Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

DÉTOURNEMENT DE SUBVENTIONS PUBLIQUES PAR DES FAMILLES DE DJIHADISTES

Publié le 28 Juin 2017 par France Révolution

DÉTOURNEMENT DE SUBVENTIONS PUBLIQUES PAR DES FAMILLES DE DJIHADISTES
La présidente de l'association "Syrie Prévention Familles" et deux membres de cette structure ont été mis en examen cette semaine. Cette association percevait 90 000 euros de subventions publiques, une partie aurait été envoyée à des djihadistes.

Valérie de Boisrolin, présidente de l’association Syrie Prévention Familles, et le couple Anne et Raymond Duong, sont soupçonnés par la justice, d’avoir envoyé près de 18 200 euros à leurs enfants en Syrie en détournant des fonds de leur structure largement subventionnée.

L’association Syrie Prévention Familles, déclarée au Journal Officiel, aurait reçu près de 90 000 euros de subventions publiques destinés à « soutenir moralement et regrouper toutes les familles ainsi que la fratrie dont leurs proches ont été embrigadés par des groupes extrémistes ».

D’après Le Journal du dimanche, les époux Duong auraient envoyé près de 13 000 euros à leurs enfants, tandis que la présidente de l’association, Valérie de Boisrolin, aurait envoyé 1 200 euros pour sa fille, et plus de 4 000 euros à la mère d’un djihadiste souhaitant revenir en France.

 Valérie de Boisrolin reconnaît les transferts d’argent en faveur de sa fille, mais nie avoir pioché dans la caisse de l’association. L’enquête à été confiée à l’Office central pour la répression de la grande délinquance financière et à la sous-direction anti-terroriste de la police judiciaire.
 
Source : JDD

***

En octobre 2015, l’Observatoire des Gaspillages de Contribuables Associés mentionnait le cas de Mohamed el-Ayouni, qui touchait des aides sociales de retour du djihad. Il s’était rendu en Irak en 2004, où il avait perdu son bras et son œil gauche au combat. De retour en France, il avait demandé une allocation handicapé… et l’avait obtenue des services sociaux.

Commenter cet article