Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Immigration / Le Grand débarquement

Publié le 12 Mai 2017 par France Révolution

Immigration / Le Grand débarquement

Les incidents migratoires se multiplient en mer Méditerranée. Les beaux jours intensifient l’activité des passeurs et 2017 pourraient voir arriver un nombre record de clandestins sur les côtes européennes !

 

Immigration – C’est bientôt l’été ! Période des maillots de bain et de la crème solaire… Mais pas seulement ! Cette année, l’Europe et la France pourraient voir débarquer des dizaines de milliers de clandestins sur leurs côtes… Les passeurs profitent des beaux jours pour faire transiter un maximum de migrants. Les ONG, elles, sont accusées, par les autorités politiques italiennes de faire le jeu du banditisme…

Immigration – 6 000 clandestins secourus en l’espace de deux jours ! C’est le bilan d’une quarantaine d’opérations en Méditerranée vendredi et samedi dernier. Des opérations menées depuis Rome avec les garde-côtes italiens. Pour le seul weekend du 6 et 7 mai, 11 migrants ont trouvé la mort et 230 autres sont portés disparus… portant le total à 1 000 morts depuis le début de l’année.

VIDEO  :  https://youtu.be/0Ck7BkgrlqQ

1) Immigration / Le Grand débarquement

2) Social / Les allocataires de minima sociaux toujours plus nombreux

3) Économie / William Saurin pédale dans la choucroute

4) Société/ La vignette Crit’air se met à l’amende

5) L’actualité en bref

La République en Marche garde une part de mystère. Seules 428 investitures strictement paritaires ont été dévoilées ce jeudi… 52 % des candidats sont issus de la société civile… Près de 150 circonscriptions restent donc à l’étude…

La foire d’empoigne n’est pas finie. Contrairement à ce qui était prévu, l’intégralité des investitures du nouveau parti du président de la République n’est pas connue. A un mois du premier tour des législatives, seuls 428 noms ont été dévoilés sur les 577. Il faut dire que la tâche est plus rude que prévue. Avec la victoire d’Emmanuel Macron, les affamés de mandats se sont bousculés au portillon dans la dernière ligne droite… De ce fait, ces derniers jours ont été synonymes de candidatures en pagaille pour avoir le droit de figurer sur les listes de la République en Marche. Certains candidats sont d’ailleurs à haut risque pour le mouvement… Le cas le plus emblématique est évidemment celui de Manuel Valls qui pédale depuis plusieurs jours pour rafler une circonscription en Essonne… Mais entre son absence d’adhésion et ses trop nombreux mandats… l’ex-premier flic de France n’a pas obtenu gain de cause. Les cadres d’En Marche ont simplement décidé de n’investir personne sur cette circonscription… Une belle pirouette !

Dans le même ordre d’idée, les accords organisés avec François Bayrou ont fait grincer des dents les militants de la campagne présidentielle promis à un siège. Un sacré casse-tête donc. 
Fidèle à la volonté de renouvellement et d’ouverture… Jean-Paul Delevoye, le président de la commission des investitures, aurait également essayé de débaucher un certains nombres de Républicains et d’UDI, en vain selon Bernard Accoyer…

Les intéressés pour récupérer une étiquette en marche sont donc nombreux.. mais visiblement pas pleinement satisfaisants. Il faut dire que plusieurs critères pour prétendre à l’étiquette REM sont à remplir . Il faut d’abord être adhérent du mouvement… ce que n’est pas Valls… qui comptait se présenter avec un deuxième étiquette du Parti Socialiste… Une chose impossible, tant pour Jean-Christophe Cambadélis que pour Jean-Paul Delevoye. Le mouvement veut également atteindre une parité parfaite entre membres de la société civile et personnalités politiques.

Cerise sur le gâteau… Il faut montrer un casier judiciaire vierge pour avoir le droit de participer…

Partons à Marseille, où Patrick Mennucci reste avec son étiquette socialiste pour se représenter dans sa circonscription… pour autant, il devra affronter un poid lourd parachuté… Jean-Luc Mélenchon.

