Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
France Révolution

France Révolution c'est l'info vérité non tronquée que vous cache l'ensemble des médias a la botte du pouvoir en place, je produis - Documents - Reportages - Films - tweets et bandes son pour preuve que l'on vous ment 24H sur 24H

Bretagne, islam, mal-être des Français… Entretien avec Jean Lassalle

Publié le 30 Mars 2017 par France Révolution

Bretagne, islam, mal-être des Français… Entretien avec Jean Lassalle

Lundi 27 mars, Jean Lassalle était en Bretagne, dans le Pays de Retz. Pendant une journée, il a visité plusieurs entreprises de la région. Le soir, il a pu animer une réunion publique sur le thème de la ruralité dans le Centre Culturel de Saint-Viaud, petite ville dont le maire avait parrainé sa candidature.

Après cette réunion devant près de 100 personnes, Jean Lassalle a répondu à trois de nos questions. Réunification de la Bretagne, rejet de l’islam par 61 % des Français et mal-être social et identitaire, découvrez ses réponses dans cette vidéo :

https://youtu.be/41tbtr9QY7g

commentaires

Brest. La FNSEA veut « repenser le projet agricole européen »

Publié le 30 Mars 2017 par France Révolution

Brest. La FNSEA veut « repenser le projet agricole européen »

La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) était réunie en congrès à Brest le 29 mars 2017. Point d’orgue de cette réunion d’agriculteurs venus de toute la France, la présentation du rapport d’orientation du syndicat pour l’année 2017. Intitulé Nos propositions pour « mieux d’Europe », il est entièrement dédié à la question de la politique agricole européenne.

La peur d’un « Frexit »

L’introduction de ce rapport est limpide : « Notre objectif est de faire des propositions, d’apporter notre pierre à l’édifice pour consolider l’édifice européen. Des propositions pour « mieux d’Europe », parmi lesquelles le projet agricole européen trouve toute sa place. »

Pourtant, un tiers du rapport est consacré à un état des lieux peu optimiste, qualifié de « lucide » par les auteurs du rapport. Sur la question qui intéresse la FNSEA – l’agriculture -, la FNSEA déplore l’absence de vision sur le rôle de l’agriculture en Europe. Quant à la question de la gouvernance démocratique des institutions, la FNSEA reconnaît volontiers qu’il est compliqué de savoir qui est responsable de décisions européennes, au moins sur les questions agricoles. La rapport mentionne ainsi une « dérive technocratique » de l’Union européenne.

Mais malgré un constat assez dur, la FNSEA considère qu’il faut améliorer l’Union européenne plutôt que d’en sortir. C’est ainsi que le rapport contient un court passage narrant l’hypothèse d’un « frexit » catastrophique. Cette fiction alarmiste et catastrophiste repose sur des analyses d’économistes selon les rapporteurs.

Les propositions de la FNSEA sur l’Union européenne


Dans ce rapport, les préconisations de la FNSEA pour faire face aux « replis nationaux » sont les suivantes :Lors de la présentation du rapport, une vidéo de Xavier Beulin a été jouée. Dans cette intervention posthume, il déplorait l’élargissement de l’Union européenne qui, selon lui, «a empêché la consolidation de l’Europe. » Pour lui, l’Europe est véritablement un impératif géopolitique. Dans cette intervention, il s’interrogeait sur la possibilité de sortir de l’ornière et proposait finalement de consolider d’abord l’Union européenne parmi les 19 pays de la zone euro.

– Davantage de convergence des politiques économiques, sociales, fiscales et environnementales
– L’affirmation de politiques communes à travers des coopérations entre Etats membres
– Un budget européen renforcé dans lequel la PAC ne serait plus une variable d’ajustement
– Une Europe qui s’affirme et protège sur la scène internationale
– Une Europe moins technocratique par une meilleure gouvernance des élus, qui s’appuie davantage sur les organisations représentatives.

Pour consolider la future PAC post-2020, la FNSEA a plusieurs revendications :
– Prévoir pour les agriculteurs professionnels des soutiens adaptés aux objectifs de durabilité de l’agriculture européenne ;
– Offrir une palette d’outils pour accroître la résilience des exploitations ;
– Redonner du pouvoir aux producteurs dans la chaîne alimentaire où les risques et les responsabilités doivent être partagés ;
– Privilégier une approche environnementale basée sur l’engagement et la confiance plutôt que sur la norme ;
– Promouvoir une agriculture moderne et innovante en favorisant l’investissement et la recherche ;
– Disposer d’un budget de la PAC à la hauteur de ces ambitions.

