Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Malgré les plans d'aide et la rigueur, la Grèce retombe en récession

Publié le 19 Mai 2017 par France Révolution

Malgré les plans d'aide et la rigueur, la Grèce retombe en récession

Alors qu’un énième train de mesures d’austérité doit être voté dans quelques jours pour débloquer une nouvelle tranche de prêts internationaux, le PIB grec a reculé fin 2016 – début 2017, selon les données de l’UE.

La Grèce est de nouveau entrée en récession. Une première depuis 2012, selon les chiffres officiels d’Eurostat, l’organisme qui produit les statistiques pour l’Union européenne.

Le produit intérieur brut du pays a baissé de 0,1% au cours des trois premiers mois de l’année après avoir reculé de 1,2% au dernier trimestre de 2016. Les trois plans d’aide consécutifs accordés à la Grèce depuis 2010 par l’UE et le FMI en échange de réformes n’ont toujours pas remis le pays sur les rails de la croissance.

La Commission européenne, qui table malgré tout sur une croissance assez nette pour l’année 2017, a d’ores et déjà révisé à la baisse sa prévision, de 2,7% à 2,1%. Le gouvernement grec est encore moins optimiste, prévoyant désormais 1,8% pour son budget de moyen terme 2017-2021, qui doit être approuvé par le Parlement avant le 19 mai.

De nouvelles mesures d’austérité

Pour bénéficier d’une nouvelle tranche de prêts internationaux qui lui permettront surtout de rembourser ses prêts précédents, l’assemblée grecque doit voter le 18 mai une nouvelle série de mesures d’austérité.

Ces mesures qui concernent 2019 et 2020 – soit deux ans de plus que le plan en vigueur qui s’achève en 2018 – prévoient de nouvelles hausses d’impôts, et des baisses des retraites d’un montant total de 4,5 milliards d’euros, selon l’Agence de presse grecque (Ana).

Ces nouvelles concessions sont supposées faciliter l’ouverture d’une discussion avec les créanciers du pays sur l’allègement de la dette publique. En prélude à ce vote, les syndicats du privé et du public (GSEE et Adedy) ont appelé à une grève générale de 24 heures le 15 mai pour protester contre ce nouveau tour de vis.

Commenter cet article