L’insoumis pas si bien accueilli. Décidé à aller prendre un siège à l’Assemblée Nationale pour asseoir son autorité politique, Mélenchon essuie les critiques sur son arrivée dans la cité phocéenne.

Le choix de Jean-Luc Mélenchon fait grincer des dents. Beaucoup estiment que l’Insoumis s’est choisi une place au soleil et a reculé devant le défi de battre un candidat Front National. Il faut rappeler que sa dernière tentative était un fiasco total… Parti affronter Marine Le Pen il y a 5 dans le Pas-de-Calais, Mélenchon s’était fait éjecter du deuxième tour avec 21,5 %… Quand la présidente du Front National avait réuni 42 %.

Le leader communiste ne veut donc pas d’une deuxième veste… Après avoir cumulé 24,8 % des voix au premier tour de la présidentielle à Marseille… il s’assure au moins la dignité.

Les pro-familles ne lâchent rien ! A peine la victoire d’Emmanuel Macron proclamée, les Républicains et Sens Commun sont mobilisés pour ne rien laisser passer. Dans une famille politique explosée depuis l’échec de François Fillon, les militants proches de la Manif pour Tous ont un coup à jouer aux élections législatives.

La droite pro-famille poursuit le combat ! Au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron à la tête du pays, Sens Commun compte influencer la ligne du parti de la droite et favoriser une opposition nette à Emmanuel Macron. Un défi puisque de nombreux cadres républicains déploraient cette influence pendant la campagne présidentielle. Certains allaient même jusqu’à y voir une des raisons de l’échec cuisant de François Fillon. Des allégations que Madeleine de Jessey, porte-parole de Sens Commun n’a pas manqué de réfuter, dénonçant l’acharnement de la presse contre l’ancien candidat.

Sens commun s’était également démarqué de la ligne du parti dans l’entre-deux-tours.  En effet, contrairement à l’essentiel des cadres, François Fillon en tête, le mouvement a refusé d’appeler à voter en faveur d’Emmanuel Macron pour contrer le Front National. Une déclaration hérissant l’ancien maire de Nice Christian Estrosi et le président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde qui ont tous deux demandé l’exclusion de Sens commun des Républicains. Pourtant, la stratégie du mouvement pro-famille est claire. Ne pas froisser l’électorat potentiel du Front National… Un objectif qui ne pourra être atteint que par une refondation urgente de la droite vers un courant authentiquement conservateur sur le plan des moeurs. Dans ce cadre, une ligne infranchissable se dresse entre les républicains pro-familles et les élus enclins à bazarder leurs ultimes petites convictions pour rejoindre Macron.

Malgré cette sincérité, Sens Commun ne semble pas avoir gain de cause. En janvier dernier, le courant obtenait moins d’une dizaine d’investitures pour les législatives… une représentation faible au regard des 577 circonscriptions au total. Il faut toutefois préciser que le combat pro-famille est également incarné par de nombreux autres députés Républicains en dehors du courant Sens Commun… C’est le cas de Jean-Frédéric Poisson, Philippe Gosselin ou encore Valérie Boyer.

Le combat s’annonce toutefois difficile ! Il faudra tout d’abord s’assurer du retour au bercail de l’électorat catholique qui s’est massivement porté sur l’ancien banquier au second tour. Dimanche dernier, ils étaient en effet 62 % à donner leur voix au nouveau président de la République. Un score qui atteint même les 71 % chez les pratiquants réguliers…étonnant lorsque l’on connaît les positions sur la famille du jeune loup de la finance… Philippe Gosselin, député pro-famille Les Républicains nous rappelle les dangers de la politique de Macron pour les familles.