La concurrence déloyale et les difficultés d’harmonisation, un non-dit du rapport ?

C’est l’un des sous-titres du rapport : « L’Union européenne doit être plus harmonisée et solidaire ».
Interrogée sur la grogne des viticulteurs du Languedoc confrontés à la concurrence espagnole, Christiane Lambert admet que l’Union européenne pose de graves problèmes aux agriculteurs français : « Il s’agit d’un mal récurrent de l’Union européenne. Sur le volet social notamment, les dissensions font qu’ aujourd’hui, l’heure de travail est en France à 13 € tandis qu’elle est à 6 € en Espagne et en Italie et à 4 € en Pologne. Cela créé de la concurrence déloyale. Idem pour certaines normes sanitaires. »

La solution pour les auteurs du rapport ? Harmoniser les normes européennes, notamment sur le coût du travail. « Il faut une impulsion européenne pour relancer un mouvement de convergence. En débutant par exemple, par la mise en place d’un salaire minimum dans chaque État membre, correspondant à un pourcentage du salaire médian national, un signal fort serait donné en faveur de la convergence. »

Problème pour un agriculteur : « Qui dit harmonisation dit effort des deux parties. Pour certains pays il s’agirait d’augmenter le salaire minimum tandis que pour d’autre il y aurait un risque qu’il soit abaissé. Je vous laisse deviner dans quel camp on serait… »

La FNSEA a donc décidé de vouloir « mieux d’Europe » sans pour autant apaiser les craintes des agriculteurs sur la concurrence déloyale. La grande majorité des agriculteurs présents adhéraient au message pro-européen martelé par la direction de la FNSEA. Mais l’harmonisation sociale des États-membres reste un gros point d’interrogation pour tous les agriculteurs interrogés sur ce point.

commentaires

Jean-Guy Talamoni : « En Corse, l’insularité contribue sans doute à expliquer la vigueur du mouvement nationaliste » [Interview]

Publié le 30 Mars 2017 par France Révolution

Jean-Guy Talamoni : « En Corse, l’insularité contribue sans doute à expliquer la vigueur du mouvement nationaliste » [Interview]

Jean-Guy Talamoni, président de l’Assemblée de Corse et militant nationaliste, ne votera pas aux élections présidentielles françaises. Et il assume entièrement son choix, politique. A 57 Ans, et un long passé militant derrière lui, il est l’un des leaders incontestable du mouvement nationaliste corse, l’un de ceux qui a permis à l’ Île de Beauté d’obtenir, de longues luttes, toujours plus d’autonomie et de droits pour le peuple corse.

Mais la lutte est loin d’être terminée, et les récentes tensions dans l’île – que ce soit au niveau de la répression visant les jeunes nationalistes ou au niveau des tensions communautaires apparues depuis quelques mois à des occasions ponctuelles (Sisco, Jardins de l’Empereur) – le démontrent.

Par ailleurs, janvier 2018 sera une date importante pour la Corse, qui deviendra une collectivité unique.

Pour toutes ces raisons, et pour « prendre le pouls » de la Corse, nous avons interrogé  Jean-Guy Talamoni afin que nos lecteurs – loin des interprétations souvent très parisiennes qui en sont faites – puissent découvrir ou mieux connaitre cette personnalité politique et la situation sur l’île, sur laquelle il faut toutefois se rendre pour réellement la comprendre et comprendre ce peuple si particulier.

Breizh-info.com : M. Talamoni, tout d’abord, pourriez-vous revenir sur votre parcours, et sur les moments fondamentaux qui vous ont permis, aujourd’hui, d’être président de l’Assemblée de Corse ?

Jean-Guy Talamoni : Mon parcours est d’une banalité extrême : j’ai toujours été dans le même camp, le courant de la lutte de libération nationale, militant syndical lycéen en 1976, membre de l’exécutif de la Cuncolta en 1988, élu à l’Assemblée de Corse depuis 1992, j’ai traversé des périodes heureuses et d’autres plus difficiles.

Mon parcours personnel n’a que peu d’importance si ce n’est qu’il reflète celui du mouvement auquel j’appartiens.

