Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est un journal d'information et de réinformation avec de l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

François Fillon, c’est Robin des bois à l’envers... il prend aux pauvres pour donner aux riches !!!

Publié le 30 Novembre 2016 par France Révolution

François Fillon, c’est Robin des bois à l’envers... il prend aux pauvres pour donner aux riches !!!
François Fillon, c’est Robin des bois à l’envers... il prend aux pauvres pour donner aux riches !!!
François Fillon, c’est Robin des bois à l’envers... il prend aux pauvres pour donner aux riches !!!

C’est Martine Aubry qui a décoché la première flèche, en déclarant : François Fillon, c’est Robin des bois à l’envers... lui, il prend aux pauvres pour donner aux riches.

Mais qu’en est-il réellement ?

Si l’on s’en tient au programme affirmé qui a fait triompher Fillon sur Juppé, sachant qu’avec le temps qui passe, les engagements pris avec « coup de menton » à l’appui, s’effilochent souvent vu les compromis qu’il faudrait passer avec la droite mesurée, et les centristes, au risque de perdre la présidentielle.

Mais restons-en aux engagements.

Si vous êtes, comme quelques millions de français, à la case chômage, vos allocations vont devenir diminuer régulièrement au fil des mois, et de toutes façons, elles seront versées moins longtemps.

Le maximum, plafonné à 75%, sera de 2 ans, voire de 3 ans si vous avez plus de 50 ans.

Le but recherché est de pousser le chômeur à prendre n’importe quel emploi, voire à n'importe quel prix.

L’argument massue, quelque peu fallacieux, déployé par l’élu de la primaire de la droite étant : « la pauvreté s’accroit à cause du chômage, donc la clé de tout est le redressement de la France, le plein emploi ».

Quand aux emplois aidés ils seront purement et simplement supprimés, alors que depuis leur création, en 2012, ils ont bénéficié à 300 000 personnes.

Sur la question smic, (1143 € net) que Fillon veut « correct et décent », il n’est pas manifestement question de l’augmenter, puisque l’élu de droite assure « qu’il est plus élevé que dans la plupart des pays européens  ».

Transmis à nos voisins suisses pour lesquels il est de 4000 francs suisses...

Et puis Fillon a qualifié les coups de pouces donnés à ce smic de « faute politique ».

Si vous êtes fonctionnaires, vous devrez travailler d’avantage, sans avoir pour l’instant la garantie d’être mieux payés, même si l’ex-premier ministre affirme « qu’il y aura des négociations ».

Tous les avantages des salariés de la fonction publique seront passés « à la paille de fer pour en gommer tous les avantages injustifiés ».

Ajoutons pour faire bonne mesure que le premier jour de congé maladie ne sera plus payé.

Toujours sur la question des 5,5 millions de fonctionnaires, Fillon en supprimera500 000, et les embauches seront gelées pendant tout le quinquennat.

Pour les travailleurs du privé, la durée légale du temps de travail sera supprimée, se basant sur le maximum autorisé par l’Europe, c'est-à-dire 48 heures...

Transmis à nos voisins scandinaves qui ont décidé de limiter le temps de travail à 6 heurespar jour. lien 

Dans le projet Fillon, vous ne pourrez plus prendre la retraite avant 65 ans, l’impôt sur la fortune sera supprimé, la baisse de l’impôt sur le revenu « n’est pas une priorité absolue... »

Si vous avez la chance d’être un chef d’entreprise, l’impôt sur votre société sera allégé, et les charges patronales seront remplacées par une augmentation de la TVA, payée donc par tout le monde, ce qui provoquera théoriquement un allègement de 50 milliards.

De plus, le code du travail va être réduit drastiquement. lien

Et l’éventuel futur président de la république prévient que toutes ces mesures seront mise en place très rapidement, dès les premier jours de la présidence, a coup d’ordonnances, de 49/3, avec une préférence marquée pour qu’elles le soient autour des mois de juillet/aout, lorsque les français seront en vacances, afin de limiter, comme on l’imagine, toute velléité de contestation.

Sur d’autres sujets, comme par exemple l’environnement, Fillon entend supprimer « le principe de précaution  », et mise allègrement sur le nucléaire. lien

Ceci posé, ce président à venir ne doit-il pas être exemplaire ?

Lorsqu’on met à l’ordre du jour la restriction financière, la responsabilité, tout ça pour « redresser la nation », ne doit-on pas donner des signes tangibles prouvant, par les faits, que l’on est dans le droit fil de cette pensée ?

Mais alors, quid de la déontologie de ce premier ministre qui a appliqué une politique qu’il n’approuvait manifestement pas, qui n’a cessé d’être humilié par son Président, et qui pourtant est resté à son poste durant 5 ans ?

N’aurait-il pas dû démissionner ?

Quid aussi de cet amateur de vitesse, courant les circuits automobiles, qui, pour se rendre dans sa demeure, un bâtiment qui hésite entre le manoir et le château, ou qui utilise, au frais de la princesse, un avion supersonique, pour couvrir moins de 300 km ? 

Les coûteux week-ends de

François Fillon dans la

Sarthe

"France-Soir" a consacré jeudi sa une aux déplacements privés, en avion Falcon aux couleurs de la République, du premier ministre pour rejoindre sa propriété de Solesmes, située à une heure vingt de Paris en TGV.
 

La série continue. François Fillon a été épinglé jeudi 24 février par France-Soir pour l'utilisation d'un avion de la République pour serendre dans son fief de la Sarthe, à moins de 250 kilomètres de Paris, ce que Matignon a justifié par des "raisons de sécurité".

France-Soir a consacré sa une et deux pages aux déplacements privés, en avion Falcon aux couleurs de la République, du premier ministre pour rejoindre sa propriété de Solesmes, située à une heure vingt de Paris en TGV. Même si cette pratique est autorisée, s'agissant du premier ministre, sa révélation par le quotidien intervient après la publication le 4 février, au Journal officiel, d'un décret de François Fillon relatif à la prise en charge des frais de déplacement des ministres.

LA LIMITE DES DEUX HEURES DE TRAJET

Il est ainsi spécifié dans ce décret que "les déplacements des membres du gouvernement pris en charge par l'Etat sont, à l'exception de tout autre, ceux réalisés au titre de leurs fonctions ministérielles ou, dans la limite d'un déplacement par semaine, pour concilier l'exercice de ces fonctions avec celui d'un mandat électif ou se rendre dans la circonscription où ils sont temporairement remplacés conformément à l'article 25 de la Constitution".

"Dans ces deux derniers cas, précise le décret, le déplacement ne peut être effectué en avion que si l'utilisation d'un autre mode de transport occasionnerait un temps de déplacement excédant deux heures, à l'aller ou au retour".

UN DÉPLACEMENT MENSUEL

Priés de s'expliquer, les services du premier ministre ont expliqué que le choix de l'avion était dicté par "des raisons de sécurité", en soulignant qu'il en allait de même pour le président de la République. L'utilisation du train nécessite, a-t-on ajouté, une opération de déminage lourde, de nature à importuner les voyageurs. Quant à faire le trajet en voiture, on a rétorqué que "pour des raisons de sécurité" également, le véhicule du premier ministre ne pouvait pas se permettre d'être à l'arrêt, coincé dans des embouteillages.

Depuis sa nomination à Matignon, a-t-on indiqué dans l'entourage du premier ministre, François Fillon s'est toujours rendu dans son fief en avion. On a précisé qu'il s'y rendait en moyenne "une fois par mois".


 

Commenter cet article