Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Dernières révélations sur le crash de l’avion MH17

Publié le 24 Mai 2017 par France Révolution

Dernières révélations sur le crash de l’avion MH17

Un journal russe a obtenu les copies de documents secrets du Bureau de sécurité de l’Ukraine (SBU), concernant des opérations spéciales visant à effacer les indices du carnage dans le ciel au-dessus du Donbass, le 17 juillet 2014. Le journal Sovayshenno Secretno (traduisible par « Top Secret ») mène une enquête sur l’affaire du Boing de ligne malais abattu au-dessus de l’Ukraine.

Le journal a obtenu les copies – ordres, télégrammes et plans codés – de documents à en-têtes officiels du SBU. Selon le journal, le Président ukrainien Poroshenko et ses généraux devraient être jugés à La Haye pour crime de guerre.

L’informateur qui a remis les documents au journal, a dit qu’ils représentaient une partie de son très long et épuisant travail. « En Ukraine, certains de mes amis en ont marre que d’autres s’essuient les pieds sur eux. Ce sont des hypocrites : ils veulent que ces bâtards soient tenus responsables de ce qu’ils ont fait, mais voulant en même temps se protéger, ils ont proposé d’acheter ces documents, » a dit l’informateur anonyme.

« Croyez-moi, je veux juste que ces bâtards du SBU aient ce qu’ils méritent, » a-t-il ajouté.

Le journal a publié les copies de quatre ordres criminels du SBU. Les informations contenues dans ces documents laissent entendre ceci :

– les nouvelles autorités de Kiev, le Président Poroshenko et ses généraux, portent l’entière responsabilité d’avoir abattu l’avion malais ;

– l’armée de l’air ukrainienne a été impliquée dans l’opération contre l’avion ;

– à partir de fin juillet 2014, afin de dissimuler les traces de ce crime monstrueux, le SBU a mené des opérations spéciales visant à effacer les preuves indiquant la présence de l’avion de chasse lors des missions de combat du 17 juillet 2014.

Pravda.Ru a demandé son avis d’expert sur le sujet au rédacteur en chef du journal Top Secret, Sergei Sokolov.

« Pouvez-vous affirmer que l’information obtenue par votre journal est authentique et digne de confiance ? »

Nous avons rencontré plusieurs fois la source de cette information. Nous avons aussi vérifié les documents avec l’aide de vétérans des services spéciaux, qui connaissent tout sur la bureaucratie de ces services. Elle est très similaire à celle de Russie, car le SBU est un produit du KGB de l’URSS. La facture des documents obtenus est celle du service de sécurité. De plus, l’informateur nous a dit avoir reçu les documents du plus profond du SBU.

La personne qui a remis les documents à notre informateur n’aime pas le gouvernement ukrainien, et il nous a fallu acheter ces documents. Toutes les circonstances de l’affaire nous convainquent de l’authenticité des documents. Bien entendu, le Comité d’enquête russe devra examiner tout cela.

« Qu’en est-il de la Cour pénale internationale de La Haye, de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, du Conseil de l’Europe ? Avez-vous l’intention de soumettre ces documents à ces organisations internationales ? »

Je ne crois pas qu’elles puissent faire quelque chose, car, comme nous le voyons, les organisations internationales croient à l’histoire du Boeing abattu par un missile Buk russe. Elles ne veulent pas écouter ce que les Russes ont à dire sur le sujet, elles sont aveugles.

« Pensez-vous contacter les Malais et les Néerlandais ? Ces gens sont très intéressés par l’enquête. »

Certes, mais seules les familles des victimes s’intéressent à la vérité sur ce qui s’est passé. Tous les autres veulent faire porter la responsabilité de tout à la Russie. Nous enverrons d’abord les documents au Comité d’enquête russe.

Commenter cet article