L’accès aux responsabilités en décembre 2015 a constitué une étape essentielle pour le nationalisme moderne. Nous avons dit lors de notre investiture qu’il s’agissait du premier gouvernement corse depuis celui de Paoli au XVIII° siècle.

« La suppression des départements, un incontestable progrès démocratique »

Breizh-info.com : D’ici quelques mois, au premier janvier 2018, nous parlerons pour votre pays de « collectivité de Corse ». Concrètement, qu’est ce qui va changer ? Pour les Bretons qui vous lisent, quelles sont les compétences dont la Corse disposera et dont nous ne disposons pas aujourd’hui ?

Jean-Guy Talamoni : La création de la Collectivité de Corse au 1er janvier 2018 maintient, pour l’instant, le même niveau de compétences que celui que confère à la Corse le statut de 2002. En revanche, cette réforme ouvre la voie à un gouvernement plus efficient des affaires de la Corse. La création de la nouvelle collectivité va s’accompagner de celle de la Chambre des territoires. Celle-ci aura de lourdes responsabilités car elle devra coordonner les actions de la Collectivité de Corse, des intercommunalités et des communes. Coordination qui a jusqu’ici fait cruellement défaut.

La mise en place de la Collectivité unique représente une avancée institutionnelle majeure pour laquelle notre majorité territoriale milite depuis des décennies. Ce changement permettra de travailler dans de meilleures conditions, de rationaliser la décision politique et d’instaurer la transparence en simplifiant l’administration : autant de choses difficiles à réaliser au sein du système actuel.

Pour la sensibilité politique à laquelle j’appartiens, la suppression des conseils départementaux, nids traditionnels du clientélisme, est un incontestable progrès démocratique.

« Le statut de résident par exemple devra permettre aux Corses de ne pas être dépossédés de leur terre et de leurs maisons. »

Breizh-info.com : Vous avez récemment interpellé François Hollande, de passage sur votre île, en réclamant notamment des mesures concrètes et surtout la validation de mesures votées par l’assemblée de Corse. (coofficialité de la langue corse, statut de résident, statut fiscal et social, amnistie pour les prisonniers politiques…).

Concrètement, quelles sont aujourd’hui les réponses de l’Etat Français par rapport à vos demandes ? Du point de vue du droit, comment vous, l’avocat, jugez ces revendications applicables ? Une modification constitutionnelle globale serait-elle nécessaire en France ?

Jean-Guy Talamoni : Au mois de février, deux dossiers majeurs pour la Corse ont trouvé un aboutissement positif : celui de la Collectivité unique et celui de la fiscalité du patrimoine. Ils sont très représentatifs du travail réalisé par notre majorité. Ce qui semblait impossible – pour certains, pas pour tous – est devenu possible.

Bien que l’Etat n’ait jamais répondu à nos délibérations les plus importantes, nous continuerons de réclamer le respect des votes démocratiques exprimés par notre assemblée, y compris devant les candidats à l’élection présidentielle française qui viendront en Corse pour leur campagne.

À tous, nous tiendrons le même discours : inscription de la Corse dans la Constitution, statut de résident, coofficialité de la langue corse, cadre normatif spécifique pour l’éducation en Corse, statut fiscal et social, amnistie des prisonniers et des recherchés pour l’apaisement partagé de la situation politique. Nous remettrons sans cesse ces dossiers au centre des discussions.

Déterminés mais sereins, car depuis notre victoire de décembre 2015 et compte tenu du soutien que nous recevons des Corses, nous savons que désormais le temps travaille pour nous. Pour que ces dossiers aboutissent, une révision constitutionnelle est indispensable. Il faut pour cela une volonté politique du gouvernement et qu’il dispose de la majorité lui permettant de le faire. Majorité que la mandature de François Hollande n’aurait pas permis même si la volonté politique avait existé.

Le statut de résident par exemple devra permettre aux Corses de ne pas être dépossédés de leur terre et de leurs maisons. D’autres régions européennes se protègent à travers un statut de même nature, ce qui prouve bien que le seul obstacle juridique vient de Paris et de la Constitution française. A ce sujet, il faut rappeler que la révision de la Constitution pour traiter différentes questions se posant en Corse (coofficialité de la langue, foncier, fiscalité) a été demandée par une large majorité de l’Assemblée de Corse, bien au-delà de la famille nationaliste.

