Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Boum : dans « Un président ne devrait pas dire ça », Hollande annonce qu’il a fondé « en Marche ! », le mouvement de Macron

Publié le 1 Mai 2017 par France Révolution

Boum : dans « Un président ne devrait pas dire ça », Hollande annonce qu’il a fondé « en Marche ! », le mouvement de Macron

François Hollande expose aux journalistes, dans le livre « Un président ne devrait pas dire ça… », son plan pour la prochaine élection présidentielle : la création d’une grande formation politique à partir du PS.

« Tant qu’il y avait des partis de gauche, les communistes, les Verts, qui acceptaient de faire alliance avec le PS et qui représentaient quelque chose, on n’avait aucun intérêt à refonder le PS, commence-t-il. Mais dès lors que ces alliés se sont rigidifiés, sectarisés, il faut faire sans ces partis-là.

Comment ?

Avec le parti le plus important, on en fait un nouveau qui permet de s’adresser aux électeurs ou aux cadres des autres partis. Ce que vous ne faites plus par les alliances, vous le faites par la sociologie. Par l’élargissement. C’est une œuvre plus longue, plus durable, moins tributaire d’alliances. Vous pouvez imaginer que viennent aussi des gens qui n’ont jamais fait de politique partisane, des gens du centre »

 

Ca ne peut pas être un jeu d’appareil, insiste Hollande, parce que n’est pas en additionnant les socialistes, un bout de Radicaux, quelques communistes et quelques écologistes, c’est en disant : voilà, on fait une grande formation politique… »

Ce nouveau mouvement, susceptible de réunir toute la gauche dite de gouvernement, Hollande imaginait alors le lancer dès le « début de l’année 2016 ».

Il a pris du retard, manifestement. On n’a pas osé franchir le pas.

« Il y a intérêt à le faire dans la perspective d’une élection présidentielle plutôt qu’au lendemain », justifie-t-il.

 

Commenter cet article