Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Corrida fatale: un matador tué par un taureau en France

Publié le 18 Juin 2017 par France Révolution

Corrida fatale: un matador tué par un taureau en France

Un toréador espagnol est décédé lors d’une corrida dans le sud-ouest de la France, tué par un taureau.

Le célèbre matador espagnol Ivan Fandino est mort lors d'une corrida à Mont-de-Marsan, une commune du sud-ouest de la France proche de la frontière espagnole, relate The Mirror.

 

Le torero a été blessé par la corne d'un taureau au niveau des poumons. C'est durant son transport vers l'hôpital de Mont-de-Marsan (Landes) qu'il a succombé à ses blessures.

Ça n'était plus arrivé en France depuis 96 ans... Le matador espagnol Ivan Fandiño est mort ce samedi soir lors d'une corrida à Aire-sur-l'Adour (Landes).

Fandiño, matador basque réputé de 36 ans, a été pris alors qu'il effectuait un quite (mouvement avec la cape) avec son compatriote Juan del Alamo. En voulant faire une passe, il s'est pris les pieds dans sa cape et a trébuché au sol où il a été blessé par le taureau dont l'une des cornes l'a touché à un poumon. Il est mort dans l'ambulance pendant son transport vers de l'hôpital de Mont-de-Marsan (Landes).

Il aurait fait deux arrêts cardiaques, selon son entourage. De son côté, le Centre hospitalier universitaire (CHU) s'est refusé à tout commentaire, se retranchant derrière le secret médical.

 -

Auparavant, le torero avait triomphé en coupant une oreille lors de sa prestation face à son premier taureau.

Le matador basque espagnol, originaire d'Orduna, près de Bilbao, était à l'affiche de la corrida des Fêtes d'Aire-sur-l'Adour, avec Juan Del Alamo et le Landais Thomas Dufau, confrontés à des taureaux de l'élevage espagnol de Baltasar Iban (Province de Madrid).

 -

La précédente mort d'un torero dans une arène remonte au 9 juillet 2016 avec le décès du matador espagnol Victor Barrio, 29 ans, dans l'arène de Teruel (centre-est de l'Espagne). Un peu plus d'un mois auparavant, l'excentrique Mexicain El Pana était décédé le 2 juin 2016 à l'hôpital de Guadalajara après avoir été blessé le 1er mai lors d'une corrida à Ciudad Lerno.

Sinon, il faut remonter à 30 ans en arrière pour retrouver trace d'un tel drame avec la mort en 1985 d'un jeune prodige de 21 ans, José Cubero «El Yiyo», encorné au coeur par un taureau à Colmenar Viejo, près de Madrid. Et, en 1984, le monde de la tauromachie avait été endeuillé par la mort d'une de ses stars, Francisco Rivera Paquirri père, tué par un taureau à Pozoblanco (Andalousie).

En France, il faut revenir presque un siècle en arrière pour trouver trace d'un matador mort dans l'arène. C'était à Béziers (Hérault) en 1921.

Corrida : six millions de spectateurs par an en Espagne.


Si la corrida - «la fiesta nacional» - reste populaire en Espagne avec environ 1.800 spectacles par an et près de six millions de spectateurs, elle est aussi de plus en plus contestée, avec son interdiction depuis 2012 en Catalogne par le gouvernement nationaliste catalan, décision annulée en octobre 2016 par la Cour constitutionnelle espagnole. Plusieurs villes ont également suspendu la feria. Selon l'Association nationale des organisateurs de spectacles taurins (Anoet), les «toros» génèrent annuellement un chiffre d'affaires de 3,5 milliards d'euros.

D'après le quotidien, M. Fandino, 36 ans et originaire du Pays basque, a chuté en raison de sa cape. Suite à cela, le taureau l'a jeté en l'air et lui a percé un poumon avec une corne.

Le matador est décédé dans le camion du SAMU.

Auparavant, près de 18.000 personnes sont descendues dans les rues de Madrid pour exiger l'interdiction de la corrida en Espagne.

La corrida est une forme de course de taureaux consistant en un combat entre un homme et un taureau, à l'issue duquel le taureau est mis à mort ou, exceptionnellement, gracié. Elle est pratiquée essentiellement en Espagne, au Portugal, dans le Midi de la France et dans certains États d'Amérique latine (Mexique, Pérou, Colombie, Venezuela, Équateur et Bolivie).

Commenter cet article