Breizh-info.com : Concernant les prisonniers politiques corses, quel est aujourd’hui le bilan ? Combien sont actuellement incarcérés en Corse ? Dans d’autres régions ? 

Jean-Guy Talamoni : Aujourd’hui, la Corse compte plus d’une vingtaine de prisonniers politiques dont 6 ont été condamnés et se trouvent à la prison de Borgo. Il y a aussi des militants recherchés. Les autres se trouvent encore dans les prisons françaises ou sont assignés à résidence dans l’attente de leur procès.

Là encore, on se heurte aux obstacles juridiques de Paris. Alors que notre Assemblée, que le conseil départemental de Haute-Corse à l’unanimité et que plus de la moitié des communes de Corse se sont prononcées en faveur d’une loi d’amnistie, lors de sa récente venue, François Hollande nous a opposé à ce sujet l’application stricte du droit français. Nous maintenons notre position : dans le cadre de l’élaboration d’une solution politique pour la Corse, trois ans après la sortie de la clandestinité du FLNC et alors qu’aucun événement n’est venu contredire cette déclaration, la démarche d’apaisement entre la Corse et l’État ne pourra se traduire en définitive que par la loi d’amnistie.

« La jeunesse corse sait se mobiliser pour défendre ses idées »

Breizh-info.com : La jeunesse nationaliste corse est descendue plusieurs fois dans la rue récemment pour défendre les prisonniers mais aussi pour revendiquer de nouvelles réformes. Des incidents ont eu lieu. Des interpellations ont eu lieu à Corte. Par ailleurs, les supporteurs de Bastia sont récemment ciblés par les autorités. La situation est-elle sous tension aujourd’hui ?

Jean-Guy Talamoni : La jeunesse corse, ce n’est pas nouveau, sait se mobiliser pour défendre ses idées. Pour notre part, nous la considérons comme une véritable ressource pour notre pays. Ainsi, afin de lui donner toute sa place dans la vie politique, j’ai mis en place une Assemblée de Corse des jeunes qui pourra s’exprimer sur tous les sujets qui concernent l’île et qui pourra agir avec les élus de la Corse.

Cela représente l’une de nos contributions à l’apaisement. Volonté d’apaisement que nous réaffirmons sans cesse, tant à l’occasion des événements qui ont suivi le match de football Reims-Bastia que ceux qui étaient liés au soutien de la jeunesse à Nicolas Battini et Stéphane Tomasini, deux jeunes étudiants actuellement incarcérés.

Pour autant, au moment où les institutions corses tentent, au prix de nombreuses difficultés et sans le concours de Paris, de construire un avenir de paix et de justice, les autorités judiciaires françaises estiment n’avoir mieux à faire que de s’acharner sur la jeunesse corse.

L’affaire Reims-Bastia, par exemple, a provoqué un fort sentiment d’injustice : les jeunes Corses concernés, et notamment Maxime Beux qui a perdu un œil à cause d’un tir de flash ball, sont passés du statut de victimes à celui d’auteurs d’infractions, tandis que les policiers qui apparaissaient, dès l’abord, comme leurs agresseurs ne semblent nullement inquiétés.

Cette attitude irresponsable révèle l’intention évidente de déstabiliser la situation politique en Corse. Pour notre part, nous continuerons d’œuvrer avec détermination afin d’écrire une nouvelle page de notre histoire.

Breizh-info.com : Comme tout le monde, nos lecteurs ont suivi les événements de Siscu, et d’Ajaccio, qui ont opposé des membres de la communauté Corse à des membres de communautés extra-européennes résidant en Corse et pratiquant l’Islam (pour Siscu). La Corse est-elle confrontée aux mêmes maux (immigration, islamisation) qu’ailleurs en Europe aujourd’hui ? Il semblerait pourtant que la Corse soit une des rares régions où les autochtones ne se laissent pas faire, et sont mêmes soutenus par leurs dirigeants. Comment expliquez-vous cela ?

Jean-Guy Talamoni : Avant toute chose, et contrairement aux clichés véhiculés en France, les Corses ne sont pas racistes. Les statistiques à ce sujet le prouvent.

