Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

NDA porte plainte contre les « racailles » Guillon, Kassovitz, Biolay et Lellouche

Publié le 2 Mai 2017 par France Révolution

NDA porte plainte contre les « racailles » Guillon, Kassovitz, Biolay et Lellouche

L'abjection de Guillon

L'alliance de Nicolas Dupont-Aignan avec Marine Le Pen, pour le second tour de l'élection présidentielle, a suscité, on l'a déjà vu, des réactions politiques particulièrement violentes, parfois même indignes, lorsqu'on l'a traité de "collabo".

Mais le summum de l'abjection est venue du show-business. L'humoriste pas drôleStéphane Guillon a trouvé le moyen d'ironiser sur la mort de la mère de Nicolas Dupont-Aignan, décédée dans ses bras le 27 avril 2017, soit la veille de l'annonce de son soutien à Marine Le Pen. Colette Aignan avait 96 ans et était atteinte de la maladie d’Alzheimer. Le 1er mai, sur LCI, voici ce que Stéphane Guillon a osé proférer :

"Il a perdu sa maman, Dupont-Aignan, il y a deux jours, donc, comme ça, j'ai respecté ce moment, et je me suis dit que ma mère aurait fait la même chose, si je m'étais engagé auprès de Marine Le Pen, et si j'avais déclaré être son Premier ministre, je pense que ma mère se serait aussi laissée mourir, comme Madame Dupont-Aignan."

VIDEO  :  https://twitter.com/SanglierSympa/status/859056689282252800/video/1

On note que la journaliste Audrey Crespo-Mara, compagne de Thierry Ardisson (qui emploie Guillon sur Canal Plus), garde le sourire face à cette déclaration horrifique, se contentant de dire : "Vous allez loin."

Le Huffington Post qualifie les propos de Guillon de "blague", ou encore de "trait d'humour". Aucun autre média ne les a relevés. Parmi les journalistes, on ne trouve guère, à cette heure, que Carole Barjon, chef du service de politique intérieure au Nouvel Observateur, qui s'émeut de cette sortie :

Donc, à part FN et NDA, tout le monde trouve normal que Stéphane  ricane et fasse de la pol avec la mort de la mère de NDA ? Pas moi


Un communiqué a été publié sur le site de campagne de NDA, via son porte-parole Laurent Jacobelli :

"Jusqu’où iront-ils ?
« Je me suis dit que ma mère aurait fait la même chose si je m’étais engagée au côté de Marine Le Pen. Je pense que ma mère se serait elle aussi laissée mourir. »
Telle est la phrase prononcée aujourd’hui à l’égard de Nicolas Dupont-Aignan par Stéphane Guillon sur LCI.
Jeudi 27 avril, la mère de Nicolas Dupont-Aignan est en effet décédée dans ses bras.
Le caractère de cette déclaration suite à un drame familial est profondément abject.
Cet humoriste d'opérette, prêt à tout pour défendre un système oligarchique à bout de souffle, érige l'indécence en devoir moral.
Jusqu’où iront-ils dans l’ignominie ? Jusqu'où feront-ils payer le courage de Nicolas Dupont-Aignan ? 
Je ne souhaite jamais à M. Guillon de vivre de tels moments.
Honte à lui."

Nicolas Dupont-Aignan a lui-même évoqué l'incident le soir même, lors d'une séance de questions/réponses sur Facebook avec ses sympathisants, qui s'interrogeaient bien sûr sur son alliance avec Marine Le Pen. A la 13e minute de la vidéo, il dit :

"Monsieur Guillon a dépassé l'abject. Vous savez, je subis depuis que j'ai pris ma position des torrents de boue, des appels quasiment au meurtre. J'ai porté plainte contre ces racailles, qui bénéficient des subventions publiques pour exercer leur métier d'acteur, d'humoriste ou de chanteur. Moi, je respecte leurs oeuvres, je ne comprends pas pourquoi ils ne respectent pas la démocratie. En vérité, dans cette campagne, on s'aperçoit qu'au second tour on n'a le droit de voter que pour un candidat : faut supprimer la démocratie. C'est incroyable ce qui m'arrive, mais je vais vous dire : ces insultes ignobles de Monsieur Guillon sur ma mère qui est morte dans mes bras jeudi ne m'empêchent pas de penser à elle et de penser à tous les Français qui m'aiment bien, et qui m'aident en ce moment. Voilà, c'est la vie..."

VIDEO  :  https://www.facebook.com/nicolasdupontaignan/videos/10154770879907991/

Biolay en pleine crise de nerfs

Nicolas Dupont-Aignan a en effet subi les insultes et les menaces d'autres artistes, en particulier Benjamin Biolay, Mathieu Kassovitz et Gilles Lellouche.

Sur Instagram, Benjamin Biolay a posté une photo de Nicolas Dupont-Aignan accompagnée de la légende suivante : « À tes risques et périls petite teupu. Tu vas le payer cher #ToutSaufLeFN ». C'est ce qu'on appelle une menace explicite.

Courageux, mais pas téméraire, le chanteur, qui soutenait François Hollande en 2012, a par la suite supprimé son message, et l'a remplacé, nous dit Le Figaro, par une image de deux bisounours, « Grosbisou » et « Grosdodo », légendée « Votez gros bisou ».

Ici, on aperçoit notre chanteur "bisounours" lors d'un meeting de Hollande en 2012, avec, derrière lui (hasard ou coïncidence), la maîtresse du futur président :

VIDEO  :  https://youtu.be/ONg06RTIT6w

Kassovitz, Lellouche, Besnehard : un tropisme scatophile

Mathieu Kassovitz, qui appelle à voter pour Emmanuel Macron, a traité Nicolas Dupont-Aignan sur Twitter de "trou du cul" :

Espèce de trou du cul https://twitter.com/dupontaignan/status/858033334521409536 

 

Commenter cet article