Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Saint-Brévin les Pins (44). Une journaliste de Presse Océan nominée pour les Bobards d’Or

Publié le 31 Janvier 2017 par France Révolution

Saint-Brévin les Pins (44). Une journaliste de Presse Océan nominée pour les Bobards d’Or

La cérémonie des Bobards d’Or – qui aura lieu le 6 février 2017 à Paris – « récompense » chaque année les bobards médiatiques, les actes de désinformation purs et durs émanant de la presse subventionnée. Cette année, une Bretonne est à « l’honneur », puisqu’une journaliste de Presse Océan , Françoise Refloc’h, est nominée.

Il s’agit du  « Bobard armorico-sub-saharien » – pour lequel les internautes peuvent voter (comme c’est le cas pour les autres bobards sélectionnés) directement en ligne. Voici ce que nous apprennent les organisateurs des Bobards d’Or à propos de Françoise Refloc’h et du bobard de Presse Océan – concernant l’arrivée des migrants à Saint-Brévin les Pins, que nous avons évoqués et évoquons encore aujourd’hui :

« Bobard armorico-sub-saharien »

L’arrivée massive de migrants dans les pays européens a été accompagnée d’une intense campagne de « bobardements » médiatiques. Toute la presse, nationale ou régionale, s’est mise au diapason pour présenter les migrants comme un enrichissement pour l’Europe et les opposants à leur venue comme des personnes rabougries et sans cœur.

 

http://www.presseocean.fr/actualite/saint-brevin200-personnes-farouchement-hostiles-a-larrivee-des-migrants-09-10-2016-206205

L’article de Françoise Refloc’h dans le journal Presse Océan, évoquant la réunion d’une association s’opposant à l’arrivée prochaine de 70 migrants en provenance du camp de Calais dans la ville de Saint-Brévin (Loire-Atlantique) ne déroge pas à cette règle.

Sous les titres « Saint-Brévin Collectif contre les migrants : le rejet pour seul programme » pour la version internet (09/10/2016) et « Huées, haine et rejet pour programme » pour la version papier du 10 octobre, la journaliste Françoise Refloc’h va multiplier les « erreurs factuelles et d’interprétations idéologiques » selon les organisateurs de cette réunion et membres de l’association Libertés et Entraide.

VIDEO  :  https://youtu.be/q3aAQsb4CZc

La réunion ayant été filmée et diffusée sur internet, il devient dès lors assez facile de se faire une opinion sur la véracité de l’article de Presse Océan.

Premier compte-rendu de la réunion publique d’information

Colère populaire - Le refus du dialogue et l’oubli des Français précaires ne passent pas

 

Rappel des circonstances

 

 

 

Premier compte-rendu de la réunion publique d’information

Colère populaire - Le refus du dialogue et l’oubli des Français précaires ne passent pas

Rappel des circonstances

Le collectif des Brévinois Contre l’Implantation de Migrants, a organisé une réunion d’information publique sur l’arrivée des migrants le 8 octobre 2016.
Cette réunion avait été réclamée depuis des semaines par ce même collectif au Maire et à l’administration en général avec l’appui de 600 signatures récoltées en seulement 3 matinées ! Par ailleurs Monsieur Gillet, créateur de la pétition en ligne ayant réuni plus de 8 500 signatures, a remis solennellement ces pétitions signés à notre collectif hier soir.

Devant le refus de l’administration, nous avons décidé de l’organiser nous-mêmes car il nous semblait impensable que les Brévinois ne puissent pas disposer d’informations claires sur certains points.

1/ Volonté de dialogue de notre part, refus des autorités et des associations

Dans un souci de dialogue et d’apaisement, nous avions invité toutes les entités liées à cet accueil : Monsieur le Préfet, Monsieur le Maire, un représentant de la CCAS (propriétaire du centre), l’association Trajet chargée d’accompagner les migrants.
Nous avions également invité deux associations spécialistes de la crise migratoire, l’une favorable à l’accueil des migrants (La Cimade) et l’autre opposée (LiEn).
Nous avions également convié le collectif des Brévinois atterrés après leur tractage mouvementé au marché le matin même.

Toutes ces entités ont décliné notre invitation à venir échanger avec les Brévinois.
Seule l’association LiEn a accepté.

2/ Sur la réunion

La réunion publique a eu lieu à l’heure annoncée, sans souci, malgré un appel au rassemblement émanant d’une frange radicale de l’extrême-gauche. Nous tenons à remercier la Gendarmerie d’avoir effectué un travail admirable.

Plus de 300 personnes se sont réunies dans une salle comble où beaucoup ont été obligés de se tenir debout. Un énorme succès alors que notre seul moyen de communication aura été le tractage (quelques centaines distribués).