Nous le disons régulièrement, la Corse a toujours fabriqué des Corses. Les idées de l’extrême droite sont aux antipodes de la pensée politique corse fondée sur la démocratie, l’ouverture, la tolérance religieuse, la participation de tous à un destin commun, autour du peuple corse, indépendamment des origines et confession de chacun.
À cet égard, la Corse fut un modèle pour l’Europe dès le XVIIIe siècle. Elle a vocation à rester, plus que jamais, fidèle à cette tradition politique, en l’adaptant aux enjeux contemporains. C’est tout le sens des travaux que nous menons actuellement sur la gestion de la diversité culturelle.

Concernant les affaires que vous citez, celle dite des jardins de l’Empereur est symptomatique de l’importation d’idéologies et de comportements complètement étrangers à la tradition politique corse.
La bagarre de Siscu, elle, est un simple problème de délinquance. Elle est le résultat de l’attitude d’un groupe qui a voulu privatiser la plage et s’en est pris à des adolescents. Face à cela, la population a réagi pour défendre les jeunes.

Pour notre part, notre rôle d’élu était, nous semble-t-il, d’appeler solennellement au calme et au refus de toute réaction inappropriée. Il était de notre devoir en effet d’éviter l’escalade et toute logique de bouc émissaire.
La Corse, comme le reste de l’Europe, est exposée et la présence sur le territoire de l’île de foyers d’influence salafiste est avérée.
C’est la raison pour laquelle, au mois de juillet dernier, l’Assemblée de Corse a voté sur notre proposition une résolution demandant notamment la fermeture immédiate des lieux de culte ou de réunion constituant des foyers de radicalisation avérés ou dans lesquels sont tenus des discours de haine créant un climat favorable à la violence.
Je le répète, cela relève de notre responsabilité d’élus.

« La suppression des régions constituerait une régression terrible et un retour au jacobinisme le plus brutal »

Breizh-info.com : Quittons la Corse un instant. Quel regard portez-vous sur le statut des régions, en France (comme la Bretagne, le Pays Basque, la Flandre…). Comment expliquez-vous la faiblesse des mouvements régionalistes/nationalistes, notamment ici en Bretagne, si l’on compare à la Corse. L’insularité est-elle l’explication majeure ? Et ailleurs en Europe, de la Catalogne à l’Écosse, présagez-vous que le XXIème siècle sera celui du retour des petites nations d’Europe ?

Jean-Guy Talamoni : Chaque territoire a une identité qui lui est propre, laquelle est le fruit de l’histoire et de la géographie notamment. En Corse, l’insularité contribue sans doute à expliquer la vigueur du mouvement nationaliste, évidemment parce que nous ne sommes rattachés physiquement à aucun autre territoire. Ensuite, parce que la Corse, en plus d’être une île, doit faire face à des contraintes naturelles et démographiques que la France n’a jamais cherché à traiter.

Par ailleurs, nous avons perdu notre indépendance il y a moins de 250 ans ! C’est une période courte dans l’histoire d’un peuple. Enfin, notre identité et notre peuple ont toujours été niés et dénigrés par la France. Cela renforce notre volonté de maîtriser notre destin. Les Corses l’ont d’ailleurs exprimé de manière claire lors des élections territoriales de décembre 2015.

Naturellement, la situation actuelle de la Corse s’inscrit dans un mouvement qui touche les autres pays d’Europe que vous citez.
Pour ces « petites nations » l’Europe doit être une chance. Je fais partie de ceux qui ne peuvent se résoudre à l’abandon progressif de l’idée européenne auquel on assiste notamment depuis le Brexit.
Construire une Europe des peuples, une Europe sociale, une Europe de la culture, une Europe à la direction de laquelle le Sud et le Nord participeraient à parité. Tels sont à mon sens les défis que nous devrons relever dans les mois et années à venir.
Comme le disait hier Ken Loach de passage à Bastia, ce n’est pas parce que l’Europe actuelle est loin de répondre à notre attente qu’il faut renoncer à cette grande aventure qu’est la construction européenne.

Breizh-info.com :  Que répondez-vous à ceux qui expliquent que les revendications régionales sont facteurs de division de la France, de l’Europe ? Marine Le Pen souhaite carrément « supprimer les régions administratives ». Quelles seraient les conséquences en Corse ?

Jean-Guy Talamoni : La suppression des régions constituerait une régression terrible et un retour au jacobinisme le plus brutal. Quant à la Corse, la suppression de notre collectivité ne serait pas acceptée par la société insulaire. Une telle tentative serait évidemment vouée à l’échec.

