Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

80 « jeunes » saccagent la piscine de Montpellier mais ... un médiateur va être nommé !!!!

Publié le 22 Juin 2017 par France Révolution

80 « jeunes » saccagent la piscine de Montpellier mais ... un médiateur va être nommé !!!!

Tout le monde est privé de piscine jusqu’au 10 juillet mais c’est pas grave… On est sauvés, un médiateur va être nommé pour discuter avec les djeunes….

Montpellier : après le saccage, la piscine Neptune fermée

La Métropole vient de fermer l’équipement de La Paillade jusqu’au 10 juillet après l’intrusion de dizaines de jeunes pendant l’entraînement des nageurs de Montpellier Paillade Natation.

Vision surréaliste que celle de cette vidéo qui circule sur la toile. On y voit une piscine Neptune, pourtant fermée au public, soudainement envahie par des dizaines de jeunes décidés à se baigner, coûte que coûte, en obligeant les nageurs de club à quitter leurs lignes.

80 jeunes évacués

Damien Barral, éducateur au Montpellier Paillade Natation, s’en désole. D’autant que les faits se répètent. « Voici maintenant quinze jours que nous alertons, sans aucun retour, la Métropole. On appelait les forces de l’ordre qui les évacuaient mais, lundi dernier, ils étaient quarante ! Les treize policiers en ont évacué une partie. Mais les jeunes sont revenus à plus de 80 un peu plus tard. »

Et, cette fois, le complexe nautique a été saccagé. « On ne veut pas noircir le tableau, minore néanmoins Marc Daniel, directeur adjoint culture et sport à la Métropole. Cette piscine reste très fréquentée (150 000 entrées annuelles, 2e position au hit-parade métropolitain) avec, parfois, certaines problématiques comme l’été dernier où il y avait eu des coups de poing échangés. Cette fois-ci, Dieu merci, on en est loin. »

Marc Daniel évoque « des jeunes qui ont chaud et prennent leurs aises en venant, la nuit comme le jour. Certaines intrusions ont effectivement eu lieu lors de certains entraînements de clubs. »

Des suites judiciaires ?

Quand la situation va trop loin, outre l’intervention de la Police nationale, la Métropole dépose plainte. « Ils nous arrivent d’exclure définitivement des jeunes et de nous appuyer sur de la vidéosurveillance. Cela a d’ailleurs été le cas lors des derniers événements. On sait bien que ce n’est pas le quartier le plus calme de Montpellier. »

La Métropole dit espérer des suites judiciaires. « Il y a quand même eu dégradations de matériels de bassin et bris de vitres, notamment. » Et, comme l’expliquait, laconiquement, mercredi soir le communiqué officiel « la dégradation de la qualité des eaux de baignade a nécessité une surchloration qui oblige à procéder à un renouvellement important de l’eau. Et à la fermeture du centre nautique jusqu’au dimanche 9 juillet. »

Un médiateur nommé

La date de fermeture annuelle pour vidange et travaux était initialement prévue dimanche 19 juin. Quelques jours de perdus et ça veut dire beaucoup pour le Montpellier Paillade Natation. « D’habitude, cette dernière semaine pour l’école de natation est une fête. Là, on est pénalisé. Avec un grand sentiment d’abandon, d’injustice. » Alors que la solidarité des autres clubs va faire que le groupe compétition – préparation des France en juillet – sera accueilli sur quelques lignes, ailleurs.

 

Pour l’été de Neptune, Marc Daniel annonce avoir « travaillé bien en amont sur le recrutement de médiateurs qui connaissent bien La Paillade, sans forcément en être originaires. Il faut que ces médiateurs soient capables de discuter avec les jeunes, sans en avoir peur. Nous devons montrer un certain répondant… dans la confiance. Tout un art. »

 

http://www.midilibre.fr/2017/06/16/montpellier-des-dizaines-de-jeunes-saccagent-la-piscine-neptune,1522579.php

Commenter cet article