Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Quoi qu’ils en disent, Marine a gagné cette élection

Publié le 19 Mai 2017 par France Révolution

Quoi qu’ils en disent, Marine a gagné cette élection

Le FN a-t-il vraiment perdu ? Election après élection il est d’usage de se féliciter que le FN n’ait pas gagné. Donc, depuis ce 7 mai c’est même l’euphorie dans les rangs du système médiatico-politique (auto-autorisé défenseur des valeurs de la France et détenteur de la vérité) de pouvoir s’auto-féliciter de la défaite de Marine Le Pen. Même satisfaction de la part de dirigeants étrangers contaminés par la « peur » largement transmise par nos propres médias et dirigeants dont on connaît la parfaite partialité quand il s’agit de parler du FN. Le FN doit obligatoirement faire peur : c’est dit, c’est redit, ça doit s’inscrire dans les gènes ! D’ailleurs, dans le débat du 3 mai, pas très brillant je le reconnais de la part Marine Le Pen mais aussi de la part d’Emmanuel Macron, ce dernier n’a pas manqué de jeter au visage de son adversaire ces paroles haineuses qui prouvaient qu’il avait bien appris sa leçon : « La grande prêtresse de la peur, elle est en face de moi ! » Le coup de la peur que doit inspirer le FN ça marche de moins en moins, et ça finit même par ridiculiser les porteurs de ce message.

Si ça marchait vraiment parfaitement, y aurait-il eu environ 11 millions d’inconscients à mettre dans l’urne le bulletin FN au cours de ce 2ème tour de l’élection présidentielle alors qu’il n’y en avait que 5,5 millions en 2002 ? Emmanuel Macron a-t-il remporté haut la main une victoire facile face au FN qui lui donnerait raison maintenant de pavoiser ? Rien n’est moins sûr si on regarde quelques chiffres qui ne manquent pas d’être significatifs. Au 1er tour de la présidentielle, il est arrivé en tête avec 23,9% des suffrages, ayant bénéficié :

– de l’attrait pour la nouveauté que représentait la création d’un nouveau parti pour beaucoup d’électeurs dégoûtés des vieux partis et ses vieux ténors qui alternaient au pouvoir depuis longtemps déjà sans trop faire marcher le pays, alors « En Marche » avec un  jeune meneur ça vous permettait d’espérer que ça pouvait peut-être marcher…

– de la grande mansuétude des médias car candidat à gauche, donc de leur sérail… Le matraquage en règle (habituel), Marine Le Pen  l’a encore subi car les journalistes coalisés ont mené campagne contre elle, à défaut de se contenter d’informer objectivement, comme ce devrait être la règle puisqu’on les subventionne grassement dans ce but… Malgré tout, seule contre tous, Marine parvenait avec 21,7% à talonner le chouchou des bobos-gauchos, chiffre très honorable quand on veut reconnaître sincèrement la longue liste des obstacles auxquels elle a eu à faire face pour empêcher que ça « marche » pour son parti. Epreuve supplémentaire, dès le 23 avril sont venus les soutiens immédiats à Emmanuel Macron comme principalement, pour ne citer que ceux-là :

Benoît Hamon, ce qui est logique venant d’un homme de gauche pour un autre homme de gauche qui s’est élevé au sein de la gauche ; François Fillon, ce qui est irresponsable pour un homme qui se voulait le plus à droite de son parti… Jean-Luc Mélenchon a semblé ne pas donner de consigne de vote mais ses membres zélés ont fait savoir nettement qu’il fallait faire barrage au FN. Cette fois-ci en tous les cas, pas à proprement parler de front républicain mais des appels à faire barrage proférés de partout : partis politiques, syndicats, monde du spectacle, recteurs d’universités, musulmans (UOIF) etc… Au 2ème tour, si Emmanuel Macron a bien bénéficié de nombreux reports de voix comme c’était annoncé, il n’a pas tout raflé. Marine Le Pen a conservé ses voix du 1er tour et a même progressé puisqu’elle a obtenu 33,9% des suffrages, soit une augmentation de 12,2%. Donc la défaite est honorable car elle prouve que le FN continue à progresser malgré le chiffon rouge agité toujours plus violemment par les propagandistes de la peur anti-FN. La peur du FN, alibi facile pour masquer la peur de leur propre médiocrité !

Il était certain que Marine Le Pen après le 1er ne pouvait pas gagner mais on a continué à faire peur en balançant des sondages, auxquels je n’ai absolument pas cru, qui pouvaient laisser penser qu’elle pouvait être victorieuse. Les chiffres de cette élection présidentielle 2017 qui ne déshonorent donc en rien le FN, le système les occulte : Marine Le Pen est la grande perdante, un point c’est tout et Emmanuel Macron Le grand gagnant ! Grand gagnant le nouveau président ?

– selon de dernières estimations, seulement 16% de ses électeurs auraient voté pour son programme – 43%  l’ont fait pour faire barrage à Marine Le Pen

– beaucoup de Français ne souhaitent pas qu’il ait la majorité absolue à l’Assemblée Nationale Il paraît qu’en économie, point important pour de nombreux Français qui voient leur pouvoir d’achat baisser continuellement et le nombre de chômeurs augmenter, il serait le meilleur. C’est vite oublier que malgré sa jeunesse, il porte déjà un bilan qui n’est guère à son avantage comme « acteur » du système hollandiste :

1) de 2012 à 2014 il a été un des conseillers de François Hollande

2) de 2014 à 2016  Ministre de l’Economie et des Finances… et « 91 000 nouveaux demandeurs d’emplois de catégorie A enregistrés entre son arrivée et son départ du gouvernement »(sic) ! Il va falloir marcher vite à Emmanuel Macron pour combler les lacunes ! Mais soyons rassurés et défense de rire : François Hollande lui a promis qu’il l’aiderait en cas de besoin et même le conseillerait !

Françoise Lerat           

Commenter cet article