Breizh-info.com : Quel regard portez-vous sur l’élection présidentielle à venir ? Pour les législatives, les nationalistes corses seront ils engagés pour la députation ?

Jean-Guy Talamoni : Pour ma part, en tant qu’indépendantiste, je ne suis pas concerné par l’élection présidentielle et je n’ai jamais voté à cette occasion.

En tant que président de l’Assemblée de Corse, comme je le disais plus haut, je continuerai à porter auprès des futurs responsables français toutes nos délibérations, comme je l’ai fait sous la mandature de François Hollande.

Nous savons qu’une partie de la bataille se joue à Paris. C’est pourquoi, nous avons décidé de présenter des candidats de la coalition « Pè a Corsica », composée d’indépendantistes et d’autonomistes, aux élections législatives. La Corse doit pouvoir s’exprimer au Palais Bourbon autrement que par la voix de députés jacobins dont l’avenir de la Corse n’est pas la préoccupation première.

Breizh-info.com : M. Talamoni, vous êtes un amateur de lecture. Quels sont les derniers ouvrages que vous avez lus et que vous recommanderiez ? Et sur le régionalisme ou les luttes de libération nationale, y-a-t-il pour vous des livres fondamentaux ?

Jean-Guy Talamoni : Beaucoup de livres sont fondamentaux et ils constituent une très grande bibliothèque. Je me méfie de l’homme d’un seul livre ! En ce qui me concerne, plus prosaïquement, je suis actuellement, en train de lire les différents volumes concourant pour le prix Edgar Faure du livre politique, car j’ai été sollicité pour faire partie du jury, ce que j’ai accepté avec plaisir.

Sinon, j’ai fini hier l’intéressant ouvrage du professeur Dominique Rousseau « Radicaliser la démocratie ».

La notion de « démocratie continue » qu’il y développe répond il me semble à des problématiques qui se posent dans de nombreux pays. Il est en effet urgent de traiter la fracture existant entre les peuples et leurs dirigeants politiques. En ce qui nous concerne, modestement car nous exerçons les responsabilités dans un petit pays, la réduction de cette fracture constitue une orientation essentielle de notre majorité.

Je crois sincèrement que depuis un an et demi nous avons réussi à établir un contrat de confiance avec une forte majorité de Corses.

Propos recueillis par Yann Vallerie

 

commentaires

« Tout sauf Macron » : une association pour faire barrage au candidat d’En marche

Publié le 30 Mars 2017 par France Révolution

« Tout sauf Macron » : une association pour faire barrage au candidat d’En marche

Depuis plusieurs semaines, des collectifs et associations se mobilisent contre Emmanuel Macron, candidat de gauche du mouvement « en Marche ». A la tête de l’un d’entre eux nommé « tout sauf Macron », David van Hemelryck, qui s’était fait connaitre notamment par ses survols des plages avec sa banderole « Hollande démission ».

Alors qu’Emmanuel Macron est omniprésent dans le paysage médiatique français et semble bien être le candidat choisi par le système pour les prochaines élections présidentielles, certains citoyens refusent ce scénario et veulent révéler le « vrai visage » du banquier aux dents longues

Nous avons interrogé David van Hemelryck, sur ses motivations et le but de cette association.

 

Breizh-info.com : Quels sont les objectifs de l’association « tout sauf Macron » ? Combien de personnes regroupez vous aujourd’hui ?

David van Hemelryck : J’ai été appelé pour être le porte Parole des collectifs Tout Sauf Macron, Dégageons Macron et macron-degage.fr qui ont atteint 10000 j’aime en quelques jours. J’avais en effet lancé une plainte-pétition pour ouverture d’enquête sur les scandales Macron.

Celle-ci, par le simple bouche à oreille, a regroupé 30 000 signataires en une semaine. On sent que la mobilisation est très forte. Il y a un ras le bol face au banquier qui bénéficie de l’immunité du Système.

Breizh-info.com : Pourquoi cibler spécifiquement un candidat à l’élection présidentielle ? Quid des autres candidats ? Ils ne sont donc pas critiquables ?