À notre demande, Nicolas Faure, porte-parole de l’association LiEn, s’est évertué à rester le plus factuel possible afin d’éviter que son intervention ne se transforme en tribune partisane.

La soirée s’est déroulée de 20h à 22h30 selon le plan suivant : 
Mot d’accueil
Rappel des faits
Profil des migrants
Modalités d’accueil et financement
Impact sur la sécurité (survolé faute de temps)
Impact sur l’économie locale (non-traité faute de temps)
Moyens d’action
Conclusion et remerciements

Après une courte présentation factuelle de Nicolas Faure sur chaque point, il a été accordé un large moment aux questions du public.

3/ Enseignements

Nous ne pouvons que rappeler notre incompréhension devant l’absence du préfet ou d’un représentant de la CCAS. Ces deux personnes sont directement responsables de la situation à laquelle vont être confrontée les Brévinois. Les habitants réunis hier soir ont marqué de manière très claire leur désapprobation face à cette politique de a chaise vide.

L’absence du Maire a été également très commentée. Si nous avons essayé d’expliquer que sa position était inconfortable, cela n’a pas été accepté par la majorité de la salle qui exigeait sa présence.
Il y avait beaucoup de colère parmi ceux qui prenaient la parole.
Cette colère était notamment dirigée contre l’état qui donne aujourd’hui l’impression de s’occuper bien plus des migrants que de ses concitoyens dans le besoin.
Sont notamment intervenus plusieurs personnes vivant dans des situations inacceptables qui doivent se débrouiller par elles-mêmes.
Leur témoignage nous aura rappelé qu’il ne peut y avoir une telle débauche d’énergie étatique et associative dirigée envers les migrants sans que de nombreux compatriotes ne se sentent lésés. Des Français dorment avec des enfants sous des toiles de tente à quelques mètres de l’endroit où seront logés et nourris des migrants.

Une dame a voulu prendre la parole au nom de la FNARS pour présenter les conclusions d’une enquête de cette entité. Le fonctionnement des CAO est ainsi perçu comme opaque par tous les acteurs en présence, y compris par l’état et les associations !
Malheureusement, cette dame aura été huée parce qu’elle mettait un peu de temps à synthétiser sa pensée et car elle a critiqué nommément le Front National. C’est d’autant plus dommage que son propos était intéressant. Il aurait cependant mérité d’être plus compact.

Nous avons pu échanger avec cette dame à la fin de la réunion et nous avons tenus à lui présenter nos excuses pour les réactions fortes à son encontre. Elle nous a remercié de lui avoir donné la parole.

4/ La présence du FN

Les journalistes n’hésiteront sans doute pas à sortir l’artillerie lourde contre une réunion qu’ils fantasmeront récupérée par le Front National. Prenons les devants de ces accusations sensationnalistes qui ne manqueront pas de fleurir dès aujourd'hui.
Deux élus du Front National ont pris la parole lors de cette réunion publique.
Si des élus d’un autre parti avaient été présents et avaient souhaité prendre la parole en attendant le micro comme tout le monde, ils auraient évidemment eu les mêmes droits.

Les médias vont bien sûr en faire des tonnes sur la récupération politique mais personne n’a plus peur en France de cette accusation. 
Si les autorités morales veulent éviter que le Front National (ou tout autre parti) soit le seul à intervenir dans un débat public sur la question migratoire, qu’elles comprennent que le silence des autres partis est l'unique coupable de ce qu’ils appellent « récupération ». Que les autres partis, que les associations favorables à l’accueil des migrants viennent à la rencontre des Français et des Brévinois !

5/ Bilan et futur

Le bilan de la soirée est globalement excellent. La salle était pleine à craquer malgré les menaces et le peu de communication. Monsieur Faure a respecté la neutralité imposée par nos soins. Nous avons entendu de nombreux Brévinois préoccupés par la situation et nous avons réussi à contenir les ardeurs de la salle, même si certains moment ont été tendus.
À noter que Monsieur Faure aura tenu un discours plus partisan en fin de réunion (sur les moyens d’actions) mais l’immense majorité des personnes présentes dans la salle exigeait (parfois passionnément) de savoir comment lutter contre cette imposition de migrants.

Nous avons récolté de nombreuses adhésions à notre collectif et nous mettrons en place dès lundi un programme d’action détaillé.

Le combat ne fait que commencer.

6/ Nos demandes

Organisation d’un référendum local
Explications avec Monsieur le Préfet et un représentant de la CCAS

Nous voulons le DIALOGUE et la DÉMOCRATIE et nous ferons tout pour que la voix des Brévinois puisse être entendue.

Les Brévinois contre l’implantation de migrants

 

Commenter cet article