Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Patrick Jardin, père d’une victime du Bataclan :« Abdeslam devrait être écartelé sur la place publique. »

Publié le 31 Janvier 2017 par France Révolution

Patrick Jardin, père d’une victime du Bataclan :« Abdeslam devrait être écartelé sur la place publique. »

C’est le témoignage d’un homme meurtri, en colère, qui a été recueilli par Daniel Conversano dans une vidéo de plus d’une heure. Patrick Jardin est le père d’une victime de l’attentat islamiste du Bataclan. Il était devenu célèbre après avoir apostrophé Manuel Valls, croisé par hasard dans une gare parisienne.

Sans nouvelle de sa fille, il critiquait la lenteur des identifications et le flou dans lequel était maintenu les familles.
Peu après, il apprenait sa mort. Dans cet entretien offensif, Patrick Jardin dit toute sa détestation des politiciens et sa colère contre l’islam et l’immigration.
Il est interrogé par Daniel Conversano, fondateur du site Suavelos, youtubeur patriote et virulent opposant à l’immigration extra-européenne.

VIDEO  :  https://youtu.be/fZ5rCSN1O1c

Sur la rencontre avec Manuel Valls : « J’aurais du lui mettre mon poing dans la figure. »

C’était une scène étonnante, au lendemain des attentats. Alors en visite auprès des équipes de la SNCF, Manuel Valls voit Patrick Jardin passer au travers des gardes du corps pour lui demander des explications sur le manque d’informations des familles de victimes.
La conversation se finit bien et le conseiller spécial de Manuel Valls lui permettra même de reconnaitre le corps de sa fille en dehors des horaires normaux d’ouverture de l’institut médico-légal. Néanmoins, Patrick Jardin est clair lors de son entretien avec Daniel Conversano : « J’aurais du lui mettre mon poing dans la figure. »

Le mépris de tous les partis, sauf le Front national

Pour lui, les politiciens sont tout autant responsables des attentats que les terroristes : « J’ai une haine incommensurable pour les islamistes et les politiciens qui sont en grande partie responsables de ce qui nous arrive. »

Un seul parti échappe à sa vindicte : le Front national. S’il se montre prudent quant à la capacité du Front national à restaurer la sécurité en France, il soutient malgré tout ce parti. « Je ne sais pas si Marine Le Pen sera à la hauteur mais il faut essayer. »

Pour Patrick Jardin, la violence, seul moyen de rétablir l’ordre

Pour Patrick Jardin, la solution aux risques d’attentats est ferme mais nécessaire : Plutôt que d’allumer des bougies, il préconise de répondre à la violence « par la violence ». « Si un chef de gouvernement est persuadé, qu’il va y avoir des attentats, c’est à lui de prendre les mesures pour que ça n’arrive pas. C’est très simple. Il y a des zones de non droit, il n’y a qu’à envoyer l’armée avec des militaires pour nettoyer ça. »

Pour lui, la violence est la seule manière de rétablir l’ordre : « Je pense que c’est un peuple de pleutres et de couards qui ne respecte que l’autorité. Dans tous les pays arabes, là où il y a un despote à la tête, tout se passe bien » déclare-t-il notamment.

Pour Patrick Jardin, « Abdelslam devrait être écartelé sur la place publique pour montrer en exemple à tous ses congénères. »

Censure de Patrick Jardin par Yann Barthès ?

Patrick Jardin affirme avoir été censuré par les médias. Il cite France 2 et surtout Yann Barthès qui aurait renoncé à l’inviter car son discours n’était pas conforme aux attentes de son public.

« Il y a des choses que vous ne pouvez pas dire dans les médias. J’ai été suivi pendant une journée et demi par les journalistes de France 2. Pour finir, je suis passé 15 secondes au journal télévisé le soir. Je les ai rappelés en leur demandant s’ils se foutaient de moi.
Ils m’ont répondu :
 « Vous comprenez, on ne peut pas dire tout ce que vous pensez. » »

« J’ai été appelé par Yann Barthès pour passer au Petit Journal. Je ne connaissais pas l’émission et je ne savais pas que c’était en direct. Si je l’avais su je n’aurais pas agi comme ça mais bon… Il me demande ce que je compterais dire. Je lui explique mon point de vue et il me répond : « Ah non je ne peux pas vous inviter, vous avez un discours qui ne colle pas. » »

Contre la « chienlit », la remigration

L’état de la France inquiète passablement Patrick Jardin qui n’hésite pas à lancer que « la France est un vieux pays qui est mort » avant d’expliquer que« l’immigration extra-européenne est un danger pour notre culture. »

Patrick Jardin ne reconnait pas le pays dans lequel il a grandi. « Quand j’étais gamin, à chaque carrefour, il y avait un flic qui faisait la circulation. Quand j’avais fait des bêtises, mon père me disait : « Attention je vais t’emmener à monsieur l’agent. » Et j’avais peur. Aujourd’hui, les gamins mettent le feu aux flics. A partir du moment où l’on ne respecte même plus les gens chargés de maintenir l’ordre, c’est la chienlit. »

Pour mettre un terme à cette « chientlit », Patrick Jardin propose de procéder la « remigration », c’est-à-dire à l’expulsion d’une partie des immigrés extra-européens présents sur le sol français.
« La remigration est indispensable. Je ne crois pas qu’il y ait de bons arabes » lance-t-il avant de préciser, quelques minutes plus tard, qu’il pense cela depuis qu’il a côtoyé des Arabes à Tourcoing.

Patrick Jardin, sur l’urgence du réveil des Français

Cet entretien de Daniel Conversano avec Patrick Jardin est un appel au réveil des Français.
« La seule manière de m’aider, c’est de tenir compte de mes propos. Que les gens soient avertis de la situation réelle. Les gens ne se rendent pas compte de ce qui se passe. Si on ne prend pas rapidement des mesures fortes, ce sera la guerre civile » déclare notamment le père de Nathalie Jardin.

Il précise d’ailleurs que les juges d’instruction lui avaient avoué que « 15 000 djihadistes » avaient pénétré sur le sol français. Si Patrick Jardin confond sûrement le terme « djihadiste » avec celui de « radicalisé », ce chiffre inquiétant est bel et bien réel.

Pour Patrick Jardin, « Si on continue comme ça, si on se laisse envahir… Dans 10 à 20 ans, on ne parlera plus des Français de souche et des Européens de souche. Il y aura très peu de Blancs, c’est évident. »

Commenter cet article

Camille 03/02/2017 11:31

quel pauvre esprit... comment peut on se plaindre de ne pas être relayée mediatiquement avec un discours aussi sénile et pauvre que celui de la personne interviewé ???
avis d'une minorité de personnes peu éduquées