David van Hemelryck : Vous savez personne n’est parfait. Mais Macron est adoubé par les puissances d’argent comme le successeur de Hollande, le poulain qu’il a fait monter comme conseiller Special puis ministre de sa politique. Macron c’est tout le projet Hollande, le lobby de destruction de la France. Nous voulons éviter à tout prix le PIRE et nous avons à peine trois semaines pour cela !

Breizh-info.com : Emmanuel Macron s’est défendu d’être mis en cause dans les affaires concernant son patrimoine. Qu’en est-il ?

David van Hemelryck : Tous les délinquants disent toujours « j’ai rien fait ». Vous faites confiance à l’enfant chéri de Hollande ? Le dernier favori de sa politique était Cahuzac je vous le rappelle !

Breizh-info.com : Pourquoi Emmanuel Macron, dans les faits, serait l’ami des banquiers comme vous le dites ?

David van Hemelryck : Est ce la peine de le préciser ? Il a fait ses armes chez Rothschild. Il a appris que les gros deals font les grosses commissions et tant pis si ça fait des chômeurs.

Il est appuyé par de grosses fortunes qui contrôlent les médias et auxquelles il a facilité des acquisitions (par exemple Drahi). Il a levé ses fonds à la City de Londres et à Las Vegas. Macron, c’est la spéculation… et disons le, la corruption.

Breizh-info.com : de la corruption ? C’est à dire ?

David van Hemelryck :  Par exemple le fait d’utiliser le meeting de Las Vegas : 380.000€ d’argent public et le lendemain il lance sa campagne… et le public acquis a participé à ses levées de fonds.

Mais aussi les scandales autour des 3 millions gagnés bien malhonnêtement puis curieusement disparus. Les tenues de luxes de Brigitte Macron offertes par des soutiens millionnaires qui sont liés à ses soutiens médiatiques et de campagne. Tout ceci ressemble à une OPA hostile sur la France ! Une enquête objective (!) est urgente…

Breizh-info.com : Comment comptez vous peser sur la campagne ? Êtes vous en relation avec des politiques ?

David van Hemelryck :Les politiques font leur campagne. J’ai des passerelles avec quatre candidats « moins pire » que Macron. Dans tous les cas il faudra continuer à agir après. Mais l’urgence c’est 3 semaines où tout le monde doit agir : actions chocs préparées en secret, pétitions à faire tourner pour sensibiliser et peser médiatiquement. Aujourd’hui nous en lançons une nouvelle sur le cabinet noir de François Hollande.

Nous donnons aussi rendez vous ce samedi matin 1er Avril à Marseille… Macron l’homme anti-culture française vient dans la capitale du Sud, il va être bien reçu ! Et bien sûr des autocollants Macron dégage, des milliers d’affiches tout sauf Macron, nos militants sont en ce moment même en train d’afficher et de préparer la « réception » de Macron à Marseille

Breizh-info.com : Et si Macron devenait président, quelles actions mèneriez vous ?

David van Hemelryck : Ne parlez pas de malheur ! On bosse 3 semaines à plein temps. Si Jamais il est élu, je donnerais mes années pour la France, mais là j’ai encore espoir : les médias manipulent les sondages. On se bat. On se battra toujours pour une France de nos valeur, de notre culture.

La défaite n’arrive qu’à ceux qui abandonnent. Le courage est dans nos gènes.

Propos recueillis par Yann Vallerie

commentaires

Quand Franceinfo ridiculise Macron en mettant à nu ses discours abscons : un régal

Publié le 30 Mars 2017 par France Révolution

Quand Franceinfo ridiculise Macron en mettant à nu ses discours abscons : un régal

VIDEO  :  http://dai.ly/x5glczj

 

C’est un festival, un vrai de vrai… Pour ne pas oublier, pour savourer en famille et à tête reposée, j’ai transcrit… Ça vaut le détour. On comprend que Macron soit l’idole de tous les faux intellos qui nous bouffent la laine sur le dos.

-L’identité c’est A égale A ; il y a au moins des A et des B. Et je n’ai pas envie que A=B

-On est tous  des enracinés et donc ce que nous sommes puisque nous sommes des enracinés il y a des arbres à côté de nous, il y a des rivières, il y a des poissons, il y a des frères et sœurs.

-J’ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais, en même temps, elle doit s’ancrer dans de l’immanence complète, de la matérialité.

Moi ma vie, mes souvenirs, ils sont faits des souvenirs d’enfance de ma grand-mère et de ce professeur de philosophie que je n’ai jamais vu mais dont j’ai l’impression de connaître le visage.