Et pour démarrer ce journal avec le sourire : une note pâtissière ! De passage à Belgrade en Serbie pour présenter son “film” Peshmerga, le philosophe milliardaire Bernard Henri Lévy s’est fait entarté ! Le contestataire voulait sensibiliser le public sur les prises de positions guerrières de BHL concernant notamment la guerre en Yougoslavie. Après la tarte, c’est à un jet d’oeufs que le “philosophe” a dû faire face…

1) Immigration / Le Grand débarquement

Les clandestins, partis de Libye pour rejoindre l’Italie sont aujourd’hui victimes de l’intensification des activités des passeurs. Ces derniers n’hésitent pas à surcharger les canots de passe. Pour réduire les frais, les organisations criminelles utilisent de simples embarcations pneumatiques…

Certains clandestins n’ont même plus l’occasion de tenter leur chance. En début de semaine, 22 d’entre eux ont été abattus par des passeurs au motif qu’ils ne voulaient pas embarquer par mauvais temps… Les organisations criminelles de passeurs libyens dont le développement explose depuis l’intervention occidentale et la mort de Mouammar Kadhafi en 2011 profiteraient même de complicité en Europe… c’est en tout cas ce que sous-entend le procureur de Catane, Carelo Zuccaro.

Qui finance les ONG qui favorisent l’arrivée de migrants ? Ce n’est pas la seule question qui se pose… En effet, les autorités italiennes s’intéressent également aux canaux d’informations dont bénéficient certaines associations. En effet, ces dernières sont très souvent informées de l’arrivée des embarcations avant même les autorités italiennes. De là à imaginer des liens avec les organisations de passeurs… De leurs côtés, les spécialistes de l’humanitaire migratoire disent ne pas comprendre ces accusations… C’est le cas de Mathilde Auvillain de l’ONG “SOS Méditerranée”.

Ce que ne dit pas cette vidéo, c’est que Mathilde Auvillain n’est pas seulement membre de l’organisation SOS Méditerranée, elle est aussi journaliste et journaliste de gauche passée notamment par Médiapart et France Inter ! Ce qui aide pour être interviewée…

A la volonté politique de certains dirigeants européens, notamment allemands, qui souhaitent accueillir de la main d’œuvre migratoire, s’ajoute donc une probable convergence des Organisations Non Gouvernementales comme Médecin Sans Frontière ou SOS Méditerranée, avec les passeurs. Ajoutez encore à cela un traitement médiatique militant… et vous aurez un été riche en canots de migrants.

Depuis le début de l’année, 37 000 migrants sont arrivés en Italie depuis la Libye, soit une hausse de 30 % par rapport à la même période l’an passé. Entre 2013 et 2016, 550 000 migrants sont arrivés en Italie ! Les chiffres devraient encore exploser à la faveur de la période estivale…

 

2) Social / Les allocataires de minima sociaux toujours plus nombreux

7 millions d’allocataires ! C’est le nombre, en hausse, de personnes à avoir bénéficié de minimas sociaux en France en 2015. La Direction des études du ministère des affaires sociales parle d’augmentation “modérée” pour tenter de rassurer les contribuables.

La croissance est en hausse ! Pas celle du PIB mais celle du nombre de bénéficiaires des minimas sociaux. Avant d’aller plus loin, Anaïs nous explique ce que sont les minimas sociaux :

Selon une étude du ministère des affaires sociales, les allocataires étaient 4,14 millions en 2015, soit une hausse de 1,6 % par rapport à l’année précédente. Si l’on prend en compte les conjoints et enfants à charge, ce chiffre explose à 7 millions. C’est 11 % de la population vivant en France. Pour tenter de faire bonne figure, l’administration insiste sur le fait qu’il s’agit d’un ralentissement : en 2014, l’augmentation était bien de 2,7 %.

Cette “décélération” est portée par les deux minimas les plus sensibles à la situation du marché du travail à savoir le volet socle du revenu de solidarité active, le RSA, et l’allocation de solidarité spécifique, l’ASS pour les chômeurs de longue durée. Les bénéficiaires du RSA ont augmenté en 2015 de 2,5 % contre près du double en 2014. Le nombre de personnes recevant l’ASS s’est quant à lui stabilisé pour la première fois depuis 2008, l’année du début de la crise de subprimes.

