour « l’insulte du mois » en sélectionnant la dépense publique la plus scandaleuse. Nous combattrons le gaspillage que vous aurez choisi :

  • L’Institut du monde arabe, présidé par Jack Lang, coûte un bras aux contribuables français depuis sa création en 1987. L’État dépense 12 millions par an pour boucher les trous.
  • Plutôt que de laisser les buralistes écouler les paquets de cigarettes qui portent encore une marque, le ministère des Finances a préféré racheter 15 millions de paquets non-neutres pour ensuite les détruire. Un coût de 100 millions d’euros.
  • La redevance audiovisuelle des Français sert à financer un site internet militant : à grand renfort d’argent public, le groupe audiovisuel France Médias Monde a créé un site internet pour les migrants où ceux-ci peuvent notamment trouver des conseils juridiques pour bénéficier du droit d’asile.
Commenter cet article