Et donc notre vie elle est toujours en même temps, Elle est plus complexe que ce qu’on veut réduire.

Ce qui constitue l’esprit français, c’est une aspiration constante universelle, c’est à dire cette tension entre ce qui a été et la part d’identité, cette ipséité stricte, et l’aspiration à un  universel, c’est-à-dire à ce qui nous échappe.

Par contre, comment se fait-il que Franceinfo, chaîne publique d’information en continu, qui fait partie, au même titre que France Inter, France culture, France info (la radio )j’en passe et des meilleures se soit lancé dans le petit jeu du dégommage de Macron ?

Qu’il y ait un ou des journalistes comme Julie Rasplus, auteur de ce petit bijou,  tentés par le véritable travail de journaliste c’est une certitude, qu’ils puissent vendre à leurs radios ou chaînes respectives, c’est bien plus difficile.

Sauf que… Franceinfo (TV) est un bébé, lancé en août 2016 sur le web avec l’objectif de faire de l’ombre à BFMTV, Itélé, LCI… Et Franceinfo, pour faire son trou et sa promo s’est engagé à faire plus de  journalisme d’investigation et moins de sensationnel. Pour France Info, il faut se démarquer, il faut faire ce que l’on ne montre nulle part ailleurs, de l’original, de l’impertinent, et le maître à copier, c’est la BBC, on pourrait rêver pire en effet.

Est-ce pour ces raisons que l’accouchement de la nouvelle chaîne s’est fait dans la douleur, avec une fronde menée par les salariés de France TV ? Ils s’étaient opposés, en vain, à ce que la nouvelle chaîne s’appelle France Info comme la radio. Elle s’appelle finalement comme la radio, mais en un seul mot.

Quant à Julie Rasplus, quand on consulte son compte twitter, on se rend compte qu’elle est très mobilisée par la sauvegarde de la planète, « l’Océan arctique, nouvelle poubelle de l’humanité »,  » superbes et inquiétantes images » de l’Arctique qui fond,  » depuis début janvier, des traces d’iode radioactive ont été décelées un peu partout en Europe, dont la France » ; par ailleurs, elle cite Mediapart, elle a travaillé pour Libé, pour l’Obs, pour 20 Minutes…

Bref peu de chances qu’elle admire Trump et Marine.

Soit elle est sincère et fait objectivement son travail de journaliste, soit elle savonne la planche de Macron pour un Mélenchon ou un Hamon, en tout cas pas pour Fillon sur lequel elle tape dès qu’elle peut… Eu égard au peu de chance de voir ses candidats arriver en tête aux élections, elle est courageuse et indépendante.

Bref, ne boudons pas notre plaisir pour ce beau travail de journaliste à saluer, quels que soient ses objectifs.

commentaires

A voir et revoir pour ne pas se faire avoir

Publié le 30 Mars 2017 par France Révolution

A voir et revoir pour ne pas se faire avoir

VIDEO  :  https://www.facebook.com/ParaFoxTV/videos/1790180587967109/

 

commentaires

MLP « Cuisinée » par pu(te) jadas

Publié le 30 Mars 2017 par France Révolution

MLP « Cuisinée » par pu(te) jadas

VIDEO  :  https://www.facebook.com/lopinion.play/videos/1067536046686269/

commentaires

C'est de l'histoire .... mais aujourd'hui aussi !!! ( La France occupée comment peut on laisser faire )

Publié le 30 Mars 2017 par France Révolution

C'est de l'histoire .... mais aujourd'hui aussi  !!!  ( La France occupée comment peut on laisser faire )
commentaires

Ce que Macron ne vous dit pas !!!

Publié le 30 Mars 2017 par France Révolution

Ce que Macron ne vous dit pas  !!!
commentaires

Belkacem sous contrat avec le Maroc, pour promouvoir la langue et la culture arabes dans nos écoles. Philippe de Villiers en témoigne ouvertement !

Publié le 30 Mars 2017 par France Révolution

Belkacem sous contrat avec le Maroc, pour promouvoir la langue et la culture arabes dans nos écoles. Philippe de Villiers en témoigne ouvertement !

VIDEO  :  https://www.facebook.com/patriotesencolerePEC2/videos/727233174109891/

 

 

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100 > >>