Les effectifs de l’allocation aux adultes handicapés, l’AAH, ont pour leur part augmenté de 2,1 % alors que le nombre d’allocataires du minimum vieillesse n’a pas bougé.

Mais il y a un loup et un gros ! En effet, l’étude de 2015 ne prend pas en compte l’ATA, l’allocation temporaire d’attente destinée aux demandeurs d’asile. Et cette année là, l’Etat avait vu exploser le nombre de ces demandes avec une hausse de plus de 22 % en un an. Et selon un bilan provisoire du ministère de l’intérieur publié en janvier dernier, la hausse se poursuit à un rythme de 6,5 % pour 2016. Si le taux de demandes semble diminuer, le taux des acceptations a explosé l’an dernier à 30 %, soit plus de 26 000 personnes.

Bref, si l’Etat insiste sur le ralentissement du nombre de personnes à bénéficier des minimas sociaux, il oublie de préciser que les demandeurs d’asile arrivent toujours plus nombreux.

 

3) Économie / William Saurin pédale dans la choucroute

Qui va manger William Saurin ? La célèbre conserverie, en situation difficile depuis le décès de sa fondatrice, soupçonnée d’avoir truqué les comptes, devrait changer de main. Trois repreneurs sont en lice.

L’histoire a rempli des pages de quotidiens et de magazines lors du décès brutal de Monique Piffaut, fondatrice et présidente de la Financière Turenne Lafayette. Cette femme énigmatique, d’un certain âge, vivant seule avec Gaëtan son caniche, est suspectée d’avoir truqué les comptes des différentes entreprises dont elle était propriétaire via sa holding personnelle.

On parle de 300 millions d’euros de fausses factures. Monique Piffaut, qui a forcément bénéficié de complicités, notamment chez ses commissaires aux comptes, aurait gonflé son chiffre d’affaires pour pouvoir emprunter gros aux banques… L’argent qu’elle obtenait ainsi lui permettait, soit de faire des acquisitions d’entreprises agro-alimentaires en difficulté, afin de faire grossir son groupe, soit de boucler les fins de mois de certaines de ses filiales, en faisant circuler l’argent d’une entité en bonne santé à une autre, en difficulté. Après l’injection par l’Etat et par une partie des banques de l’entreprise de plus de 60 millions d’euros en fin d’année dernière, destinés à renflouer la trésorerie de la société et à sauver des milliers d’emplois, l’heure du dépeçage de l’empire Piffaut est annoncée.

Si des petits morceaux du groupe sont déjà partis, achetés ou bien repris en location gérance, ce sont maintenant les grosses marques qui sont à vendre. William Saurin, Garbit, Mais aussi les salades Géo ou encore les pizzas Sombaker connaîtront leur repreneur dans les prochains jours. La date butoir pour les candidats a été fixée au 15 mai par le tribunal de commerce. Un peu plus tard, ce sont les activités charcuterie, dont les jambons Madrange, qui changeront de mains.
Pour l’instant, les candidats sont surtout français, ils promettent pour la plupart de maintenir l’emploi, ce qui est d’ailleurs souvent la condition pour déposer une offre de reprise… Tous se montrent cependant prudents, par peur de découvrir d’autres loups dans les comptes des sociétés… Quant à la fortune de Monique Piffaut, la pauvre femme, sans héritiers, avait promis de faire don de son patrimoine à une association de protection de l’enfance. Il risque de ne plus rester grand chose après le démantèlement sauvage de son château de cartes.

 

4) Société/ La vignette Crit’air se met à l’amende

Les pare-brises prennent des couleurs ! Disponible depuis janvier, la vignette Crit’air sera obligatoire à partir du 1er juillet prochain. En cas de non apposition, les automobilistes risqueront une amende de 68 euros, un nouveau moyen de renflouer les caisses de l’Etat. Thibault Bastide

Une amende de plus pour les automobilistes ! A partir du 1er juillet, la vignette antipollution sera obligatoire. Un décret publié en toute discrétion, dimanche, au Journal Officiel prévoit une verbalisation à partir de cette date. Ainsi, les vignettes de couleurs violette, verte, jaune, orange, marron et grise, vont venir fleurir et égayer les pare-brises. En cas d’absence du fameux autocollant, les conducteurs se risqueront à une amende de 68 euros pour les voitures particulières et les deux-roues et de 135 euros pour les cars et les camions.

La parution de ce décret en catimini met une pression sur les automobilistes n’ayant pas encore commandé leur vignette et la mairie de Paris se réjouit déjà de cette mesure en vantant son efficacité.

Mais au delà de l’efficacité supposée de ces petites vignettes, la mairie de Paris va non seulement pouvoir remplir ses caisses avec les amendes, mais également profiter des commandes de vignettes d’un montant de 4,50 euros l’unité.  

Le parc automobile est estimé à 8 millions de véhicules en Ile-de-France et la Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie évalue à 600 000 le nombre de véhicules roulant chaque jour dans la Capitale. Seulement voilà, uniquement 500 000 certificats ont été délivrés à Paris, et 2 500 000 au niveau de l’Ile-de-France.

Les caisses de la mairie de Paris voient donc de beaux jours se profiler alors que les automobilistes vont encore se serrer la ceinture en prenant leur volant.

De plus, les Crit’Air 5, c’est à dire les véhicules immatriculés entre le 1er janvier 1997 et le 31 décembre 2000, seront interdits dans les zones de circulation restreinte du lundi au vendredi entre 8 heures et 20 heures. Environ 340 000 véhicules sont concernés.

Le plan du maire de Paris, Anne Hidalgo, est donc en marche et les véhicules concernés par la vignette 4 ne disposent que d’un sursis limité. Dissimulé derrière la lutte contre la pollution, ce plan de restriction s’apparente davantage à une chasse aux automobilistes.

5) L’actualité en bref

La mosquée de Stains, fermée pour radicalisme, va rouvrir ! L’édifice avait été fermé en novembre dernier dans le cadre de l’état d’urgence. Plusieurs figures du terrorisme avaient fréquenté ce lieu de culte. Le ministère de l’Intérieur a annoncé sa réouverture mercredi. Le recrutement d’imams dits “modérés”, l’installation de caméras de vidéosurveillance et la création d’une équipe dite de “vigilance” auront convaincu les autorités. De leur côté, les gérants de la mosquée n’ont pas été remplacés ni condamnés.

***

La Fondation Jérôme Lejeune devant la CEDH ! Le 9 mai, l’association de recherche sur la trisomie 21 a déposé une requête devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme contre la décision du Conseil d’Etat ayant approuvé la censure du clip “Dear future mom”. Un clip diffusé en 2014 à l’intention des femmes enceintes d’un enfant trisomique. Considérée comme n’étant pas d’intérêt général, la vidéo avait été censurée en France par le Conseil supérieur de l’audiovisuel, le CSA. Elle avait pourtant été regardée par plus de 7 millions de personnes, saluée par le président du Conseil italien Matteo Renzi et récompensée de plusieurs Lions d’or. La fondation Jérôme Lejeune espère que la CEDH cassera cette décision qu’elle considère comme une atteinte à la liberté d’expression des personnes trisomiques et une discrimination contre leur génome.

***

L’Action Française vous donne rendez-vous ! Samedi, à 14h à l’espace Cléry dans le 2ème arrondissement de Paris, le mouvement monarchiste vous invite au colloque du Cercle de Flore autour du thème “Refonder le Bien commun”, en présence du prince Jean. Le lendemain les royalistes se rendront place de l’Opéra à 10 heures pour leur cortège traditionnel de Jeanne. Antoine, porte-parole du mouvement nous en dit plus sur ce rassemblement.

Et pour finir, une note nature ! 9 tortues royales sont nées dans le sud-ouest du Cambodge. Une espèce en voie d’extinction. Cet heureux événement pourrait contribuer à la survie de l’espèce…

Commenter cet article